Lozère - LOZERE - Finale Occitanie des Ovinpiades des Jeunes Bergers à Marjevols

Lozère - LOZERE - Finale Occitanie des Ovinpiades des Jeunes Bergers à Marjevols

Lozère - LOZERE - Finale Occitanie des Ovinpiades des Jeunes Bergers à Marjevols

Par M'COM, le 11 Janvier 2017

12èmes Ovinpiades des Jeunes Bergers

1 ière Finale OCCITANIE

Jeudi 19 janvier 2017, de 10h à 15 H Esplanade - Centre ville - Marjevols (48 100)

Les Ovinpiades des Jeunes Bergers, compétition organisée par Interbev Ovins et l’ensemble de la filière ovine, ont pour objectif de promouvoir le métier d’éleveur ovin et de susciter de nouvelles vocations auprès des élèves des établissements agricoles.

Recherche des élèves qui sortent du troupeau

Organisée en partenariat avec le lycée agricole Terre Nouvelle de Marjevols, la finale Occitanie réunira 80 élèves, âgés de 16 à 24 ans, issus de 14 établissements d’enseignement agricoles : Lycée de Saint Affrique (12), Lycée La Roque de Rodez (12), Lycée Fonlabour d’Albi et le CFPPA (81), Lycée pro de Flamarens (81), Lycée et le CFAA de Saint Gaudens (31), Lycée de Vic en Bigorre (65), Lycée agricole de Pamiers (09), EPL de Castelnaudary (11), lycée agricole de Marjevols (48), Lycée de Figeac (46), CFAA du Lot (46).

Les finalistes auront la chance d’espérer conquérir le titre de Meilleur Jeune Berger de France 2017, et représenteront avec fierté leur territoire, face aux 34 autres candidats. La finale nationale se déroulera, le samedi 25 février 2017, au Salon International de l’Agriculture à Paris.

Les 4 meilleurs candidats seront sélectionnés pour représenter l’Occitanie à Paris.

Pour cela, ils devront se soumettre à différentes épreuves alliant théorie et pratique :
TRIER LES BREBIS AVEC UN LECTEUR ELECTRONIQUE. Trier les animaux est primordial pour bien gérer son troupeau et lui permettre d’exprimer tout son potentiel.

  • Les candidats auront donc pour mission d’isoler des brebis repérées parmi un lot de 15 brebis, en les faisant passer dans un couloir de contention pour lire les informations contenues dans leur boucle électronique, à l’aide d’un smartphone.

APPRECIER LA SANTE D’UNE BREBIS. Santé publique, bien-être animal, compétitivité de l’élevage, sécurisation de la filière, sécurité pour l’environnement ... les enjeux d’un troupeau en bonne santé sont cruciaux.

  • Les candidats devront donc contenir une brebis désignée par le jury parmi un lot de femelles et en apprécier l’état de santé dans un temps limité : prise de température, observation de la 3ème paupière, de la dentition, des pieds et de la mamelle.

LA MANIPULATION ET L’EVALUATION DE L’ETAT CORPOREL. Evaluer l’état corporel des brebis pour une meilleure productivité et connaître les risques professionnels (notamment les troubles musculo-squelettiques) d’une mauvaise maîtrise de la contention ou de la manipulation.

  • Après avoir évalué la note d’état corporel de 3 brebis, le candidat en saisi une, la fait marcher le long d’un parcours balisé et l’assoie dans une zone définie avant de la relâcher dans le parc d’attente. La précision et les techniques de notation et de manipulation sont évaluées en veillant à ne pas favoriser la force par rapport au savoir-faire.

EVALUER L’ETAT D’ENGRAISSEMENT DES AGNEAUX. Produire des agneaux adaptés aux besoins du marché doit être une des priorités de l’éleveur.

  • Les candidats doivent donc être capables d’évaluer en un temps limité l’état d’engraissement et de finition de 3 agneaux.

PARER LES ONGLONS. Cette épreuve est l’occasion de sensibiliser les candidats à l’intérêt pour l’animal de conserver de bons aplombs et ainsi de prévenir l’apparition de certaines maladies telles que le piétin.

  • A l’aide d’une cage de retournement qui facilite la manipulation des animaux, les jeunes taillent les onglons d’une brebis. Rapidité, précision du geste, manipulation de l’animal et respect des consignes de sécurité sont évalués.

LE CHOIX D’UN BELIER QUALIFIE. Bien choisir la génétique de son troupeau c’est assurer une production raisonnée, qui s’inscrit dans un territoire, un environnement physique et un système de production.

