Occitanie - OCCITANIE - PACTE de TARBES Les élus UEDC préparent les Etats Généraux de l’Occitanie au Cœur !

Occitanie - OCCITANIE - PACTE de TARBES Les élus UEDC préparent les Etats Généraux de l’Occitanie au Cœur !

Par OCCITANIE TRIBUNE , le 04 Octobre 2017

Rentrée 2017 – « Pacte de Tarbes » : Les élus régionaux UEDC préparent les Etats Généraux de « L ’Occitanie au Cœur » !

A bientôt deux ans de mandat, et en cette rentrée, un 1er bilan se pose sur la politique de l’exécutif régional, mais pas seulement. C’est aussi le moment, après une séquence électorale qui a bouleversé le paysage politique français, de préparer l’avenir.

En effet, au cours de ce mois de septembre, les élus UEDC de la Région Occitanie se sont réunis au cours d’un séminaire à Tarbes dans une démarche engagée il y a déjà un an, sous l’impulsion de leur Président Christophe RIVENQ, et qui se poursuit afin d’être au plus près du quotidien et des préoccupations des habitants.

Au cours de ce séminaire de formation, des décisions importantes ont été actées pour construire et apporter un projet innovant pour la Région, répondant à la réalité du terrain, loin du dogmatisme écolo-communo-socialiste de l’exécutif.

Prenant le nom de « Pacte de Tarbes », c’est une nouvelle démarche d’un groupe unis, au-delà des différences de nos partis traditionnels de la droite et du centre sur le plan national, qui va aboutir à un nouveau projet régional que le Groupe UEDC va proposer pour contrer la gestion actuelle de la Région et offrir un souffle nouveau au vaste territoire à fort potentiel de l’Occitanie.

Comme l’a annoncé Christophe RIVENQ au cours de cette session formatrice, une tournée régionale annuelle va débuter, dans les 13 départements de la Région, pour co-construire un projet avec l’ensemble du territoire, en fonction de leurs besoins propres, en allant à la rencontre des habitants de la Région et en mobilisant les élus, les partenaires socio-économiques et les réseaux locaux.

Christophe RIVENQ débutera cette tournée très prochainement, accompagné des élus régionaux UEDC des départements visités. Et pour la symbolique, les premiers départements ciblés seront l’Ariège et la Lozère où le Groupe UEDC n’est pas représenté au sein de l’Assemblée régionale.

Depuis Tarbes, le Groupe UEDC est en route pour préparer l’alternance de notre Région, à travers l’organisation des grands Etats Généraux : « l’Occitanie au Cœur » !


PRESIDENCE DU GROUPE UEDC

Christophe RIVENQ

Président du Groupe UEDC Conseiller Régional LR du Gard

Anne-Sophie MONESTIER-CHARRIÉ

Vice-Présidente du Groupe UEDC Conseillère Régionale UDI de l’Aveyron

Stéphan ROSSIGNOL

Vice-Président du Groupe UEDC Conseiller Régional LR de l’Hérault


PRESENTATION DU GROUPE UEDC

L’Union des Élus de la Droite et du Centre (UEDC) est le premier groupe républicain d’opposition au Conseil Régional Occitanie représentant Les Républicains, l’UDI, le MoDem et la Société Civile. Il est composé de 26 élus.

Présentation détaillée des 26 élus sur: http://www.uedc-occitanie.fr/les-elus-du-groupe-uedc-lrmp/5

LE « PACTE DE TARBES »

Les 22 et 23 septembre 2017, les élus du groupe UEDC se sont réunis à Tarbes autour de leur Président, Christophe RIVENQ, pour suivre un séminaire de formation, conçu en plusieurs étapes, et dont le premier round s’est tenu l’année dernière, portant sur un travail de fond sur le vaste territoire de notre grande Région et les orientations de développement régional.

Ce 2e acte a été l’occasion d’approfondir et d’acter l’engagement de tous les élus dans une démarche innovante pour fonder un nouveau projet régional, collant au plus près des besoins de chaque territoire en prenant en compte les métropoles, les nombreuses villes moyennes qui maillent le territoire et l’ensemble de la ruralité.

Ainsi, au cours de ce séminaire, une stratégie en plusieurs étapes a été élaborée et validée par l’ensemble du Groupe UEDC autour du « Pacte de Tarbes », élément fondateur de la reconquête de l’Occitanie, en lançant les Etats Généraux : « L’Occitanie au Cœur ».

Il s’agit de proposer des solutions innovantes dans le vaste champ d’actions et de compétences de la Région, notamment en terme de :

  • Développement économique et création d’emplois Aménagement du territoire
  • Littoral
  • Tourisme
  • Agriculture et Viticulture
  • Mobilité
  • Développement durable
  • Formation professionnelle et apprentissage Enseignement supérieur

Ce projet régional apportera des propositions concrètes et pragmatiques répondant aux besoins exprimés par ses habitants, loin de cette politique régionale socialo-communiste qui condamne notre Région à être l’une des plus touchées par le chômage.

