Montpellier - MONTPELLIER - Carole DELGA : 3,44 Mds € de budget pour une Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée qui accélère ses investissements

Montpellier - MONTPELLIER - Carole DELGA : 3,44 Mds € de budget pour une Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée qui accélère ses investissements

Montpellier - MONTPELLIER - Carole DELGA : 3,44 Mds € de budget pour une Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée qui accélère ses investissements

Par , le 02 Février 2017

BUDGET REGIONAL ADOPTE

Carole Delga : « 3,44 Mds € de budget pour une Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée qui accélère ses investissements »

Les élus régionaux d'Occitanie / Pyrénées-Méditerranée réunis en Assemblée Plénière sous la présidence de Carole Delga, ce jeudi 2 février, à Montpellier, ont adopté le budget 2017 de la Région, pour un montant de 3,44 milliards d'euros.

Détail des votes : 87 « pour », 65 « contre » et 6 abstentions.

"Il s'agit d'un budget en hausse qui porte des mesures fortes pour une Région Occitanie  / Pyrénées-Méditerranée qui accélère ses investissements.

Priorité sera donnée à l'égalité des chances et l'accès à l'emploi, à un développement économique partagé, à l'équité territoriale et la préservation de l'environnement, et au lien social et à la solidarité. 

Notre budget est ambitieux et portera 1 milliard d'euros d'investissement sur l'ensemble de notre territoire, pour 2017".


Discours de la Présidente de Région OCCITANIE PYRENEES MÉDITERRANÉE


Monsieur le Président du Ceser,
Mesdames et Messieurs les vice-présidents, Monsieur le Président du Bureau de l’Assemblée, Mesdames et Messieurs les conseillers régionaux, Mesdames, Messieurs,
Chers collègues,

Nous sommes réunis ces deux jours pour discuter et voter le budget 2017 de la Région. De nos décisions vont découler des actes concrets pour la population et le territoire.

Ce budget a deux ambitions fortes: créer de l’emploi, de la dynamique économique et sociale sur tous les territoires et dans le même temps, il trace des perspectives fortes de la voie de l’innovation pour notre Région.

Vous connaissez ma vision de la Région : une région forte, créative et solidaire. Avec et pour nos concitoyens. Une région positive face à un monde en pleine mutations. Nous devons être en capacité d’innover , de privilégier notre qualité de vie, notre identité multiple et fraternelle.

Ce budget exprime cette volonté forte de mettre au cœur de notre action publique un objectif qui m’est cher : le progrès.

Il s’appuie sur le travail de fond mis en œuvre depuis un an avec notamment l’harmonisation de nos politiques publiques. A ce jour, 80% de nos politiques sont harmonisées. 2016 fut une année pleine avec la pose de fondations solides. 2017 sera plus intense encore car il s’agit d’accélérer et d’amplifier l’effort avec un niveau d’investissement inégalé.

C’est un budget offensif pour répondre aux défis du territoire et aux attentes des habitants.

C'est un budget qui assume le choix d’un avenir en grand, par l’investissement et l’innovation. C’est le budget d’une région positive.

1/ Ce budget offensif a pour ambition de répondre aux défis du territoire et aux attentes des habitants.

Dans une région aussi peuplée et attractive que la nôtre, qui connaît encore un taux de chômage élevé, notre Région a la responsabilité et le devoir d’accompagner les mutations. Il faut équiper, éduquer, former, stimuler l’emploi, loger, transporter, protéger... Avec un cap : préserver la qualité de vie et garantir l’équité sociale et territoriale.

Ce budget porte la vision d'un développement partagé, pour tous et sur tous les territoires.

Il confirme, s’il le fallait encore, que notre région est à la bonne échelle pour investir massivement.

► Le contexte économique dans lequel nous abordons cette année est plutôt favorable.

Les signes d’une reprise se confirment en France et dans notre région, notamment dans le secteur industriel et les services.

La Région y a pris sa part avec notamment notre plan de soutien au BTP de 880 millions d’euros, engagé au 31 décembre 2016, à plus de 82%.

Ce plan confirme ce que nous savons : dans la bataille pour l’emploi et la croissance, l’investissement public reste déterminant, notamment dans notre région. Je vous propose, avec ce budget 2017 de 3,437 milliards d’euros, d’être encore plus à l’offensive avec une hausse de nos investissements de 4%.

C’est un choix politique fort. C’est une volonté exprimée en actes dans toutes nos compétences.

