Occitanie - Elevage en plein-air : on ne se laisse pas abattre !

Occitanie - Elevage en plein-air : on ne se laisse pas abattre !

Occitanie - Elevage en plein-air : on ne se laisse pas abattre !

Par Confédération Paysanne Occitanie, le 03 Février 2021

Pour la troisième fois en 5 ans, le Sud-Ouest connaît une vaste épidémie de grippe aviaire, qui engendre des abattages massifs.

Au 25 janvier, plus de 2 millions de canards et volailles ont été abattus, dans le Sud-Ouest. Les conséquences sont dramatiques ; partout en France la production de volailles est en souffrance.

De manière récurrente depuis plusieurs années, les épizooties se multiplient, et les mesures de biosécurité concernant les petits élevages s’intensifient.

Au lieu de tirer les leçons des épidémies précédentes et de cibler toutes les causes liées à l’industrialisation, les filières et les pouvoirs publics préfèrent s’en prendre à l’élevage plein-air, désigné comme bouc émissaire. Nous nous opposons à la politique d'abattage systématique.

Nous dénonçons aussi l'accusation infondée qui pèse sur les élevages plein-air.

Bien au contraire, c'est l'industrialisation de la filière (standardisation génétique, segmentation, fortes densités) et la multiplication des transports qui sont les causes majeures de cette épidémie.

Sur nos fermes d'élevage plein-air, nous sommes confronté∙e∙s à une pression administrative de plus en plus forte, le plus souvent absurde, car découlant de mesures de biosécurité calquées sur le modèle industriel. Aujourd'hui, de nombreux éleveurs et éleveuses de plein-air se retrouvent pris en étau jusqu'à abandonner leur activité. Nous souhaitons le redire : les éleveurs et les éleveuses refuseront d'engager leur ferme dans la spirale de l'industrialisation.

La Confédération paysanne Occitanie souhaite alerter l’État et ses services de l'inadaptation des règles sanitaires appliquées sur les élevages plein-air. Ces productions répondent aux attentes sociétales et sont plébiscitées par les citoyen∙ne∙s : les demandes d’adaptation de la réglementation et de la politique sanitaire aux élevages plein-air doivent être entendues.

C’est pourquoi nous nous mobilisons devant les Préfectures partout en France le mercredi 03 février, et notamment dans le Gard, le Gers (16h à Auch) et le Lot (16h à Cahors).

Nous appelons les citoyen∙ne∙s, paysan∙ne∙s, éleveurs et éleveuses à nous rejoindre, pour défendre ensemble l’élevage plein-air.

 

Une information à partager ?
Cliquez-ici !

 

Retour

 

A LIRE AUSSI