Europe - Décès du prince Philip, aristocrate européen de la vieille école et époux royal dévoué

Europe - Décès du prince Philip, aristocrate européen de la vieille école et époux royal dévoué

Europe - Décès du prince Philip, aristocrate européen de la vieille école et époux royal dévoué

Par Sean Lang Senior Lecturer in History, Anglia Ruskin University, le 12 Avril 2021

Décès du prince Philip, aristocrate européen de la vieille école et époux royal dévoué

Sean Lang, Anglia Ruskin University

La mort du prince Philip, duc d’Édimbourg, marque la fin d’un chapitre non seulement pour la famille royale britannique, mais aussi pour la monarchie européenne elle-même. Philip appartenait à ce monde cosmopolite de rois interdépendants qui avait régné sur l’Europe avant la Première Guerre mondiale et qui a été largement balayé par le temps, la guerre ou la révolution.

Né à Corfou du prince Andrew, d’origine grecque et danoise, et de la princesse Alice de Battenberg, d’origine anglaise et allemande, il aurait pu vivre comme un prince européen obscur si sa famille n’avait pas été prise dans la politique révolutionnaire de l’après-guerre et bannie de sa patrie. Philippe a été affecté toute sa vie par le fait que ses parents Romanov avaient été assassinés par les bolcheviks : en 1993, son ADN a été utilisé pour identifier leurs corps.

S’installant d’abord à Paris puis à Londres, Philip a fait ses études en Angleterre, en Allemagne et enfin à la Gordonstoun School, fondée par le réfugié juif allemand Kurt Hahn. C’est à cet enseignement rugueux et sévère de Gordonstoun que Philip a toujours attribué son approche pragmatique et non sentimentale de la vie, alors qu’il a parfois frappé les autres comme étant dur ou insensible.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, il a servi avec distinction dans la Royal Navy, mais c’est après la guerre qu’il a été projeté dans le rôle royal qui a défini son existence. Tombé amoureux de sa lointaine parente, la princesse Elizabeth, il l’épousa en 1947 dans le premier d’une série de mariages royaux très médiatisés qui allaient ponctuer l’histoire britannique d’après-guerre.

À l’occasion du mariage, Philip, qui avait renoncé à ses titres étrangers en prenant la nationalité britannique, reçut le titre de duc d’Édimbourg. Cependant, à sa grande irritation, sa femme conserva son nom royal de Windsor pour elle-même et leurs deux premiers enfants, au lieu de prendre le nom de son mari, Mountbatten. Un compromis constitutionnel a finalement été trouvé : le prince Andrew et le prince Edward ont reçu le nom de Mountbatten-Windsor.

Air frais

Philip semble alors représenter une bouffée d’air frais, en entrant à Buckingham Palace en pantalon et chemise à col ouvert, dans une monarchie qui apparaît guindée et déconnectée. Mais lorsque la princesse Elizabeth succède au trône en 1952, il découvre les ambiguïtés et les frustrations du rôle de consort du monarque britannique. Contrairement au Prince Albert, il ne reçoit pas le titre officiel de prince consort, même si, en 1957, il reçoit le titre de courtoisie de prince Philip.

Comme son prédécesseur victorien, il se lance dans des projets caritatifs, scientifiques, sportifs et éducatifs, notamment à la tête de la National Playing Fields Association et du Worldwide Fund for Nature. Son héritage le plus durable est peut-être le Duke of Edinburgh Award Scheme, un programme d’aventures et d’efforts en plein air pour les jeunes, basé sur les mêmes principes d’enseignement que Gordonstoun.

Un problème de « dentopédologie »

Philip a rapidement développé une réputation pour ce qu’il a un jour appelé « la dentopédologie – la science d’ouvrir la bouche et d’y mettre le pied ».

Ses « gaffes » étaient typiques de l’humour des officiers britanniques – bien que moins appréciées, parfois même offensantes, pour d’autres oreilles.

Un humour que l’on peut considérer comme mal placé comme quand il dit au président du Nigéria, qui portait la tenue nationale : « Vous avez l’air d’être prêt à aller vous coucher ». Ou comme quand il donne conseil aux étudiants britanniques en Chine de ne pas y rester trop longtemps sous peine de se retrouver avec des « yeux bridés ».

Dire à un photographe de « juste prendre la putain de photo » ou déclarer « ce truc ouvert, quel qu’il soit », représentaient aussi des expressions d’exaspération ou de lassitude que l’on peut apprécier ou pas.

Il était également capable d’un esprit direct et terre-à-terre, disant par exemple de sa fille, la Princesse Anne, et de son amour des chevaux : « S’il ne pète pas ou ne mange pas de foin, elle n’est pas intéressée. » Beaucoup de gens ont pu le penser mais peu ont osé le dire.

Si les célèbres gaffes du prince Philip ont provoqué autant d’amusement que de colère, c’est peut-être parce qu’elles semblent exprimer la perplexité et les frustrations refoulées auxquelles nous faisons tous face.

Mon mari et moi

C’est dans son rôle familial que Philip a été le plus critiqué. La Reine ne manquait jamais de rendre hommage à son soutien – pendant de nombreuses années, elle commençait ses déclarations publiques par les mots « Mon mari et moi ». Et leurs enfants semblaient, selon les apparences, équilibrés et heureux.

Pourtant, la série de scandales et de divorces qui a englouti les plus jeunes membres de la famille royale dans les années 1980 semblait clairement pointer vers une éducation parentale pour le moins inadéquate.

Le prince Charles en particulier, personnage plus sensible que son père mais que Philip avait néanmoins soumis aux rigueurs de Gordonstoun et de la marine, a souffert de l’approche sans états d’âme de son père.

C’est Philip qui a forcé Charles à mettre fin aux spéculations publiques et à épouser Lady Diana Spencer en 1981 et, lorsque le mariage s’est soldé par un divorce, on a beaucoup reproché au duc la rigueur et l’intransigeance avec lesquelles il avait élevé son fils aîné.

La crise provoquée par la mort de Diana en 1997 a fait ressortir les critiques à l’égard de la monarchie, mais par son rôle dans l’organisation des funérailles et sa décision de marcher à côté de ses petits-fils, le duc avait su s’attirer la sympathie du public.

Fonctionnaire

À la fin de sa vie, le duc d’Édimbourg a commencé à se retirer de son énorme éventail de rôles publics – il a occupé plus de 800 présidences et patronages – y compris la chancellerie des universités de Cambridge, Salford, du Pays de Galles et, comme il se doit, d’Édimbourg.

Il a reçu de nombreux éloges en 2012 lorsqu’il est resté debout pendant trois heures sous la pluie aux côtés de la Reine lors de son spectacle fluvial du Jubilé de diamant, avant de souffrir d’une infection de la vessie. Cependant, son insistance à continuer à conduire a attiré des critiques lorsque, en 2019, il est entré en collision avec une autre voiture près du domaine de Sandringham.

Alors que sa santé se détériorait, il a maintenu néanmoins son calendrier de fonctions publiques, ne se retirant finalement qu’en 2017, à l’âge de 96 ans.

Comme il se doit pour un militaire de la marine, son dernier devoir public a été de transférer son rôle de colonel en chef du régiment des Rifles à sa belle-fille Camilla, duchesse de Cornouailles, en juillet 2020.The Conversation

Sean Lang, Senior Lecturer in History, Anglia Ruskin University

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

Sean Lang Senior Lecturer in History, Anglia Ruskin University (12-04-21)

 

Une information à partager ?
Cliquez-ici !

 

Retour

 

A LIRE AUSSI