Montpellier - Pour accompagner sa croissance, VALECO prévoit une trentaine de recrutements en 2021

Montpellier - Pour accompagner sa croissance, VALECO prévoit une trentaine de recrutements en 2021

Montpellier - Pour accompagner sa croissance, VALECO prévoit une trentaine de recrutements en 2021

Par Tiffanie Marin, le 22 Décembre 2020

Selon l'Agence Internationale de l'Energie, les énergies renouvelables (EnR) deviendront d'ici à 2025, la première source de production d'électricité dans le monde. A l'heure où la transition écologique est devenue une priorité pour la société, le secteur - qui représente près d'un quart du mix énergétique français (23%) - bénéficie d'un contexte de croissance favorable avec de plus en plus d'opportunités d'emplois à la clé. Selon une étude du Syndicat des énergies renouvelables (SER), plus de 10 000 devraient être créés par an en France.

Une dynamique de fond dans laquelle s'inscrit pleinement VALECO, l'un des principaux acteurs de l'éolien et du photovoltaïque en France : l'entreprise recrute, chaque année, une trentaine de personnes engagées pour le développement d'une économie respectueuse de l'environnement et de ses ressources.  

Pour accompagner son développement, le groupe qui emploie 232 personnes (dont 161 au sein de son siège à Montpellier) suite au recrutement de 63 collaborateurs en 2020, année de la crise sanitaire, prévoit le recrutement d'une trentaine de personnes (dont 18 au siège) pour des postes accessibles aux jeunes diplômés ou aux profils expérimentés, d'ici à fin 2021.

Parmi les profils recherchés : Responsable régional développement, Chefs de projets pré-construction éolien, Chefs de projet offshore, Ingénieurs génie électrique & raccordement offshore, Ingénieurs trading & stockage, Chargés d'exploitation solaire, Coordinateurs QHSE/ICPE, Techniciens de maintenance, Ingénieurs d'études, Ingénieurs écologue, Cartographes/Géomaticiens, Juristes, Contrôleurs de gestion...

« Le secteur des énergies renouvelables est en plein essor et continue à recruter malgré la crise sanitaire. Il offre des perspectives de carrières variées, à tous les niveaux de qualification, et notamment aux jeunes générations très sensibles aux enjeux du développement durable », commente François Daumard, Président de VALECO. « Présent sur toute la chaîne de valeur, depuis le développement jusqu'à l'exploitation en passant par la construction, VALECO propose une large diversité de métiers que nombre de nos collaborateurs ont découvert par l'intermédiaire d'un stage et qui a réveillé en eux de vraies passions. Nous avons à cœur de former aujourd'hui les jeunes talents qui porteront demain nos projets partout en France, et particulièrement dans l'Hérault où le taux de chômage est l'un des plus élevés de la Métropole », conclut-il.

Plus qu'un métier, une passion et des valeurs communes

Implication et collectif sont les maîtres-mots qui caractérisent le quotidien des collaborateurs VALECO. Soudées et motivées grâce à un management basé sur la confiance, l'autonomie et la responsabilité de chacun des salariés, les équipes pour la plupart jeunes (d'une moyenne d'âge de 30 ans) agissent ensemble en cohérence avec leurs convictions environnementales. Ainsi, la société, qui ambitionne de décarboner l'ensemble des déplacements liés à son activité d'ici à 2025, a vu la moitié de ses effectifs parcourir plus de 7 505 km à vélo à l'occasion de la semaine de la mobilité douce pour sensibiliser l'opinion aux enjeux du réchauffement climatique. Dynamiques et engagées, les équipes VALECO participent chaque année à différents événements sportifs pour promouvoir l'impact positif de leur métier tels que le Tournoi de Foot Eolien, le Marathon de Montpellier, la Régate des EnR ou encore le Championnat du monde des énergies renouvelables de cyclisme. Et parce qu'on ne protège bien que ce que l'on connaît bien, des campagnes de sensibilisation aux enjeux de la biodiversité dans le cadre de leurs activités professionnelles leur sont régulièrement proposées en collaboration avec les associations locales, à l'instar de la LPO 81 qui a pu leur faire découvrir dans le Tarn plusieurs espèces patrimoniales (Faucons crécerelles, Milans royaux, Busards, Circaètes Jean-le-blanc ou Vautour fauve).

