Sète - HERAULT ( 34 ) - SETE - 276ème édition de la Saint-Louis : Demandez le programme !

Sète - HERAULT ( 34 ) - SETE - 276ème édition de la Saint-Louis : Demandez le programme !

Sète - HERAULT ( 34 ) - SETE - 276ème édition de la Saint-Louis : Demandez le programme !

Par OCCITANIE TRIBUNE - Florence DENESTEBE, le 13 Août 2018

Rendez-vous jeudi 23 août pour le top départ de la Saint-Louis. La Ville célébrera ses jouteurs mais également ses représentants de l’olympisme, thème retenu cette année pour la traditionnelle fête sétoise. Au-delà de l’hommage au sport, cette édition 2018 mettra encore à l’honneur les habitants et visiteurs attendus pour ces six jours de festivités.

Défilés, concerts, feu d’artifice, tournois… retrouvez tous les temps forts  et le programme complet en fin d'article 


 

Sète crève l'écran !
Notre ville s'est délicatement installée tout en haut de l'affiche. On ne compte plus les tournages de films et de séries réalisés dans notre île singulière, qui semble, chaque jour, peaufiner sa beauté, mettre en valeur son patrimoine et ses traditions, pour séduire toujours davantage le visiteur et emplir de fierté ses habitants.
Sète la culturelle a tant d’atouts dans sa manche. Une muse pour les artistes, les cinéastes et les porteurs de projet. Sète l’inspiratrice regorge de talents. Car ls y puisent la confiance indispensable au dépassement de soi.
Cette confiance est notre force.
Elle explique la place de choix que le sport occupe dans l’esprit des Sétois qui portent fièrement les couleurs de notre cité.
Ainsi, l’évidence d’une Saint-Louis 2018 tournée vers l’Olympisme s’est imposée. Certes, l’obtention de l’organisation des Jeux-2024 par la France n’est pas étrangère à ce choix. Adeptes d’une politique sportive ambitieuse, les quatorze communes qui composent Sète Agglopole Méditerranée ont en effet décidé de se porter candidates pour devenir base arrière et d’entraînement pour les délégations na- tionales et internationales. Un pari audacieux, parfaitement justifié, qui permettra à notre territoire d’offrir ses plus belles facettes aux sportifs venus de toute la planète.
En attendant, pour la 276ème édition de la Saint-Louis, ce sont les champions locaux que nous avons choisis de mettre à l’honneur. Et s’ils sont des dizaines à avoir arboré les couleurs de Sète la Sportive sous la bannière arc en ciel de l’Olympisme, quatre d’entre eux nous ont paru incontournables.
Le gymnaste Philippe Vatuone, médaillé de bronze à Los Angeles, en 1988, partage pour sa part avec Thierry Péponnet, champion olym- pique de voile à Seoul, l’exclusivité d’avoir goûté à l’émotion incom- mensurable d’un podium olympique. Eric Battista, le plus ancien d’entre eux, trois fois sélectionné olympique au triple saut, entre 1956 et 1964, symbolise parfaitement l’esprit sportif de notre ville. Quant au triathlète Laurent Vidal, bien trop tôt disparu, il était devenu à seulement 31 ans et deux participations aux Jeux Olympiques, l’étendard de la nation et l’un des plus fiers ambassadeurs de notre chère ville.

L’hommage à ces quatre champions, mais aussi à tous ceux qui ont représenté la ville aux JO, méritait un cadre majes- tueux. Ce sera la Saint-Louis, le plus beau fleuron de notre ville, une fête locale hors normes, unie autour de nos preux cheva- liers de la tintaine. Respect, Excellence, Amitié, nos demi-dieux portent au plus profond d’eux les valeurs de l’Olympisme. Depuis plus de trois siècles, nos joutes nous envoutent. La magie reste intacte. Inoxydable.

Sète fière de ses traditions, de son patrimoine vivant.
Athènes est le berceau de l’Olympisme,Sète celui des Joutes Languedociennes. Six jours durant, le coeur de notre cité battra au rythme des combats de titans que se livreront les hommes en blanc. Six jours de fête pour une Saint-Louis sans cesse enrichie, qui rend si fiers les Sétoises et les Sétois quand vient l’instant de la conter aux milliers de visiteurs accourus de la Région et d’ailleurs. La réussite de ce rassemblement est celle d’une com- munauté de vie. La nôtre. Celle que forment, maillon après maillon, les jouteurs, bénévoles, services municipaux. Je leur exprime ici, au nom de tous, ma gratitude.

