ACTUALITÉS : TOULOUSE - LE MARATHON DES MOTS 14e festival international de littérature 28 juin 1er juillet 2018

28-06-18 : TOULOUSE - LE MARATHON DES MOTS 14e festival international de littérature 28 juin 1er juillet 2018

LE MARATHON DES MOTS
14e festival international de littérature Toulouse Métropole, 28 juin – 1er juillet 2018

Le Marathon des mots, festival international de littérature de Toulouse Métropole, inventé en 2005 par l’écrivain et diplomate Olivier Poivre d’Arvor, se tiendra du 28 juin au 1er juillet 2018.

Cette 14e édition proposera près de 180 lectures, performances et spectacles littéraires
dans 72 lieux culturels de la région Occitanie.

Serge Roué et Dalia Hassan, directeurs de la manifestation, ont annoncé ce mercredi les grandes lignes de la programmation 2018 qui fera la part belle aux écrivains et artistes de langue portugaise, accueillera l’intellectuelle américaine Rebecca Solnit pour un Marathon des idées en forme de ré exions sur la masculinité, tout en proposant des conversations avec de grandes gures de la littérature méditerranéenne et une série de performances littéraires avec les écrivains français les plus en vue du moment.


Programme complet, disponible à partir du 18 mai 2018
Ouverture de la billetterie en ligne : 18 mai 2018 à 15h00
Présentation publique du 14e Marathon des mots : 24 mai 2018 à 18h30 au Goethe Institut (Toulouse).

www.lemarathondesmots.com

Une photographie de l’artiste lisboète Pauliana Valente-Pimentel illustre l’af che du Marathon 2018 © Pauliana Valente-Pimentel

​​​​​​

TROIS CONTINENTS Écrivains de langue portugaise

Le Marathon des mots s’ouvre cette année à la lusophonie avec un plateau d’écrivains et d’artistes venus du Portugal, du Brésil, d’Angola et du Cap-Vert. Les Portugais Lídia Jorge, José Luis Peixoto, Valério Romão, José Rodrigues dos Santos, João Tordo ; les Brésiliens Paula Anacaona, Bernardo Carvalho, Conceição Evaristo, Guiomar de Grammont, Henrique Rodrigues ; les Angolais José Eduardo Agualusa, Valter Hugo Mãe, l’Espagnol Antonio Muñoz Molina et les Français Jean-Paul Del no, Yves Léonard et Patrick Straumann participeront à des rencontres et des lectures, tandis que des hommages seront rendus à Fernando Pessoa, José Saramago, João Guimarães Rosa, Mia Couto et aux Editions Chandeigne, spécialisées dans les littératures lusophones.

Cristina Branco, Antonio Zambujo et la chanteuse cap-verdienne Lucibela, héritière de la grande Cesária Évora, feront vibrer le cœur des marathoniens aux sons de leurs fado et morna.

Sans oublier une plongée dans les archives « portugaises » de la Dépêche du Midi (Où nit la terre...) et deux projections en plein air à Colomiers et Toulouse pour voir ou revoir L’homme de Rio, le lm de Philippe de Broca, tourné au début des années 60 à Brasilia dans les architectures naissantes d’Oscar Niemeyer.

MASCULIN / FÉMININ
Etre un homme en 2018 : réflexions sur la masculinité

La présence exceptionnelle de l’essayiste américaine Rebecca Solnit (Ces hommes qui m’expliquent la vie, L’Olivier), dans le cadre du Marathon des idées, sera le point de départ d’une série de rencontres et ré exions sur la masculinité.

Olivia Gazalé (Le mythe de la virilité, Robert Laffont), Sébastien Monod (Montgomery Cliff, l’enfer du décor, Lettmotif), Wilfried N’Sondé (Marianne et le garçon noir, Pauvert), Conceição Evaristo (Insoumises, Anacaona), Nicolas Fargues (Je ne suis pas une héroïne, P.O.L), Saleem Haddad (Guapa, Tamyras), Léonor de Récondo (Point cardinal, Sabine Wespieser), Eric Reinhardt

(La chambre des époux, Gallimard) et Abdellah Taïa (Celui qui est digne d’être aimé, Le Seuil) et beaucoup d’autres invités dialogueront sur ce thème tout au long de cette édition.

La journaliste Annick Cojean (Je ne serais pas arrivée là si..., Grasset) reviendra sur ses interviews et les combats de Françoise Héritier et Simone Veil, deux grandes gures du féminisme ; Blandine de Caunes évoquera Journal d’Irlande (Grasset), le dernier projet de sa mère Benoîte Groult.

Ces échanges seront prolongés par des performances d’artistes : le comédien et performeur Thomas Gonzalez (Bleu de Derek Jarman), le plasticien tangérois Sou ane Ababri (Humer l’odeur des eurs tant qu’il est encore temps) et le chorégraphe tunisien Rochdi Belgasmi (Zoufri).

OCCITANIE TRIBUNE - Florence DENESTEBE (04-04-18)     15757 vues

 

Occitanie Tribune
Occitanie Tribune

Retour

Imprimer

Envoyer par E-mail   Signaler un abus