Des métiers d'avenir en tension

Avec 11,5 millions de personnes travaillant dans ce secteur à travers le monde et 500 000 nouveaux emplois créés en 2019, les EnR représentent un vivier d'emplois en pleine expansion. A l'échelle nationale, elles représenteraient 236 000 emplois équivalent temps plein, directs et indirects, en 2028 selon une étude menée par le SER et le cabinet EY.

Avec 500 MW en exploitation (représentant 28 parcs éoliens, 23 centrales photovoltaïques, 1 centrale biomasse) et 2 GW de projets en portefeuille, la croissance de VALECO ouvre de nombreuses perspectives avec la création d'emplois locaux non-délocalisables. Des débouchés encore relativement méconnus et que la société cherche à promouvoir activement à travers des actions de sensibilisation comme notamment des participations à des rencontres étudiants-entreprises (Forum des métiers de Physique de l'Université de Nantes, opération Pitch ton Job aux côtés du Campus des Métiers et des Qualifications « Habitat, Energies renouvelables et Eco-construction », du Comité Local Ecole Entreprise d'Ales et de l'IUT de Nîmes).

Paroles de collaborateurs

Lise, ingénieure agronome/écologue chez VALECO depuis 2018 : « Au sein du service environnement, nous sommes chargés du suivi environnemental des projets. Pour ma part, je suis dédiée aux projets photovoltaïques. Notre mission est de garantir l'intégration environnementale de chaque projet. Nous contrôlons notamment la qualité du volet biodiversité de l'étude d'impact soumise aux services instructeurs du projet. Lorsqu'un projet est autorisé, nous assurons la mise en place des mesures environnementales prévues en phase de construction et d'exploitation. Il peut s'agir par exemple de planter des haies ou d'aménager des gîtes pour les reptiles. Ce que je préfère dans mon travail, c'est d'être en lien avec l'ensemble des services de l'entreprise. »

Damien, responsable exploitation éolien chez VALECO depuis 2006 : « De 2006 à 2010, j'occupais un poste d'assistant administratif avec des missions variées de RH, contrôle de gestion et administration juridique des sociétés du groupe. Puis, en 2010, j'ai intégré le service exploitation en tant que chargé d'exploitation de parcs éoliens et de centrales photovoltaïques. Et en 2019, je suis devenu responsable exploitation éolien. Ce que je préfère dans mon travail, c'est de pouvoir travailler dans une ambiance dynamique au sein d'une entreprise jeune, réactive et impliquée dans les problématiques de sauvegarde de l'environnement. Je trouve qu'il est très gratifiant de pouvoir former et faire évoluer les stagiaires ainsi que de les voir monter en compétences jusqu'à être embauchés dans l'entreprise au terme du stage. »

Mélody, Cheffe de projets au service Développement éolien de VALECO depuis 2020 : « Mon parcours est assez atypique car je suis issue d'une formation d'ingénieur dans le domaine de l'hydraulique et que j'ai travaillé comme directrice de production pour une marque textile. Cheffe d'orchestre coordonnant l'avancement et le bon déroulement de chaque projet, ma mission principale est notamment d'obtenir toutes les autorisations administratives nécessaires pour la réalisation de parcs éoliens à travers le suivi et la coordination des études techniques, la concertation et la communication auprès de la population et des acteurs locaux, le montage des dossiers instruits par les services de l'Etat. J'apprécie particulièrement la diversité des missions ainsi que le fait d'avoir une certaine indépendance pour les gérer, ce qui permet de développer des compétences transversales. »

Yannick, chef de projet éolien chez VALECO depuis 2017 : « La mission première du chef de projet est d'obtenir le permis de construire du parc (éolien, solaire, biomasse...). Mes tâches sont variées pour réaliser un dossier de demande : concertation auprès de l'ensemble des acteurs impliqués et concernés (élus, propriétaires terriens, collectivités...) ; conception du projet et choix techniques ; coordination des études (paysage, acoustique, faune, flore...) avec l'appui des experts internes et externes ; suivi des demandes d'autorisations en cours ; gestion du planning et du budget... Ce que je préfère dans mon travail, c'est d'avoir une grande liberté de mouvement, aussi bien dans l'organisation de mon travail que dans la manière d'aboutir aux résultats espérés. »

 

 

Une information à partager ?
Cliquez-ici !

 

Retour

 

A LIRE AUSSI