L’histoire de la famille François fera cette année partie des belles sagas à raconter. Car c’est à l’un de ses dignes représentants qu’est revenu l’honneur de signer la traditionnelle affiche de la Saint-Louis. Jean-Jacques François, peintre et plasticien, chantre du « détour- nement », avec cet œil sans cesse décalé, où les apparences n’ont pas de limite.

Jean-Jacques, auteur d’un tableau où la femme tient le premier rôle dans un univers des joutes un tantinet machiste, mais jamais misogyne.
Jean-Jacques, enfin, si fier de rendre hommage à son grand frère, Pierre François, l’un des artistes sétois les plus doués de sa géné- ration, dont l’oeuvre perdure à travers la mémoire collective. Autour de cette grande famille d’artistes, bercée par l’esprit olym- pique et le souffle de nos champions vivants ou disparus, la 276e édition de la Saint-Louis sera forcément belle, attractive et ne dé- rogera pas de ces valeurs de fraternité, respect et tradition que nous chérissons tant.

François COMMEINHES

Maire de Sète
Président de Sète Agglopôle Méditerranée

Très belle Saint-Louis à toutes et tous

L'ecran, Seta lo peta !
Nòstra vila se botèt ambé bon biais dins lo naut de l'aficha. Es pas possible de comptar los filmatges e las serias televisadas realizadas dins nòstra iscla singulara, que sembla, cada jorn, afinar sa beutat, valorar son patri- mòni e sas tradicions, per enfachinar totjorn de mai en mai lo visitaire e conflar de fiertat los abitants.
Seta la culturala a dins sa saca un fum d'atots. Una musa per los artistas, cineastas e portaires de projèctes.
Seta l’inspiradoira regola d'engenhs. I pescan la fisança indispensabla per se subrar.
Aquesta fisança es nòstra fòrça.
Ditz la plaça de tria que l'espòrt pren dins l'èime das Setòris que son fièrs de portar las colors de nòstra ciutat.
Antau, es clar qu'una Sant Loís 2018 virada cap a l'Olimpisme s'impausèt. De segur, l'aguda de l'organizacion das Jòcs de 2024 per França es pas estrangièra a la causida. Adèptes d’una politica esportiva ambiciosa, las catòrze comunas que fan Seta Aglopòl Mediterranèa decidiguèron en efièch d'èsser candidatas per venir basa endarrièra d'entraïnament per las dele- gacions nacionalas e internacionalas. Una escomesa ardelosa que se jus- tifica au perfèct, e que permetrà a nòstre territòri de porgir as esportius venguts de pertot de la planeta, sas facietas pus bèlas.
Entretant, per la 276ena edicion de Sant Loís, causiguèrem d'onorar los campions d'aquí. E se son de desenats qu'arborèron las colors de Seta l'Esportiva jota lo pabalhon arc de Seda de l'Olimpisme, quatre d'entre eles los podiam pas mancar.
Lo gimnasta Felip Vatuone, medalhat de bronze a Los Angeles, en 1988, participa ambé Terric Peponnet, campion olimpic de vela a Seol, a l'exclu- sivitat d'aver apreciat l'esmoguda grandarassa d'un podium olimpic. Eric Battista, lo pus ancian, tres còps seleccionat olimpic au triple saut, entre 1956 e 1964, simbolisa plan l’èime esportiu de nòstra vila. Per çò qu'es dau triatlèta Laurenç Vidal, tròp lèu desaparegut, èra estat son que a 31 ans e doas participacions as Jòcs Olimpics, l'estendard de la nacion e un das pus fièrs ambaissadors de nòstra cara vila.,
L'omenatge a aquestes quatre campions, mas tanben a los que represen- tèron la vila as J.O, meritava un encastre majestuós. Serà Sant Loís, lo floron pus bèu de nòstra vila, una vòta que passa l'òsca, recampada alentorn de nòstres valoroses chivalièrs de la tintaina. Respècte, Excelléncia, Amis- tat, nòstres mièges dieus an au pus prigond d'eles las valors de l'Olim- pisme. Desempuòi pus de tres sègles, las ajustas nos emmascan. La magia es totjorn aquí. Inoxidabla.