Cette force régionale pour muscler l’économie, nous pouvons le résumer en un chiffre : 192 euro investi par habitant, ce qui fait de l’Occitanie, la Région qui a investi le plus en France !

Ce pari de l’investissement, nous le faisons en responsabilité. Grâce à un sérieux budgétaire que nous ont légué nos prédécesseurs. Grâce, aussi, à notre réorganisation interne et le contrôle de nos dépenses de fonctionnement.

Je tiens à remercier l’ensemble des agents de la Région pour leur implication et la qualité de leur travail.

Je veux le redire ici : je ne fais pas partie de celles et ceux qui cassent du fonctionnaire matin, midi et soir depuis des plateaux de télé parisiens. Le service public est et sera efficace, avec des agents qui connaissent parfaitement le sens de leur mission dans le cadre du projet régional. De plus, nos nouveaux dispositifs sont adaptés aux réalités territoriales, que ce soit en nature de formation, de soutien aux collectivités locales. Soucieux que chaque euro public soit utile à nos habitants, à nos territoires, la Région doit être réactive, agile et innovante.

L’ambition de notre région est bien réelle. Notre responsabilité grande, car nous sommes de toutes les collectivités, celle qui doit préparer l’avenir et porter les grands investissements de long terme.

C’est pourquoi je vous proposerai de voter un rapport spécifique (Rapport n°2 de l’ordre du jour) après le budget pour porter auprès du gouvernement et du législateur une révision complète des ressources et de la fiscalité régionales, afin d’être en phase avec le dynamisme économique attendu.

2/ La Région fait le choix d’un avenir en grand, en investissant dans 4 politiques qui démontrent la cohérence de notre projet

La jeunesse d’abord, c’est le choix de l’égalité des chances et de l’accès à l’emploi (2.1) ;

L’emploi et la croissance ensuite, c’est le choix de l’entreprise et de l’innovation (2.2) ;

Nos territoires et notre environnement, c’est le choix de la qualité et de l’équilibre (2.3) ;

Le lien social enfin, c’est le choix de la solidarité et de l’ouverture (2.4).

► 2.1 Investir pour la jeunesse est notre priorité.

Avec près de 30% de notre population qui a moins de 25 ans et 4.000 lycéens et apprentis supplémentaires chaque année, je veux relever le défi de l’égalité des chances et de l’intelligence. Oui, cette région fait le pari de la jeunesse. Oui, cette Région a confiance en la jeunesse et doit offrir les moyens à toutes les intelligences de s’exprimer.

Nous le faisons en conscience. Les conservatismes de tout poil édictent trop souvent une vision du monde et de notre pays où la jeunesse n’a aucune place, aucun avenir. Je ne me situe pas dans cette vision qui ferait que les prochaines générations vivent moins bien que les précédentes.

Soutenir la jeunesse, c’est penser à demain. Voilà pourquoi notre objectif est clair : Chaque jeune doit accéder au savoir, à la formation et à l’emploi.

Chaque jeune doit devenir un citoyen responsable, un citoyen ayant son libre arbitre et acteur de la dynamique régionale.

● Je propose un grand plan pour la jeunesse sans précédent par son ampleur.

- Nous investirons 1 milliard € sur 6 ans pour rénover ou construire lycées, CFA et établissements de formation sanitaire. C’est un des plus forts investissements en France. (Rapport n°5)

2 lycées neufs seront livrés à la rentrée prochaine (Pibrac et Castelnaudary). Et nous débuterons la construction d’autres établissements, avec l’objectif de 10 nouveaux lycées durant notre mandat.

- 730 M€ sont programmés pour une « nouvelle politique éducative » (Rapport n°4) inédite et innovante, adaptée au savoir d’aujourd’hui.

Chaque dispositif de cette « nouvelle politique éducative » est marqué du sceau de la justice sociale.

Après une concertation exemplaire, les aides aux familles seront harmonisées à la rentrée prochaine dans un esprit d’équité entre lycéens et apprentis. Nous pensons que l’apprentissage est pour nous, aussi, une voix d’excellence.

La Carte jeune sera déployée pour permettre à tous l’égalité d’accès aux supports pédagogiques, l’accès aux manuels scolaires gratuits, l’aide à un premier équipement pédagogique, la licence sportive, l’aide à la restauration scolaire, une aide à la lecture ou au permis de conduire (500€ pour les apprentis modestes niveau bac et infra).

Cette carte permettra également l’accès aux aides «Transport-Hébergement- Restauration » pour tous les apprentis.

