ACTUALITÉS : OCCITANIE - Services publics, arrêtons la casse et la com, favorisons la convergence des colères!

OCCITANIE - Services publics, arrêtons la casse et la com, favorisons la convergence des colères!

Services publics, arrêtons la casse et la com, favorisons la convergence des colères!

Ne nous laissons pas berner par les impostures verbales de Macron et de son gouvernement. Sous couvert « d’adaptation », de « modernisation », de « compétitivité et de mise en concurrence », ils préparent la plus violente agression depuis des décennies contre la fonction publique et donc contre l’ensemble des services publics pourtant si utiles au fonctionnement et à la cohésion de toute la société. Ce même gouvernement vient d’annoncer un véritable dynamitage du bien public avec son projet de suppression de 120 000 emplois de fonctionnaires. Autant de postes qui seraient « remplacés » par des emplois précaires, occasionnels, sous payés, jetables et corvéables.

Il n’est pas un jour sans que des salariés, des syndicalistes, des usagers, des professionnels, des journalistes à travers des reportages ne tirent la sonnette d’alarme pour alerter sur la souffrance au travail et le manque d’effectifs dans les hôpitaux, dans la justice, l’enseignement, la police… De même dans les entreprises publiques comme la SNCF ou La Poste…

Comme nous l’avons appris le vendredi 16 février 2018, le DASEN du Lot a rendu la décision finale de suppression de 12 postes d’enseignants pour la carte scolaire 2018-2019. A juste titre depuis le début de l’année, citoyens, parents d’élèves et élus se sont mobilisés pour le maintien d’un maximum de postes. Nos deux députés du Lot, “En Marche” et “Républicains”, ont estimé que cet engouement du public pour sauver leurs écoles ouvrait des opportunités de “travail”.

La première a donc lancé “une consultation citoyenne” sur l’avenir de notre école rurale, où il est question de travailler avec toutes “les forces vives du territoire”, et ce afin de “repenser le schéma de l’offre scolaire”. Une initiative, comme il y en a eu tant d’autres, qui porte un jolie nom, mais dont on est en droit de se demander ce qui en sortira de concret! Rappelons que c’est tout de même cette majorité parlementaire “en marche” qui, aux plus hautes instances du gouvernement, prône des politiques dures d’austérité budgétaire.

La seule façon de repenser ce “schéma de l’offre scolaire” ne réside pas dans de grands coups de communication, mais plutôt dans une prise de conscience collective que l’école est un service public garanti à tous, et ne peut être appréhendé comme une start up!

L’éducation de nos enfants ne doit pas être soumise à leur logique libérale! Voilà le seul moyen de “se donner la possibilité de mettre en place une école rurale ambitieuse et pérenne”, comme se plaît à l’annoncer notre députée “en marche”…

La droite ne fait pas mieux. Alors que le candidat aux présidentielles Fillon (LR) prônait encore plus de suppressions de postes de fonctionnaires, notre député LR décide de lancer “des états généraux de l’école rurale”, pour faire “émerger les atouts de notre territoire”. Mais de quels atouts parle-t-on?  La Droite au pouvoir n’a eu qu’un souhait, réduire toujours plus le “coût” des services publics. En effet, que deviendront nos territoires ruraux lorsque les libéraux auront fini de les vider des derniers services de santé, de transports ou d’éducation…?

Les exemples d’austérité mortifère appliquée dans les collectivités où la Droite est “aux manettes” ne manquent pas, et participent systématiquement à la casse de nos services publics.

En soit, l’irruption des citoyens dans ces états généraux est louable. Mais sans moyens supplémentaires, la reconquête de la ruralité est bien compromise. Par ce recul gravissime du bien public dans le seul intérêt privé des groupes financiers que défend l’ensemble de la Droite, en marche ou républicaine, c’est un pilier essentiel de la République qui est visé. Celui de l’égalité de traitement des citoyens sur tout le territoire et quelle que soit leur situation sociale.

Macron va vite et profite des illusions qui perdurent encore trop dans les consciences sur ses véritables intentions. Les opérations de communication de nos députés libéraux vont malheureusement dans le même sens. Il n’est donc plus de temps à perdre pour réagir et favoriser la convergence de toutes les colères, des révoltes et des luttes.

OCCITANIE - Services publics, arrêtons la casse et la com, favorisons la convergence des colères!

Marie Piqué Vice-Présidente en charge des solidarités, des services publics, de la vie associative et du logement (08-03-18)     1123 vues

 

Occitanie Tribune
Occitanie Tribune

Retour

Imprimer

Envoyer par E-mail   Signaler un abus