Seta fièra de sas tradicions, de son patrimòni vivent.
Atenas es lo brèç de l’Olimpisme, Seta lo de las Ajustas Lengadocianas. Pendent sièis jornadas, lo còr de la ciutat batega au ritme de las batèstas de titans que se donan los òmes en blanc. Sièis jornadas de fèsta per una Sant Loís de longa enriquesida , que fa venir fièrs Setòrias e Setòris quand es l'ora de la contar au milierat de visitaires venguts de la Region e d'en- dacòm mai. La capitada dau recampament es la d'una comunautat de vida. La nòstra. La que fan, malha per malha, ajustaires, benevòls e servicis municipaus. Lor dise aquí, au nom de totes, ma gratitud.
L’istòria de la familha François farà ongan partida de las sagas bèlas de contar. Qu'es un de sos dignes representants qu'aguèt l'onor de signar la tradicionala aficha de Sant Loís.
Joan-Jaume François, pintre e plastician, cantorau dau « desviament», ambé aquesta agachada de longa desencalada, onte las aparéncias an pas de bòrna .
Joan-Jaume, autor d’un tablèu onte la femna a lo prumièr ròtle dins un univèrs de las ajustas un pauqueton machò, mas pas jamai misogin. Joan-Jaume, enfin, fièr d'onorar son fraire grand, Pèire François, un das artistas setòris los pus dotats de sa generacion, que l'òbra perdura a travèrs la memòria collectiva.
Alentorn d'aquesta familha granda, breçada per l'èime olimpic e lo buf de nòstres campions vius o desapareguts, la 276ena edicion de Sant-Loís serà de segur bèla, atrasenta, e derogarà pas a aquestas valors de frairetat, de respècte e de tradicion que nos agradan tant.

Francés COMMEINHES

Conse de Seta
President de Seta Aglopòl Mediterranèa

Bèla e fòrça bèla Sant Loís en totas e totes.


SAINT LOUIS 2018

Nous l’attendions avec impatience. Le rideau se lève enfin sur la 276e édition de la Saint- Louis.

Les joutes sont encrées dans l’ADN de Sète. Elles sont nées avec la fondation du Port et de la Ville, un certain 29 juil- let 1666.

Elles font partie de notre patrimoine maritime vivant, que la Municipalité s’emploie aux côtés des sociétés de joutes à transmettre et à faire vivre.
Pendant six jours, le cœur des Sétoises et des Sétois va bat- tre au rythme de la Saint-Louis, des hautbois et des tam- bours dans la ferveur et la fraternité.

Une parenthèse enchantée durant laquelle les jouteurs seront au cœur de toutes les attentions et de toutes les dis- cussions.
Du haut de la tintaine, ces hommes en blanc tant aimés du public nous font vibrer pendant toute la saison estivale et un peu plus encore pour la Saint-Louis.

Sur le Cadre Royal en ébullition, on se presse, on s’agite, on joue des coudes pour célébrer ces valeureux chevaliers, ad- mirer leurs combats et applaudir les plus belles passes... jusqu’au sacre du vainqueur du tournoi des lourds, celui qui entrera dans la légende et l’histoire de la Ville.

Partageons dans ce Cadre Royal, le bonheur et la fierté d’être Sétois, et le talent de nos chevaliers de la tintaine.

Elyane SARDA

Conseillère municipale déléguée à l’organisation des joutes


JEAN-JACQUES FRANÇOIS SIGNE L’AFFICHE DE LA SAINT-LOUIS 2018

Chaque année, la Ville de Sète demande à un artiste Sétois de réaliser l'affiche de la Saint-Louis. Di Rosa, Combas, Cervera, Cosentino, Vilar, Topolino, Marc Duran, Christopher Dombres, Agnès Varda... se sont tour à tour pliés à cet exercice ces dernières années.

En 2018, c'est le peintre et plasticien Jean-Jacques François qui a été choisi par le maire François Com- meinhes, pour illustrer ce grand moment de la vie sétoise.

