Sète - Nombreuses réactions après l'émission Cash Investigation sur la clinique Sainte Thérèse

Sète - Nombreuses réactions après l'émission Cash Investigation sur la clinique Sainte Thérèse

Sète - Nombreuses réactions après l'émission Cash Investigation sur la clinique Sainte Thérèse

Par , le 21 Janvier 2022

Nombreuses réactions après l’émission Cash Investigation sur la clinique Sainte Thérèse

 


Après l’émission Cash Investigation où on apprend que la clinique Sainte Thérèse pratique des opérations de cancers gynécologiques sans autorisation de l’Etat, mettant en danger la vie des patientes, on peut encore s’interroger sur le rapport à la loi qu’entretient François Commeinhes, dans la gestion de sa clinique comme dans celle de la ville.
Contrairement à ce qu’on peut penser, ce n’est pas une affaire privée. La santé est un bien public, ces opérations non autorisées sont remboursées  par la sécurité sociale c’est à dire par de l’argent public.
Dans la condamnation du maire pour délit de favoritisme au profit de sa famille, les frais d’avocat  sont payés par les contribuables sétois donc encore de l’argent public.
Toutes ces affaires dévoilées et en cours doivent interroger les sétois sur l’éthique de M. Commeinhes.
Une telle absence d’éthique ne peut continuer à imprégner la gouvernance de la ville.

P/O les membres du groupe Ensemble pour Sète, signataires.

 


"Il y a 2 aspects dans cette affaire.

Le premier se situe sur le plan de la santé, ainsi, si les faits venaient à être avérés, nous serions face à un scandale médical qui entrainerait la mise en danger d'autrui.

Mais sur cette affaire, nous ne pouvons pas ignorer que François Commeinhes  qui est  l'administrateur  de la clinique Sainte Thérèse est le Maire de Sète,

 

Comment peut-on agir de la sorte lorsque l’on est maire depuis 20 ans , que l’on a été sénateur et que l’on agit dans les coulisses de la macronie pour accéder à un ministère?

Après le maire promoteur dont sa société devait de l'argent à la SA Elit , puis le maire condamné pour favoritisme dans l'affaire des plages, nous avons l'administrateur de clinique qui fait les prime times pour des pratiques chirurgicales non autorisées.

 

Il y a donc des moments où la dignité impose de se retirer."

P/O Sébastien Pacull du groupe Union des droites et des citoyens

 

Une information à partager ?
Cliquez-ici !

 

Retour

 

A LIRE AUSSI