La Région fournira un ordinateur à tous les lycéens et aux apprentis. En tant qu’outil pédagogique, il sera fourni, sans participation, par la Région, dans les Lycées labellisés numériques.

Pour réduire la fracture numérique, il sera gratuit pour les familles modestes et une participation sera demandée pour les familles plus aisées.

Viendront compléter ces mesures, la rémunération des stagiaires de la formation professionnelle et les bourses des étudiants en formation sanitaires et sociales.

Ce sont autant d’aides directes et concrètes au pouvoir d’achat des familles.

Nous lançons également en 2017 un ambitieux plan de développement de l’apprentissage pour les jeunes de 15 à 26 ans.

C’est une voie d’excellence qu’il faut rendre plus attractive. Trop de jeunes (8.000 par an), sortent du système sans qualification. Alors que certains secteurs expriment leurs difficultés à recruter les profils dont ils ont besoin (15 000 emplois non pourvus). Nous devons changer de logiciel concernant l’apprentissage et la formation professionnelle, changer notre regard, celui des parents et des jeunes.

Nous visons ainsi le chiffre de 40.000 apprentis d’ici 5 ans (1200 apprentis supplémentaires chaque année). Plus d’aides pour les apprentis et u plan à destination des entreprises que nous allons concerter d’ici le mois d’avril.

J’ai confirmé par ailleurs, il y a quelques jours au Préfet, la poursuite du plan national d’urgence pour la formation des demandeurs d’emplois dans notre région. (92.000 entrées en formation enregistrées en 2016.). Près de 55 millions € y seront consacrés.

Il y a des secteurs porteurs : le tourisme, l’agriculture et l’agroalimentaire, les services à la personne et l’hôtellerie restauration. Mais également des secteurs en plein essor comme le numérique ou les énergies nouvelles.

Pour cela, nous continuons de déployer l’Ecole régionale du Numérique, afin d’atteindre cette année 16 sites bien répartis.

Dans ce dispositif, les Maisons de la Région permettront un ancrage de proximité dans les territoires en devenant les guichets uniques de l’orientation, de la formation de l’emploi et du développement économique.

Enfin, notre ambition pour la jeunesse ne sera complète qu’avec une politique de l’enseignement supérieur et de la recherche repensée selon le double principe de l’excellence et de la proximité.

L’élévation générale du niveau de qualification est un enjeu majeur, notamment dans un contexte de crise économique. C’est l’objet du SRESRI présenté dans le Rapport n°2.

2.2 Ma deuxième priorité, c’est investir pour l’emploi et la croissance : en assumant le choix de l’entreprise et de l’innovation.

● Notre Stratégie régionale pour l’emploi et la croissance (Rapport n°2) combine économie, innovation et internationalisation, enseignement supérieur et recherche, formation professionnelle enfin, pour créer de l’emploi durable dans la région la plus attractive de France.

Oui, la question du travail est centrale dans notre projet régional. Il ne s’agit pas de dire et répéter « l’emploi, l’emploi, l’emploi », mais de créer les conditions de celui- ci.

La diversité de notre région est une chance. De la culturelle industrielle à Toulouse, Figeac, Béziers, ou dans le Gard, à la révolution des start-up en cours à Montpellier ou Nîmes, de l’éclosion des énergies renouvelables à Perpignan, sans oublier l’économie de proximité dans le monde rural et bien sur notre potentiel agro-alimentaire, cette Région possède d’incontestables atouts.

Mais je le dis avec force ce matin : au sein d’une concurrence exacerbée, notre économie doit se mettre en « mode innovation ». Et l’innovation, c’est d’abord un état d’esprit, une mentalité, pas simplement une question de technologie réservée à une petite élite.

C’est cet état d’esprit que je veux insuffler en soutenant bien entendu nos piliers économiques actuels, en garantissant le soutien à des filières naissantes et aussi en permettant aux salariés, aux jeunes d’obtenir les formations et qualifications nécessaires.

Pour moi, l’économie n’est pas désincarnée. Elle se crée tous les jours devant nos yeux, et d’abord, grâce à nos concitoyens, qu’ils soient entrepreneurs ou salariés. Elle doit permettre la prospérité et le partage, avec un impact environnemental et social positif. Au cœur des mutations en cours, j’ai la conviction que nous pouvons ici bâtir un modèle de développement spécifique, respectant notre identité et notre qualité de vie.

Au cœur de notre stratégie, le Schéma régional de développement économique, d’innovation et d’internationalisation (SRDE2I) met l’entreprise et l'innovation au cœur de nos priorités.