S’il fallait résumer Jean-Jacques François, le mot exactserait «détournement».JJFn’aimepasêtre là où on l’attend, ni là où il s’attend à être lui- même. Il porte sur tout ce qui l’entoure un regard décalé, qui ne se laisse pas limiter par les appa- rences. Ses œuvres à la fois oniriques et tissées par l’inattendu recèlent chacune une histoire ma- gique. Natif de Sète et autodidacte, il s’est tout de même formé au dessin industriel au lycée tech- nique de la Grande-rue-Haute, en plein cœur du Quartier Haut. Très tôt poussé par son artiste de frère, Pierre François, il commence à peindre dans les années 70. Une activité qu’il poursuivra après son départ pour Barcelone où il s’installe en 1975. Il commence à travailler en tant que designer sty- liste pour un grand groupe franco-espagnol. « J’ai eu ma propre affaire, j’ai réalisé mes propres créa- tions, et j’ai également travaillé pour de célèbres marques françaises. Mais toujours en free lance » dit-il. On l’aura compris : Jean-Jacques François ne se laisse pas enfermer. Il revendique une entière liberté de mouvement comme d’expression.

«Artiste conceptuel plutôt que peintre à part en- tière», tel qu’il se décrit, il se laisse guider par le hasard et la nécessité de créer, et continue de naviguer entre deux attaches de cœur, Bar- celone, berceau de l’art catalan, et Sète, ber- ceau de la Figuration Libre, deux puissantes influences qui nourriront son inspiration. «J’ai fait deux expositions en Espagne, dont une avec mon frère Pierre et d’autres artistes sétois en 1989. C’était dans le cadre du collectif Le Sud attaque ».

Aujourd’hui, il fait partie de l’écurie sétoise de Christian Jurand, « Le cercle des arts et de la culture » qui regroupe sous le vocable « Grande école sétoise » des artistes tels que Marc Duran, Topolino, Cervera, Cosentino, Périmon... tous héritiers de la Figuration Libre.


L’affiche de la Saint-Louis :

un hommage à Pierre François et aux traditions sétoises

« L’histoire de ce tableau, c’est avant tout un hom- mage à mon frère Pierre François » explique Jean- Jacques François. «C’est l’artiste qui s’est le plus inspiré des traditions nautiques sétoises, qui les a le plus célébrées. Et je lui dois beaucoup puisque c’est lui, il y a déjà longtemps, qui m’a incité à me lancer dans la création artistique. La toile est au dé- part une représentation horizontale. Et pour en faire une affiche au format vertical, il m’a fallu choisir un angle : j’ai choisi de faire de la femme le personnage central pour casser un peu l’image machiste des joutes. Ici, c’est elle qui tient la lance. C’est une jou- teuse. Puisqu’aujourd’hui les femmes jouent au foot et au rugby, pourquoi ne pas imaginer un tournoi fé- minin? Danslapartiedroitedutableau,jemesuis inspiré des chevaliers du Moyen Age. On sait que les joutes languedociennes tirent leurs origines de cette époque. Puis j’ai décliné le spectacle nautique, l’af- frontement des combattants, le public, les enfants... Il y a même dans un petit coin Brassens et Jean- Louis Zardoni, le joueur de hautbois. En même temps, j’ai fait référence à Jonas et la baleine. La baleine pour une raison que tout le monde connait : c’est la forme du mont Saint-Clair et c’est l’emblème de Sète. Il y a cette barque destinée à récupérer les lances, les pavois et les jouteurs tombés à l’eau. Comme Jonas jeté à la mer et récupéré par la ba- leine puis recraché sur le rivage. Cette barque, elle est en même temps à l’intérieur et à l’extérieur de la baleine. Et puis il y a la couleur. Sète, c’est la couleur. Mais j’ai voulu des joutes nocturnes et c’est donc un bleu profond que j’ai choisi, qui tourne vers le vert foncé pour évoquer ce qui se passe sous les barques, le fond de l’eau et les poissons. Il y a tout dans cette toile, tout ce qui pour moi repré- sente Sète et les joutes ».


Jeux, Sète et Olympisme

Après avoir décerné en 2017 la médaille d’or de la fidélité à Agnès Varda, la plus sétoise des réalisatrices internationales, c’est cette année vers l’Olympisme et ses vertus de partage, de rassemblement et de fair-play que la ville de Sète a choisi de se tourner pour accom- pagner la 276e édition des festivités de la Saint-Louis.