  • Les candidats devront donc être capables d’identifier, parmi un lot de béliers, lequel sera le plus qualifié pour répondre à la problématique d’élevage qu’ils auront tiré au sort.

UN QUIZZ ET RECONNAISSANCE DES RACES. Le quizz destiné à valider les connaissances sur l’élevage ovin (filière, alimentation, reproduction, génétique, santé...) et une épreuve de reconnaissance de races parmi 10 sélectionnées.

Pour chaque épreuve, le jury est composé de 2 ou 3 personnes : un éleveur, un technicien et/ou un enseignant de zootechnie.
Les résultats seront mis en ligne sur le blog des Jeunes Bergers : http://ovinpiades.hautetfort.com

Les Ovinpiades pour porter haut une filière qui recrute

Depuis quelques années, la filière ovine cherche à susciter des vocations parmi les jeunes. Les Ovinpiades des Jeunes Bergers sont l’un des symboles de cette volonté d’installer des nouveaux éleveurs de brebis en France. Au cours de la prochaine décennie, 61 % des éleveurs de brebis allaitantes et 39% des éleveurs de brebis laitières partiront à la retraite. Pour assurer le renouvellement de ses générations mais également le maintien de sa production, la filière ovine doit donc installer près de 10 000 éleveurs dans le même temps.

Et les atouts de cette production ne manquent pas : une politique agricole commune favorable, un bon maintien des prix, une adaptabilité remarquable des animaux offrant un large panel de conduites d’élevage possibles, une demande en viande d’agneau supérieure à l’offre, des débouchés variés, des opportunités dans les démarches qualité... Et argument non négligeable, les investissements nécessaires étant modérés, le retour sur investissement est rapide !

Avec le programme Inn’ovin, la filière se mobilise pour relever les défis de demain : créer plus d’emplois sur l’ensemble du territoire pour satisfaire la demande en agneaux et en lait, et rendre ce métier plus attractif en permettant à l’éleveur de dégager un meilleur revenu tout en travaillant dans de meilleures conditions. Des axes de travail ont été identifiés pour favoriser les installations, accroitre les performances technico- économiques, améliorer les conditions de travail et produire durable

Plus qu’un concours, une découverte

La filière part à la rencontre de ses futurs producteurs. Et pour que la rencontre ait lieu, quoi de mieux qu’une immersion dans une ambiance conviviale offrant la possibilité d’échanges privilégiés ?
Les Ovinpiades des Jeunes Bergers sont une invitation à découvrir le métier d’éleveur ovin de l’intérieur, à travers de gestes concrets et d’échanges avec des professionnels. Ces 4 dernières années, le concours a permis à plus de 4000 élèves de manipuler des brebis et de se projeter dans cette production qu’ils ne connaissent peu ou pas du tout, et en même temps d’en avoir une image plus positive.

Outre la technicité et la modernité de cet élevage, ils découvrent aussi son potentiel : organisation du travail, équipement, aide à l’installation, conduite d’élevage...

Pour en savoir plus...

Eléments clés

Les Ovinpiades en France

  • 750 candidats pour l’édition 2015/2016
  • 100 établissements participants
  • 38 candidats sélectionnés pour la finale
  • 17 sélections territoriales (la totalité des régions administratives de l’hexagone participe) 4 000 jeunes sensibilisés les 4 dernières années

Les Ovinpiades en Occitanie

  • 80 candidats participants à la finale territoriale 14 établissements
  • 4 candidats sélectionnés pour la finale nationale

Cheptel ovin total (source : GEB/Institut de l’Elevage – Chiffres clés 2016 Productions ovines lait et viande- INTERBEV Ovins 2016)

  • Europe (28) 98 000 000 de têtes
  • France 7 057 000 de têtes

41 500 exploitations ovines : 36 600 exploitations de brebis allaitantes et

4 700 de brebis laitières

20 300 exploitations ont un troupeau de plus de 50 brebis

20 300 exploitations ont un troupeau de plus de 50 brebis

  • Occitanie (2015) 852 000 têtes

9 000 exploitations avec des ovins
Soit 3618 exploitations avec des ovins de plus de 50 brebis qui représentent
784 825 brebis viande
Dont 175 300 brebis en Languedoc Roussillon chez 1600 éleveurs

 

 

Une information à partager ?
Cliquez-ici !

 

Retour

 

A LIRE AUSSI