Mireval - En saisissant le Conseil d'État, l'opposition municipale se Trump de combat !

Mireval - En saisissant le Conseil d'État,  l'opposition municipale se Trump de combat !

Mireval - En saisissant le Conseil d'État, l'opposition municipale se Trump de combat !

Par Christophe Durand, maire de Mireval., le 01 Mars 2021

En saisissant le Conseil d’État, l’opposition municipale se Trump de combat !

Il est des défaites plus difficiles à accepter que d’autres… Tout comme Donald Trump, outre-atlantique, M. Robert André, à Mireval, s’obstine à réfuter la réalité des urnes. Défait il y a un an aux élections municipales, il n’accepte toujours pas le choix des électeurs-rices. Alors qu’en septembre 2020, le Tribunal Administratif de Montpellier rejetait en bloc l’ensemble des recours formulés par les élus d’opposition, ces derniers viennent de saisir le Conseil d’État, plus haute juridiction administrative du pays, dans l’espoir de faire annuler le résultat exprimé par les Mirevalais.es en mars dernier.

Pendant que le pays tout entier lutte contre la pandémie de Coronavirus, et que les élus locaux sont au cœur de cette bataille sanitaire, voilà qu’à Mireval, certains semblent plus préoccupés par leur soif de pouvoir que par le bien-vivre de leurs concitoyens. Depuis de longs mois, les élus de la majorité, les agents communaux et des bénévoles se mobilisent au quotidien pour accompagner notamment les personnes les plus fragiles à traverser cette crise. Pourtant membre du Centre Communal d’Action Social (CCAS), M. Robert André brille par son absence sur le terrain, plus occupé semble-t-il à la rédaction de dossiers de contestation.

Élue au 1er tour en mars 2020 avec 204 voix d’avance (sur 1 574 bulletins exprimés – soit 56,58% de participation), la liste Mireval Terre d’Avenir (Christophe Durand) a obtenu à l’issue du scrutin 18 des 23 sièges à pourvoir. Christophe Durand a été réélu maire à l’occasion de la première séance de ce mandat, lors d’un conseil municipal boycotté par Robert André et son équipe. 

La décision rendue par le Tribunal Administratif semblait sans appel, les élus de la majorité soulignaient alors leur envie de travailler enfin dans un esprit de sérénité retrouvée. Pourtant, contre toute attente et refusant toujours d’admettre leur défaite, M. Robert André, et l’ensemble des élus d’opposition déposent un ultime recours devant le Conseil d’État. A cela s’ajoutent également leurs multiples attaques personnelles diffamatoires et calomnieuses à l’encontre de Christophe Durand. La répétition de ces événements obligeant dorénavant monsieur le Maire à faire constater les actions préjudiciables par les instances adéquates et donc à se défendre. Il est grand temps que M. Robert André respecte les institutions, respecte l’action publique, respecte l’intégrité des acteurs publics et préserve le denier public. Pour rappel, un élu local a pour vocation d’œuvrer pour le bien vivre ensemble et non être la cible d’opposants « énervés ».

Malgré les nombreuses tentatives constructives des élus de l’équipe de Christophe Durand, M. Robert André, animé par la frustration, ne s’implique résolument pas au service des administrés. Le minimum consisterait alors à ne pas empêcher le conseil municipal d’œuvrer positivement pour la commune.

Monsieur le Maire, fort de ses convictions, de ses valeurs, a résolument fait le choix de l’intelligence collective, du rassemblement des bonnes volontés et de l’ambition pour Mireval. C’est avec sérieux et rigueur que les projets seront menés par Christophe Durand et son équipe, conformément aux engagements de campagne ; et ce, malgré les attaques haineuses et répétées de Monsieur Robert André.

Les élus au service de la commune méritent confiance et bienveillance de leurs administrés.

Les Mirevalais.es méritent la mobilisation totale de leurs élus.

Mireval mérite un avenir radieux.

La démocratie mérite le respect.

« Là où il y a une volonté, il y a un chemin. » François Mitterrand.

 

 

 

Une information à partager ?
Cliquez-ici !

 

Retour

 

A LIRE AUSSI