ACTUALITÉS : TARN - GAILLAC - Vendanges sereines et vin de qualité grâce à la confusion sexuelle

TARN - GAILLAC - Vendanges sereines et vin de qualité grâce à la confusion sexuelle

Alternative efficace aux insecticides conventionnels contre les papillons ravageurs de la vigne, la confusion sexuelle assure la protection des grains jusqu’aux vendanges. Conséquence directe sur la vinification : l’absence de pourriture sur les grappes a un effet positif sur la qualité du vin.
La confusion sexuelle imite la nature. Son fort développement dans le vignoble de Gaillac fait le bonheur des viticulteurs et des amateurs de bon vin !

Après avoir été pionnier dans le vignoble de Gaillac en initiant la démarche en 2013, Olivier Jean, responsable du Château Les Vignals, utilise désormais la confusion sexuelle sur l’ensemble de ses vignes. L’objectif est clair : lutter contre Eudémis, un papillon ravageur également appelé « tordeuse de la grappe ». L’enjeu est énorme puisqu’en 2012, ce petit insecte avait provoqué la perte de 20% de la récolte. Véritable cauchemar pour les viticulteurs, Eudémis représente donc une menace majeure. Lorsque les populations de ces papillons se développent, les chenilles se multiplient. Présentes en grand nombre dans le vignoble, elles perforent les baies et se logent à l’intérieur. Elles facilitent ainsi l’installation d’une pourriture qui peut se propager rapidement sur les grappes avoisinantes.

La maladie d’amour pour les papillons

Méthode de biocontrôle pouvant être utilisée en agriculture biologique et conventionnelle, la confusion sexuelle permet aux viticulteurs de contrôler les populations de papillons ravageurs pour les maintenir en dessous du seuil de nuisibilité. Pour attirer les mâles, les papillons femelles émettent des phéromones, un parfum qui leur est propre. La méthode de la confusion sexuelle consiste à reproduire ces substances à l’identique. Concrètement, des petites capsules de phéromones, que l’on appelle des diffuseurs, sont installées au printemps à intervalle régulier sur les vignes. Il faut en mettre 500 par hectares. Un seul diffuseur émet sur une journée l’équivalent en phéromones de 1 million de femelles. Victimes de la maladie d’amour, les papillons ravageurs mâles sont incapables de repérer les femelles. La conséquence est simple : pas d’accouplement, donc pas de larve ni de chenille susceptible d’attaquer les raisins. En agissant de manière préventive, la confusion sexuelle empêche l’accouplement entre les papillons mâles et femelles. Les ravageurs ne sont pas tués ; c’est leur multiplication qui est rendue impossible.

La confusion sexuelle : un bénéfice pour la qualité du vin

Les conséquences des attaques d’Eudémis compliquent le travail des vignerons. En effet, lorsque les grains sont touchés, la pourriture grise, voire Aspergillus carbonarius peuvent se développer : 

la vinification devient difficile. Le vin devient pauvre en alcool, déséquilibré et trouble. Conséquence supplémentaire : il risque de développer de mauvais goûts et de mal se conserver. La confusion sexuelle avec la protection « Rak® » permet de réduire les attaques de botrytis, maladie liée à un champignon qui dégrade fortement la qualité du raisin. Autre avantage de la confusion sexuelle, en un passage, dans la plupart des cas, les raisins sont protégés jusqu’à la récolte, ce qui permet une diminution du nombre de traitements et donc allège la charge de travail en cours de saison. Il est également possible d’optimiser la date des vendanges sans prendre en compte des paramètres liés aux dates des derniers traitements... Cerise sur le gâteau, la protection du vignoble avec les Rak favorise la biodiversité endogène faite d’une majorité d’auxiliaires utiles.

Accompagner le développement du biocontrôle

Acteur incontournable de la confusion sexuelle dans le vignoble de Gaillac, Vitivista s’inscrit dans l’accompagnement du monde viticole pour développer des solutions toujours plus respectueuses de l’environnement. La confusion sexuelle répond aux exigences sociétales (santé, qualité...). Les techniciens conseillers préconisateurs de Vitivista apportent leur expertise pour définir le plan de pose des diffuseurs Rak®. Ils assurent également sur le vignoble le suivi permanent des populations de papillons ravageurs et peuvent ainsi alerter en temps réel les viticulteurs du Gaillacois. Cette volonté de contribuer au développement des solutions est au cœur de la démarche de Vitivista « pour une viticulture rentable et durable ».

Derrière les diffuseurs, une haute technologie

Il faut protéger le vignoble depuis le 1er vol des papillons ravageurs jusqu’aux aux vendanges, soit de la fin mars à septembre. Les diffuseurs Rak® permettent l’émission des phéromones tout au long de la saison viticole. Le diffuseur est à la fois étanche pour contenir le parfum diffusé et poreux pour le laisser s’évaporer. Il est résistant et assure une diffusion parfaitement homogène quelles que soient les conditions climatiques (sécheresse, humidité...). La protection du vignoble est assurée pendant au moins 180 jours à partir de la pose des diffuseurs. « C’est important pour obtenir une surmaturité sur certains cépages. La soution Rak® est incontournable pour les vendanges tardives » précise Olivier Jean. La confusion sexuelle séduit le Gaillacois avec aujourd’hui 14% du vignoble protégé, soit environ 900 ha. C’est 50% de plus que la moyenne nationale. La méthode de confusion sexuelle a su conquérir en 25 ans le vignoble français pour protéger désormais plus de 70 000 ha de vignes soit plus de 8% des surfaces de l’hexagone. Engagé depuis les années 1980 dans la recherche et le développement de la méthode de confusion sexuelle, BASF est le porte-drapeau de cette innovation. Chaque fois que des solutions de biocontrôle sont envisageables, BASF pousse ses équipes à mettre au point de telles solutions pour le monde agricole. Rak® est l’exemple même d’une recherche aboutissant sur une méthode efficace et respectueuse de l’environnement. Vitivista soutient cette innovation dans le vignoble de Gaillac depuis 2013. 

TARN - GAILLAC - Vendanges sereines et vin de qualité grâce à la confusion sexuelle

Nathalie AUBIN (21-09-17)     8131 vues
Envoyer par E-mail  

 

Retour

Imprimer

 

Occitanie Tribune
Occitanie Tribune