L’obtention de l’organisation des Jeux-2024 par la France, l’esprit sportif qui souffle éternellement sur le territoire de l’Agglopôle et les valeurs de loyauté et de combat que véhiculent nos chevaliers de la tintaine, chaque été sur les barques, ont initié ce choix fédérateur. Adepte d’une politique sportive ambitieuse, la ville de Sète, asso- ciée aux treize autres communes de l’Agglopole, s’apprête à dépo- ser candidature pour devenir base arrière et d’entraînement des futurs Jeux de Paris et cette Saint-Louis 2018 constituera le point de départ d’une campagne collective, où l’esprit d’équipe et le

Un Sétois pur sucre ! Qui allait faire vibrer toute une génération de sportifs et braquer les projec- teurs de la popularité et de la médiatisation sur une discipline sportive de légende, l’une des plus anciennes pratiquées en île singulière.

désir d’entreprendre seront les moteurs de la réussite.
Athènes berceau de l’Olympisme, Sète terre fertile de champions. Ils sont nombreux les sportifs sétois à avoir représenté la Ville aux J.O. Quatre d’entre eux sont incontournables : Thierry Péponnet, médaillé d’Or et de bronze en voile, Philippe Vautone, médaillé de bronze en gymnastique artistique, Eric Battista, trois fois sélec- tionné en saut et le très regretté Laurent Vidal, deux fois sélec- tionné en Triathlon. Sète la Sportive a toujours cultivé avec succès les valeurs de l’Olympisme. En dédiant cette 276e édition à l’his- toire des Jeux, c’est à ces quatre champions, mais aussi à tous ceux qui ont représenté Sète aux J.O. que la ville rendra hommage pendant six jours, le temps d’une Saint-Louis riche de lumière, de dynamisme et de manifestations en tout genre, de nature à rendre notre ville encore plus belle et agréable à vivre.

Invités d’honneur

Thierry Péponnet, à voile et à cœur

Il a incontestablement mérité son passeport sétois. Et s’il s’est définitivement installé en île singulière depuis 1993, cela fait plus de trente ans que les Sétois ont pris l’habitude de croiser le regard bleu océan de Thierry Péponnet. Havrais de naissance, le navigateur est tombé dans la voile très jeune.

Il fait ses premières armes sur le plan d'eau de la Côte de Beauté et effectue sa scolarité à Royan, où il navigue sur le "Chassiron junior " de son père. Avec son frère Daniel, il sillonne les plans d'eau de Charente Maritime et attrape le virus de la mer, porté par les exploits des marins de légende qui ont orné son enfance, mais aussi par l’obtention de plusieurs titres natio- naux. Très vite, plusieurs spécialistes le taxent de surdoué et cette nouvelle réputation va lui confiner des objectifs très hauts. Les plus prestigieux de tous... Les Jeux Olympiques !

Associé à son ami Luc Pillot, Thierry Péponnet se présente à Los Angeles avec une étiquette d’outsider de la course des 470, dériveur bi-place. Pé-

ponnet a 25 ans, Pillot aussi. Ensemble, les deux hommes vont chercher une médaille de bronze promet- teuse, juste derrière les favoris. Pour le duo tricolore, la marche n’est pas encore assez

élevée. Leur rêve commun, c’est l’or et les deux potes n’auront de cesse, durant quatre ans, de muscler leur entraînement et peaufiner leurs ré- glages, avec, au passage, un titre de champion du Monde acquis en 1986. Mais la course olympique, c’est autre chose. En 1988, à Seoul, dans une mer piégeuse et rendue dangereuse par un typhon qui s’est abattu sur la Corée du Sud quelques heures auparavant, le duo français fait pourtant un récital. Il domine ses adversaires et s’impose avec brio, offrant à la France son premier titre olympique en dériveur bi-place 470. Un exploit majuscule qu’il n’oubliera jamais.

La suite ? Une carrière dans la course Open et une sacrée réputation de tacti- cien, qui lui vaudra d’être retenu par le défi français de l’America Cup 2000. Mieux, en 2007, c’est carrément à la barre de K-Challenge que Thierry Péponnet représentera la France à travers les régates de la plus grande course au Monde.