C’est aussi de nouvelles aides pour nos entreprises de proximité. Avec de nouveaux outils, nous ferons du sur-mesure.

Dans ce cadre, est mis au vote aujourd’hui un véritable « Small Business Act » en faveur de nos PME et TPE car 98% des sociétés de la région ont moins de 20 salariés.

Pour les aider à accéder à la commande publique, nous sécurisons cette dernière en améliorant l’information et la formation, en réduisant les délais de paiement, en généralisant les avances sans garantie, en simplifiant les formalités et en prévoyant des lots plus petits. (Rapport n°10).

Dans le prolongement, je vous propose d’acter deux contrats de filière pour le Bâtiment et pour les Travaux publics. (Rapport 11). Il s’agit de consolider ces filières qui représentent 20% des entreprises de la région et 137.000 salariés.

Toujours en faveur des PME et TPE, la concertation nous a incités à proposer une gamme d’outils d’ingénierie financière innovante pour permettre la croissance et l'accès au crédit bancaire.

Des fonds ou des fonds de fonds sont calibrés pour tous les stades de l’entreprise : création, développement, innovation ou transmission,

Les aides individuelles aux TPE et aux artisans sont simplifiées et plus lisibles.
La preuve en chiffres : notre budget en faveur de cette économie de proximité doublera cette année.

Concernant l’industrie, les grands groupes et les PME de service en général, notre pari est de miser fort sur l’innovation et l’international.

Etre sur le terrain n’empêche pas d’avoir une ambition internationale. Tokyo ou Las Vegas, ce sont autant de destinations où les entreprises de la région se sont distinguées récemment.

Le budget consacré à l’innovation augmentera de 30% cette année.

Avec pour priorité, l’innovation collaborative et l’innovation croisée, favoriser les démonstrateurs territoriaux ou encore favoriser l’accès des PME innovantes aux marchés publics.

L'implantation d'Hyperloop sur la base de Toulouse Francazal et le succès de l'usine du futur Figeac Aéro démontrent que nous avons une forte attractivité et un écosystème favorable à la R&D

Nous accompagnerons ces projets ambitieux et les emplois qu’ils permettront de créer.

Parmi les filières émergentes, quatre filières seront prioritairement structurées cette année : le numérique, la e.santé et les biotechs, la croissance bleue, et les énergies renouvelables.

Le numérique est la filière d’avenir et l’avenir de toutes les filières, je le dis souvent. Notre région a tous les atouts pour devenir une «Silicon Valley» européenne.

Nous allons densifier le réseau des Fablab sur les territoires, créer deux 2 cités des start-up, accélérer le plan très haut débit dans chaque département et faciliter la digitalisation des PME.

● Pour la croissance bleue, nous présenterons début mars, en présence du Premier ministre B.Cazeneuve, le plan littoral 21 qui intègrera une trentaine d’actions en faveur des ports, de la réhabilitation du trait de côte et de l’hébergement touristique. Je veux arrêter la politique de guichet sans cohérence actuelle.

Les résultats des travaux massifs dans les ports sont aujourd’hui concrets. Nous allons bien sûr continuer à investir. 50 millions € cette année et des autorisations de programme qui afficheront + 141 %. (Rapport n°7). La reconquête de la Méditerranée est à ce prix.

● Quant aux énergies renouvelables, nous avons franchi la première étape de notre route vers une région à énergie positive lors de notre dernière séance.

La création de l’Agence Régionale de l’Energie d’ici un an nous dotera d’un outil opérationnel au service de cette ambition. Nous continuerons à favoriser une moindre consommation énergétique et à développer de nouvelles énergies.

► 2.3 C’est la troisième grande orientation de notre budget : investir dans les territoires et l’environnement en faisant le choix de la qualité et de l’équilibre.

Cela représente près d’1 milliard € en AP et 860 millions € en CP.

● L’équité territoriale et la qualité environnementale sont au cœur de mes ambitions.

Je veux lutter contre l’isolement des territoires et des hommes.

Je pense au très haut débit, au développement des Bourgs centres ruraux ou à la politique de la ville, au futur Parlement de la Montagne, à l’Assemblée des territoires, mais aussi à la préservation de la biodiversité et de notre patrimoine naturel (et la future Agence Française de la biodiversité), à la gestion des ressources en eau, au bio encore.

Nous relierons les hommes et les territoires de cette vaste région en augmentant de 67 % notre investissement pour le rail sur ce mandat. Soit 4 milliards €, dont 1,5 milliard € en investissement. Aucune autre Région française ne fera cet effort.

