ACTUALITÉS : GARD - NÎMES - AERIAL FIRE FIGHTING, CONGRÈS INTERNATIONAL DE LUTTE AÉRIENNE INCENDIE...

 

GARD - NÎMES - AERIAL FIRE FIGHTING, CONGRÈS INTERNATIONAL DE LUTTE AÉRIENNE INCENDIE...

GARD - NÎMES - AERIAL FIRE FIGHTING, CONGRÈS INTERNATIONAL DE LUTTE AÉRIENNE INCENDIE, ATTERIT À NÎMES.

L'Aerial Fire Fighting atterit pour la première fois à Nîmes. Implanté à la base aérienne de la sécurité civile de Nîmes Garons jusqu'au 17 octobre, ce congrès international réunit 350 professionnels du secteur autour d'un thème : les innovations technologiques dans la lutte aérienne contre les incendits. Parmi elles, les drônes représentent une solution d'avenir pour la profession, autant pour la prévention des risques (interview en français) que dans l'extinction directe des feux (interview en espagnol).  Drone Boreal, pour la prévention, fonctionne avec une caméra thermique. Mesure 4m30. Jusqu'à 10h d'autonomie et 50 km de distance. Peut voler la nuit.  Parmi les 35 nations représentées, l'Espagne, avec un focus sur deux sociétés implantées à Madrid et dans la périphérie de la capitale espagnole. Elles proposent des drones aux profils différents, adaptés à la taille de incendies, notamment pour circonscrire de petits feux, l'un des drones présente des hélices de bois, un prototype, avec une matière plus économique de la fibre de carbone. Originalité de l'exposition : le drone qui lance des boules, qui, au contact, du feu, vont libérer une poudre d'extinction dont le volume est de 25 mètres cubes par boule. Ici, on est face au modèle de largage vertical, employé pour l'extérieur, et qui permet d'aider les équipes sur le terrain, dans leur avancée de lutte contre le feu, leur tracer une voie d'échappatoire, etc. Un autre modèle propose de lancer les boules à l'horizontale, notamment pour un feu domestique ; dans 85% des cas, celui-ci émane d'une cuisine. Les boules déclenchent leur contenu une fois au contact du feu, et seulement à ce contact. Celles-ci peuvent être larguées une à une, ou toutes ensembles ; elles sont même plus efficaces dans un milieu confiné, en intérieur. Interviews. Pierre Serres, télépilote chez Azur Drone Iban Hoyos Herrara, directeur gérant de la société Dronitec (espagnol) Juan Carlos Marin Cano, représentant de la société Drone Hopper (espagnol) Traduction Première interview d'Ibán Hoyos Herrara  "Il y a dest dirigé par deux pilotes : l'un pilote le drone, l'uatre commande le système de largage des boules. La trappe s'ouvre et la boule rombe comme ceci. Elle n'a aucune incidence néfaste sur le milieu ambiant et est totalement écologique." Deuxième interview Juan Carlos Marín Cano : "Je crois que les drones vont grandement contribuer à l'extinction des incendies, d'une part parce qu'ils sont très viables d'un point de vue économique, et surtout parce qu'on les pilote à terre. Le pilote du drone reste au sol et n'a pas à prendre les commandes d'un avion ; de ce fait, il ne court aucun risque à la différence du pilote d'avion qui survole un feu". Attention double signature avec Christophe Chay  

Auteur: Melle Chamerlat Laury

Production: Medias Du Sud 

OCCITANIE TRIBUNE - VIÀOCCITANIE - Laury CHAMERLAT (17-10-17)
Envoyer par E-mail  

 

Retour

Imprimer

 

PUB NOUVELLE OCCITANIE T
PORT CAMARGUE
SEAQUARIUM
Occitanie Tribune