Trombinoscope des élus et personnalités de la Région Occitanie Pyrénées Méditerranée

Trombin' Oc Scope
VINS
AEROMART
L'INDECAPANT HORIZONTAL
A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z  

Utilisez les lettres de l'alphabet pour effectuer votre recherche

 

MALAVEILLE Patrick

Profession :
Conseiller départemental du GARD

Date de naissance :
10-10-1962 - ALES

Envoyer à un(e) ami(e)

Demander une modification

 

Patrick MALAVEILLE Conseiller départemental du canton de La Grand'Combe dans le Gard.

Formateur en CFA de profession

Il succède au communiste Ferdinand Durand comme conseiller général du canton de La Grand-Combe en 1988 ; le benjamin du Conseil général, il en devient également le vice-président délégué aux transports scolaires. Il est réélu en 1994, puis est élu maire de La Grand-Combe lors des élections municipales de 1995 avec 58,6 % des voix face au sortant (CDS2) Jean Azzopardi, puis membre du comité national du PCF en décembre 1996. Entretemps, il est suppléant du candidat-député sortant Gilbert Millet aux élections législatives de 1993 ; également secrétaire de la section de La Grand-Combe6 et diffuseur dans cette zone de L'Humanité Dimanche, il se réclame alors du « nouveau communisme ».

En février 1995, il se prononce, dans un appel signé par 127 élus gardois, en faveur de la candidature de Robert Hue à l'élection présidentielle de 1995. En mars 1997, il participe à la mobilisation pour l'emploi dans le Gard.

Après avoir éliminé la candidate socialiste Chantal Vinot au premier tour, il est élu député au second tour des élections législatives face à Max Roustan le 1er juin 1997. Suppléé par Daniel Verdelhan, maire de Salindres, il siège, à l'Assemblée, au sein du groupe PCF. Il est membre de la commission des affaires culturelles, familiales et sociales, puis des finances et de la commission d'enquête sur certaines pratiques des groupes nationaux et multinationaux industriels.

Il fait également partie de la délégation aux droits des femmes et à l'égalité des chances entre les hommes et les femmes.

En 2001, il est candidat aux élections municipales à Alès ; il échoue dès le premier tour face à Max Roustan, mais devance les candidats André ROUDIL (MNR), Arlette CAMPOS (DVG) et Toufik Keredine (DIV)10. Devenu conseiller municipal d'opposition, il démissionne de ce mandat en 2004.

Candidat aux élections législatives de 2002 avec comme suppléante Michèle REGNES, secrétaire de la section PCF d'Alès, il est, à nouveau, battu au second tour face à Max ROUSTAN..

Cette configuration se reproduit lors des élections législatives de 2007. Il a alors Jany Sans, conseillère municipale des Mages et présidente de la communauté de communes Vivre en Cévennes, pour suppléante.

Réélu maire de La Grand-Combe en 2008, il démissionne alors du Conseil régional ; Karine Margutti lui succède.

En 2009, il fait partie du comité de parrainage pour la libération de Salah Hamouri.

En 2010, alors président du groupe communiste au Conseil général, il fait face avec Damien Alary à une crise politique due à une position hostile prise par le vice-président du Conseil Jean-Michel Suau.

Il présente la candidature de Jean-Luc Mélenchon en vue de l'élection présidentielle de 2012. Pour les élections européennes de 2014, il appelle également à voter pour la liste conduite par Mélenchon dans lacirconscription Sud-Ouest.

En octobre 2014, à l'occasion de l'élection de Jean Denat à la tête du département, il cède la présidence du groupe communiste à Christian Bastid.

En 2015, lors des premières élections départementales dans le Gard, il est élu dès le premier tour, en tandem avec Isabelle Fardoux-Jouve, conseiller départemental du canton de La Grand-Combe. Le 2 avril, il réintègre l'exécutif départemental comme vice-président, avec la délégation à la culture, au patrimoine et à l'éducation artistique.

 

 

 

 

Retour

Consulter les autres élus

VINS
AEROMART
L'INDECAPANT HORIZONTAL