Hérault - FNCOF Hérault : Retour sur les États généraux des festivités populaires et Culturelles de France

Hérault - FNCOF Hérault  : Retour sur les États généraux des festivités populaires et Culturelles de France

Hérault - FNCOF Hérault : Retour sur les États généraux des festivités populaires et Culturelles de France

Par FNCOF Hérault 34 , le 21 Octobre 2021

 Sur la photo de gauche à droite :  Sébastien Vallée CDF Gignac, David Petit président de la FNCOF, Yvan Lubraneski Président des Maires Ruraux de l'Essonne, Vice-Président des Maires Ruraux de France (AMRF), Arnaud Thénoz président délégué de la FNCOF, Mathurin chauffour délégué FNCOF de l'Aveyron, Eric Stiénon délégué FNCOF de l'Hérault. 

Les représentants Héraultais de la Fédération Nationale des Comités et Organisateurs de Festivités (FNCOF), Eric Stiénon et Sébastien Vallée, tout deux respectueusement délégués départementaux de la FNCOF Hérault 34, étaient présents à l’occasion des seconds états généraux des festivités populaires et culturels de France le 30 septembre dernier à MONTARGIS (45).

L’ensemble des partenaires de cet événement ont signé la déclaration commune de fin de travaux mettant en avant le gros travail fourni par la FNCOF pendant cette période de crise sanitaire.

Cette déclaration met en avant 4 sujets cruciaux pour garantir la pérennisation de nos activités :

  1. L’urgence de la reconnaissance de la valeur du bénévolat par le renforcement du budget du FDVA et du soutien à la structuration secteur associatif culturel.
  2. La création d’un fond de garantie permettant de voir prendre en charge par l’Etat les frais engagés pour l’organisation des festivités en 2022.
  3. La pérennisation des aides à l’emploi artistique (GUSO et GIP) pour relancer et soutenir le spectacle vivant.
  4.  La création d’une plateforme de développement des festivités populaires sous l’égide du Ministère de la Culture.

Votre fédération, à l’unanimité des partenaires signataires, s’est vue confier la charge de mener les négociations sur ces sujets stratégiques. Une belle confiance dont nous sommes reconnaissants et où nous tacherons d’être à la hauteur.

La Fédération Nationale des Comités et Organisateurs de Festivités - FNCOF, la seule fédération qui, avec ses partenaires, défend vos intérêts

A noter également à l’occasion de l’assemblée générale de la Fédération Nationale des Comités et Organisateurs de Festivités - FNCOF qui s’est tenue également à Montargis le samedi 2 octobre, Sébastien Vallée délégué départemental de la FNCOF Hérault 34 (en binôme avec Éric Stienon) et président du comité des fêtes de Gignac a été élu au conseil d’administration de cette association nationale qui soutient et représente les organisations de festivités, 2 800 structures affiliées et plus de 150 000 bénévoles nulle doute que notre département sera bien représenté tant au niveau local que national.

Organisateurs de Festivités, Comité des fêtes, offices municipaux de Tourismes, Associations, Artistes, Organisateurs de Festivals, de Carnavals, Communes, agglos, etc...

N'hésitez pas à nous contacter pour connaître vos nombreux avantages en rejoignant la FNCOF : Réductions SACEM, Protection Juridique, Responsabilité civile associative et protection des dirigeants. Représentation nationale, Médailles pour vos bénévoles, Annuaire d'artistes, Formations, aide à la communication, etc... Adhésions 2021 et 2022 offertes pour les nouveaux adhérents à la FNCOF

Unissons nos forces pour que vivent nos fêtes ! Plus d’infos sur : FNCOF.COM

Déclaration commune suite aux états généraux des festivités populaires et culturelles de France (Montargis 30 septembre 2021).

