Trombinoscope des élus et personnalités de la Région Occitanie Pyrénées Méditerranée

Trombin' Oc Scope
L'INDECAPANT HORIZONTAL
AEROMART
VINS
A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z  

Utilisez les lettres de l'alphabet pour effectuer votre recherche

 

BIBAL-DIOGO Sylvie

Profession :
Vice-pdt du département du TARN

Date de naissance :
11-03-1961 -

Envoyer à un(e) ami(e)

Demander une modification

 

Sylvie BIBAL-DIOGO est Vice-président du conseil départemental du canton Carmaux 1 Le Ségala dans le TARN.

Secrétaire de section

Directrice de la maison de la citoyenneté (MDC)

Sylvie BIBAL-DIOGO form un binôme avec Guy MALETERRE lors des élections départementales.

TARN (81) - canton de Carmaux-1 Le Ségala (05)
Résultats du canton au 2d tour
 
Binômes de candidats Nuances Voix % Inscrits % Exprimés Elus
Mme Sylvie BIBAL-DIOGO
M. Guy MALATERRE
BC-SOC 4 997 36,19 63,15 Oui
Mme Julia KRUZELNISKI
M. Christian LEGRIS
BC-FN 2 916 21,12 36,85 Non

 

  Nombre % Inscrits % Votants
Inscrits 13 804    
Abstentions 4 858 35,19  
Votants 8 946 64,81  
Blancs 592 4,29 6,62
Nuls 441 3,19 4,93
Exprimés 7 913 57,32 88,45

En raison des arrondis à la deuxième décimale, la somme des pourcentages peut ne pas être égale à 100%.
Résultats du canton au 1er tour
 
Binômes de candidats Nuances Voix % Inscrits % Exprimés Elus
Mme Sylvie BIBAL DIOGO
M. Guy MALATERRE
BC-SOC 2 720 19,70 32,60 Ballotage*
Mme Julia KRUZELNISKI
M. Christian LEGRIS
BC-FN 2 082 15,08 24,96 Ballotage*
M. André MAILLE
Mme Anne MAUREL
BC-DVD 1 660 12,02 19,90 Non
Mme Christine DEYMIÉ
M. Rachid TOUZANI
BC-COM 1 103 7,99 13,22 Non
Mme Patricia BOUSQUET
M. Christophe TAMA
BC-DVG 778 5,63 9,33 Non


*Ballotage : le binôme de candidats peut accéder au 2d tour s'il le souhaite.
 

  Nombre % Inscrits % Votants
Inscrits 13 804    
Abstentions 4 865 35,24  
Votants 8 939 64,76  
Blancs 318 2,30 3,56
Nuls 278 2,01 3,11
Exprimés 8 343 60,44 93,33


En raison des arrondis à la deuxième décimale, la somme des pourcentages peut ne pas être égale à 100%.

Sylvie Bibal-Diogo, l'intégralité de son portrait

Il me faut, pour l’exercice, me demander comment je suis devenue une femme engagée en politique et syndicalement? Parler de moi n’est pas forcément très simple. Alors , pour commencer, je me retourne sur ma vie et  je vois une jeune collégienne  et plus tard une lycéenne déléguée de classe, je vois une jeune fille rentrant dans la vie associative à l’âge de 16 ans pour ne plus en sortir, je vois une jeune maman prenant la carte du parti socialiste à l’âge de 21 ans.

En 1991, à Carmaux, j’ai connu auprès de Jacques Goulesque, un grand mouvement et un soulèvement populaire pour sauver la mine. J’ai côtoyé alors des hommes rudes mais se battant avec force pour défendre leur emploi. Alors pour moi, c’est ouvert une grande page de ma vie : mon engagement syndical à la CG.  J’ai été  alors confrontée aux vrais problèmes, aux vraies difficultés du monde du travail. J’ai connu de grands moments où tous ensemble, nous nous sommes battus pour défendre  les droits des travailleurs.  « Tous ensemble », c’est ce que nous avons scandé lors des grèves de 1995. « Tous ensemble », résume à lui seul ce pourquoi j’ai toujours été engagée. En effet, faire de la politique, être engagée dans un syndicat, être une bénévole associative c’est avant tout pour moi une histoire de femmes et d’hommes, de rencontres formidables, de combats collectifs et d’histoires incroyables. 
Cette passion, cette rage que je mets dans mes mots et dans mes actes c’est sur le terrain syndical que je les ai acquises. Face aux galères d’un salarié, les grandes idées ne suffisent pas. Un responsable syndical doit être à l’écoute, doit trouver des solutions, doit se battre au côté des travailleurs en difficulté. Là, il ne s’agit pas de se mettre en avant, on doit s’oublier et se battre. A la clé, la seule « récompense »  c’est d’avoir réussi à tirer un collègue de la galère. Aucun avantage et salaire juteux, pas de camarades aux égos surdimensionnés, pas de cumul de mandat ni dans la durée ni dans le temps, en général les places ne sont pas bonnes à  prendre, juste des responsables syndicaux qui souvent mettent leur carrière en sommeil ou en danger. Cette école-là vous apprend non seulement le combat mais aussi l’humilité. Dans cette école-là, le mot « camarade » a tout son sens. Aujourd’hui, je suis toujours syndiquée mais j’ai laissé à d’autres la charge de responsable syndical dans ma collectivité. Cependant, je garde de ces années d’engagement un souvenir formidable même si parfois la lutte a été sévère voire douloureuse ou injuste et les coups sévères à encaisser.