Eric Battista, le sauteur

A force de placer, à bon escient, Eric Battista dans la cercle exclusif des amis de Georges Brassens, on en oublierait presque que le Sétois de naissance fut avant tout l’un des meilleurs triples sauteurs français de l’histoire de l’athlétisme. Entre 1955 et 1966, celui que Brassens, gourmand de sobriquets, surnommera tout na- turellement « le sauteur » allait en effet s’approprier onze titres consécutifs de champion de France. Avec en prime dix records nationaux, dont le plus remarqua- ble, en 1964, l’amena à 16,09 m. A titre de comparaison, cinquante-quatre plus tard, il n’est aujourd’hui que de... 18,04 m.

Bref, Eric Battista fait partie de ces Sétois qui ont contribué à écrire l’histoire du sport local. Bien que licencié au Paris Université Club (Puc), il ne manquera jamais une occasion de rappeler que c’est à ses amis de Sète qu’il pense à chaque fois qu’il accède à un podium.

Meilleur triple sauteur français, Eric Battista aura l’honneur de défendre les cou- leurs tricolores à trois reprises aux Jeux Olympiques. De Melbourne à Tokyo en passant par Rome, il n’aura de cesse de défendre avec honneur et fierté la tunique bleu, blanc, rouge. Et si sa meilleure performance olympique reste une 16e place en finale, à Melbourne, ses deux victoires aux Jeux Méditerranéens de 1955 et 1959 lui permettront d’étoffer un palmarès remarquable.

Après une carrière de sportif accompli, Eric Battista, encouragé par Georges Brassens, décidera de mettre son talent au service de son autre passion, la peinture. Répertoriées par plusieurs musées à travers le Monde, les œuvres de l’ancien triple sau- teur, alliances de rigueur et de sensibilité, sont aujourd’hui unanimement reconnues.

L’inoubliable Laurent Vidal

Il était devenu un extraordinaire am- bassadeur du sport sétois ! Un magni- fique porte-parole, capable de convaincre, impressionner ou émou- voir.

Laurent Vidal, c’était un mélange de gentillesse, d’abnégation, de courage et de talent. Un « mec bien tout sim- plement », comme le soulignera, en larmes, son ami Martin Fourcade, avec lequel il adorait partager les sorties en VTT, dans la Gardiole ou en contrebas des montagnes pyrénéennes.

Mais le bonheur fixe parfois des limites
inacceptables. En enlevant Laurent Vidal à l’affection des siens une triste nuit de novembre 2015, à l’âge de 31 ans, le sort a choisi d’ôter au Monde du sport un champion incomparable, dont la passion débordante avait sus- cite tant de vocations.
Rapidement épris de triathlon, Laurent Vidal allait en devenir une icône à la Française. Trois fois champion national, en 2009, 2011et 2012, le Sétois allait aussi toucher une première fois le graal pour un sportif de haut ni- veau, les Jeux Olympiques. A Pékin, en 2008, sa première expérience avec l’Olympe allait se transformer en par- cours initiatique et sa 36e place sur la ligne d’arrivée ne pas refléter le vérita- ble talent de l’athlète.

Dès lors, lorsqu’il se présente à nou- veau sous les anneaux olympiques, quatre ans plus tard, à Londres, le Sé- tois a retenu la leçon. Sa course est fluide, ses coulées efficaces, ses coups de pédales limpides et ses fou- lées implacables. Longtemps au contact des meilleurs, Laurent ter- mine finalement cinquième et manque le podium de très peu. Mais sa performance le hisse au sommet du sport français.


Compétiteur hors normes, Laurent Vidal est aussi un éducateur exceptionnel, dont la rage de vaincre n’a d’égal que le besoin de partager. Après un sérieux ennui de santé, en avril 2014 à la piscine Fonquerne, il décide de lever le pied et prend en mains les destinées mondiales d’athlètes internationaux et na- tionaux ainsi que celles de la jeune championne française Emmie Charayron. Un ange s’en est allé bien trop tôt. Mais son souvenir est éternel. Et la trace indélibile.

 

Une information à partager ?
Cliquez-ici !

 

Retour

 

A LIRE AUSSI