Les représentants des associations, syndicats professionnels et salariés rassemblés le 30 septembre 2021 à Montargis pour les 2nd États généraux des festivités populaires et Culturelles de France, alertent ce jour les pouvoirs publics sur les conséquences de la pandémie de Covid 19 sur les activités qu’ils déploient en commun partout sur tous

les territoires, notamment dans les endroits où ce sont les seules activités Culturelles accessibles à l’ensemble des habitants. Ils rappellent que la Culture n’est pas un coût mais un investissement démocratique, social et économique.

Le lien social est ce qui nous constitue en société ; il a été fortement abîmé par les confinements et la crainte de la maladie. La reprise des activités populaires est primordiale pour tous et toutes mais en particulier pour nos aînés parfois isolés socialement et les jeunes et plus encore dans les zones rurales.

Le bénévolat sur lequel repose l’organisation de ces fêtes et festivités a changé de visage et a besoin d’être stimulé plus encore que soutenu. Il est la base de la citoyenneté active et assure gratuitement une activité d’intérêt général majeure.

Nous affirmons que la reconnaissance de la valeur du bénévolat est une urgence démocratique.

Parce que la responsabilité pénale de ces manifestations est assumée par les responsables associatifs, cette reconnaissance passe notamment par le renforcement du budget du FDVA afin de permettre la pédagogie, l’accompagnement et la formation des bénévoles qui portent ces projets. Nous affirmons la nécessité du soutien à la structuration du secteur associatif Culturel par l’ensemble des pouvoirs publics, à tous les échelons.

L’ensemble de ces activités festives est une ressource économique qui fait vivre de très nombreux corps de métiers partout sur le territoire et a un poids économique de 10 milliards d’euros. Il assure une part importante des revenus des artistes et techniciens, variable selon les régions, avec notamment 70 000 cachets versés par l’intermédiaire du Guso lors d’une année normale. Ce chiffre est de 25 000 en 2021. Les associations de fêtes et festivités fonctionnent pour 79% d’entre elles sur fonds propres. Les 21% qui sont subventionnées, le sont de façon très variable (de quelques centaines d’euros à plusieurs milliers).

Les syndicats des artificiers et de créateurs de spectacles pyrotechniques (SFEPA et UPCSP), ont également fait l'état d'une situation alarmante. Malgré quatre siècles d'histoire, cette profession n'a pas la reconnaissance attendue par le ministère de la Culture comme étant patrimoine Culturel. Cet été, la profession n'a pu exercer librement sur l'ensemble du territoire, aggravant la fragilité économique et la trésorerie de nos entreprises et qui aurait permis d'espérer passer l'hiver sereinement. Le manque d'encadrement et de directives claires au niveau des codes APE, rend inéligible certaines sociétés qui ne peuvent prétendre aux aides du groupe S1 et S1B. De même, les aides versées par le gouvernement n'auront servi à rien si une attention particulière n'est pas apportée dans les prochains mois, que ce soit pour les créateurs comme pour les dépôts d'artifices.

Pour que ces activités reprennent et se développent il faut garantir aux associations, la mise en place d’un fonds de garantie pour assurer la préservation de leurs fonds propres engagés en cas d’annulation. Nous soulignons la nécessité de prolonger les aides à l’emploi artistique pour 2022 dans le secteur du spectacle occasionnel.

L’ensemble de l’écosystème de ces festivités de proximité, au travers de leurs représentants a besoin de retrouver un lieu d’interlocution régulier avec les pouvoirs publics. Nous affirmons que la démocratie Culturelle doit progresser. Nous soulignons en particulier la nécessité de la mise en place d’une plateforme de développement des festivités populaires, sous l’égide du Ministère de la Culture, qui réunisse les représentants des associations Culturelles et festives, des associations d’élus, les organisations syndicales d’artistes et de prestataires et les services de l’Etat concernés.

Hérault - FNCOF Hérault  : Retour sur les États généraux des festivités populaires et Culturelles de France

Hérault - FNCOF Hérault  : Retour sur les États généraux des festivités populaires et Culturelles de France

Hérault - FNCOF Hérault  : Retour sur les États généraux des festivités populaires et Culturelles de France

 

Une information à partager ?
Cliquez-ici !

 

Retour

 

A LIRE AUSSI