Suite aux EGRIM, nous lançons dès cette année 10 chantiers majeurs pour un service public régional des transports plus performant et accessible à tous et partout. En nous concentrant sur les trains du quotidien pour cette année. (Rapport N°6)

Parmi ces chantiers, il en est un urgent, c’est l’amélioration de la qualité de service des TER. Il y a trop de retards sur nos TER, les derniers résultats ne sont pas acceptables.

La nouvelle convention avec la SNCF en cours de négociation en tiendra compte.

La grande vitesse est évidemment un chantier majeur. J’ai vu A.Vidalies la semaine dernière qui avalise notre proposition de réaliser la liaison Montpellier Béziers en priorité. (Avec un PEM à Béziers qui économisera 55 M€ par rapport à une gare.)

Nous avons inscrit avec l'Etat plus de 350 M€ en faveur des infrastructures de transports dans le cadre du CPER 2015-2020 pour poursuivre l’indispensable équipement de notre région.

● Désormais chef de file de l’aménagement du territoire, la Région doit lancer la démarche d’élaboration du SRADDET, le schéma régional d’aménagement, de développement durable et d’égalité des territoires. (Rapport N°9)

Je ne veux pas un schéma de plus, mais un outil efficace au service des territoires et de leurs diversités, un cadre stratégique et opérationnel portant une forte ambition commune pour les 20 à 30 ans à venir.

Je vous proposerai donc de construire une stratégie d’avenir partagée : « Occitanie 2040 », afin de consolider une identité commune et répondre à 3 grands défis fédérateurs de notre région : celui de la promotion sociale, de la réciprocité territoriale et de notre rayonnement à l’externe.

2.4 Enfin pour terminer sur les grandes orientations de notre budget 2017, il nous faut renforcer le lien social : c’est le choix de la solidarité et de l’ouverture.

Forte de son histoire, de ses racines et de ses valeurs d’ouverture, de tolérance et de partage, notre région entend être solidaire car notre responsabilité est aussi de renforcer les liens qui nous unissent. La solidarité, ce n’est pas une valeur refuge. C’est le ciment essentiel de toute société, c’est la condition du vivre ensemble et de la participation à un destin partagé.

A ce titre, le soutien à la culture (plus de 3,3% du budget ), à la pratique sportive (+ 50 % aide à l'équipement des petits clubs), au développement du logement social et étudiant, à l’accès aux soins en zones rurales, à la lutte contre les discriminations, à l’affirmation de l’égalité entre les femmes et les hommes, à l’aide aux familles modestes constituent les actions indispensables à la préservation de la cohésion sociale.

C’est un choix, je veux le dire, qui nous distingue de ces régions qui préfèrent les coupes sombres, voir la suppression des aides à la culture, l’environnement, ou à de nombreuses associations de terrain. Nous avons au contraire choisi, avec ma majorité, d’être plus que jamais aux côtés de ces femmes et ces hommes qui créent, qui impulsent, qui rassemblent, et ce, dans tous les territoires. 

Dans tout budget, il y a des choix. J’imagine que cela va être l’objet de notre débat que je souhaite respectueux et de qualité, sur le fond et sans posture politicienne.

Les nôtres sont clairement exprimés et assumés avec ces 4 priorités, ces 4 piliers de notre action régionale. Ils correspondent à nos engagements pris devant celles et ceux qui ont souhaité que cette majorité dirige notre région. Ils prennent appui sur un dialogue permanent et novateur avec les acteurs et les territoires concernés.

Oui, nous refusons le choix du laisser-faire ou du repli sur soi. Oui, nous refusons le choix d’une vision comptable étriquée qui laisse la place aux plus forts et met sur le bas du chemin les plus faibles.

Nous faisons le choix en conscience et en responsabilité d’une région positive. Une région riche de sa diversité et ouverte sur le monde. Une région des possibles pour tous quel que soit son milieu social, son origine ou son lieu de vie.

C’est le choix résolu de l’égalité des chances, de l’égalité territoriale, seule génératrice de progrès.

C’est le choix affirmé de l’innovation et de l’intelligence collective et citoyenne.

C’est grâce à cette innovation, à cet état d’esprit, positif et tourné vers demain, que nous donnerons la bonne trajectoire et une réelle ambition à l'Occitanie / Pyrénées- Méditerranée. 


PRESENTATION DU BUDGET 


 

 

Une information à partager ?
Cliquez-ici !

 

Retour

 

A LIRE AUSSI