Mon engagement au parti socialiste, par contre, a été une évidence. J’ai baigné depuis toujours dans ce milieu. J’ai milité avec mon grand-père. Avant nous, mon arrière grand-père était membre du cercle jean Jaurès. Je suis une enfant de socialiste. Je le revendique et j’en suis fière. Je transmets à mon tour à mes filles nos valeurs de solidarité et d’égalité et la force de se battre encore et toujours contre toute forme d’injustice.  J’ai eu la chance de militer à Carmaux au côté de grands hommes, de militants qui m’ont guidée tout au long de mon parcours. Certains sont morts aujourd’hui,  mais d’autres sont là,  auprès de moi, fidèles et solides comme un rempart face à l’adversité qui ne manque jamais de surgir quand on est engagé en politique. Je tiens à les remercier pour tout ce qu’ils ont pu faire et font encore pour le parti socialiste et pour l’aide et le soutien qu’ils m’ont toujours apportés et qu’ils m’apportent encore. Je ne finirai pas mes propos sans évoquer mes jeunes militants, j’essaie de les « accueillir » et de les soutenir comme je l’ai été. Ils représentent beaucoup à mes yeux : notre avenir, la continuité de notre combat. Ils sont le poil à gratter qui nous est parfois nécessaire quand avec l’âge on se met à arrondir les angles et à être plus sage. Bref, ils font parti du « tous ensemble »   qui me motive les jours où le combat politique se fait plus rude. 

Aujourd’hui, je suis une militante de base fortement engagée dans sa section et sur son territoire. Je m’implique autant que je le peux dans les affaires de ma commune et sur le carmausin. Je veille à ce que la place du Parti soit respectée dans toutes les instances de notre territoire. Aussi, je participe aux réunions concernant la fusion des deux intercommunalités de Carmaux et du ségala carmausin. Cela demande beaucoup de travail, cela représente un fort investissement personnel mais il est indispensable que les militants de base que je représente puissent s’exprimer sur tout ce qui concerne la gestion de nos collectivités. Ce n’est pas seulement l’affaire de nos élus. Nous devons, là aussi, tous ensemble et pas les uns contre les autres, travailler à un projet commun qui doit apporter une dynamique certaine à notre carmausin. Ce parcours ne peut se faire qu’avec des hommes et des femmes dont le but premier n’est pas de répondre à des « petits » intérêts personnels. Chaque fois que nous travaillons collectivement, les militants et les élus, il en résulte des idées et une vraie volonté d’agir dans l’intérêt de tous et du territoire.

Avant d’en finir, je voudrai évoquer la femme militante. Ceux qui me connaisse vont sourire car mes camarades hommes savent que je ne les manque jamais quant à la place des femmes en politique. Je dois dire qu’être femme et militante n’est pas toujours facile. Combiner sa vie de femme, de mère et de militante oblige à faire des journées bien complètes. Mais je me félicite que les textes « obligent »  mes camarades hommes à accepter la parité. Sans cela, un certain nombre d’entre eux, n’auraient pas si facilement laissé la place à des femmes. Cela permettra un vrai renouvellement sans oublier la place que nous devons réserver aux jeunes. Tout cela doit se faire avec les élus et jamais les uns contre les autres. Je suis certaine que nous pouvons y arriver. Pour ce qui me concerne, en femme engagée  je continuerai à œuvrer dans ce sens pour que chacun trouve sa place dans l’intérêt de notre Parti, car c’est à mon sens, ce qui doit motiver notre combat quotidien.

Voilà en quelques lignes ma vie de militante, celle que j’ai choisie.

 

Retour

Consulter les autres élus

L'INDECAPANT HORIZONTAL
AEROMART
VINS