Les élus régionaux UEDC sont désormais unis et soudés autour du « Pacte de Tarbes » et s’engagent dès à présent dans ce projet régional, au-delà des problématiques des partis politiques.

Ainsi, les deux premières étapes à venir de ce processus seront déclinées de la manière suivante :

1e étape : Les Rencontres départementales
2e étape : Les Etats Généraux : « l’Occitanie au Cœur »


Intervention de Christophe RIVENQ

« Mobilisation pour la LGV en Occitanie », le 4 octobre 2017 à Toulouse

Seul le prononcé fait foi

Nombreux sont les commentateurs mais aussi les acteurs de la vie publique qui affirment aujourd’hui que le temps serait venu de « faire de la politique autrement ».

Est-ce à dire que l’initiative lancée il y a 25 ans par Marc CENSI, alors Président de la Région Midi-Pyrénées, visant à créer un outil de prospective sur la thématique du transport ferroviaire à grande vitesse à l’échelle de l’Europe du Sud, devrait être rangée au rayon des accessoires ?

Dans le même esprit, est-ce à dire que l’inscription de la liaison à grande vitesse Sud-Europe Méditerranée au nombre des grands projets prioritaires de l’Europe, acquise de haute lutte par Jacques BLANC, au milieu des années 1990, lors du sommet européen de Corfou, devrait également être considérée comme un stigmate du passé ?

Sûrement pas. Ces deux initiatives – ces deux combats devrais-je dire – sont plus que jamais à l’ordre du jour. Car elles privilégiaient déjà une vision à long terme d’une Europe du Sud dans une Europe en construction. Une vision dépassant les égoïsmes territoriaux et les clivages politiques. Une vision plaçant les enjeux d’aménagement du territoire au centre du débat public.

En 25 ans, beaucoup de choses ont été dites au sujet du TGV. Quelques-unes ont été faites. Ainsi, la grande vitesse ferroviaire permet désormais de relier Bordeaux à Paris et au nord de l’Europe. Ainsi, la métropole de Montpellier aura bientôt sa liaison, via Nîmes, avec le couloir rhodanien et avec Marseille, la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur et l’Italie.

Mais il nous revient aujourd’hui de faire en sorte que les rendez-vous du futur ne soient pas manqués, dans une région Occitanie qui accueille plus de 50.000 nouveaux habitants chaque année et dont les deux pôles métropolitains de Toulouse et Montpellier occupent respectivement les 4e et 8e rangs au plan national.

Dans ce contexte-là, « faire de la politique autrement », c’est d’abord éviter de rayer d’un simple trait de plume les engagements antérieurs de l’Etat. Il y va de sa crédibilité. La déclaration d’utilité publique (DUP) Bordeaux-Toulouse était acquise. Il est inconcevable et plus encore inadmissible qu’au nom de je ne sais quel obscur arbitrage gouvernemental, la perspective ouverte par cette DUP soit bloquée pour des raisons purement conjoncturelles. Il en va de même pour l’enquête publique qui sera lancée en 2018 sur le tronçon Montpellier-Perpignan.

Car « faire de la politique autrement », c’est aussi refuser de jouer « petit bras » en limitant le projet jusqu’à Béziers et en repoussant jusqu’aux calendes grecques – autant dire en l’abandonnant – son prolongement jusqu’à Perpignan, porte d’entrée de la grande vitesse ferroviaire vers l’Espagne et le Portugal. L’Occitanie est une région du sud de l’Europe et elle affirme son appartenance à l’Europe du Sud ! Elle n’est pas un cul-de-sac !

« Faire de la politique autrement », c’est aussi garantir l’indispensable cohérence des liaisons ferroviaires à grande vitesse dans leurs connexions interrégionales et interétatiques. La cohérence, c’est Bordeaux-Toulouse, c’est Montpellier-Perpignan et c’est aussi Toulouse- Narbonne. La cohérence, c’est se mobiliser à l’échelle de la Région tout entière pour ne pas succomber au syndrome du chaînon manquant...

Mais au moment où l’Etat organise les Assises de la mobilité afin d’ouvrir de nouvelles pistes pour le financement des infrastructures, il est plus que jamais essentiel de montrer que la volonté et la solidarité régionale s’expriment autrement que dans des discours ou des communiqués de presse, autrement que dans l’arrêt – certains parlent pudiquement de « moratoire » – du financement de la gare TGV de la Mogère à Montpellier. Car ne nous y trompons pas : la cohérence et la solidarité ne pèsent pas lourd sans l’exemplarité dans l’action.

Ainsi pourrons-nous perpétuer et amplifier la vision d’avenir d’un territoire que le fondateur de l’Association Eurosud Transports appelait déjà de ses vœux il y a plus de deux décennies.

Bien sûr, les temps changent. Aujourd’hui, une politique d’aménagement du territoire digne de ce nom ne peut être conçue sans une référence constante aux multiples dimensions du développement durable. La Région Occitanie doit pleinement remplir cette mission. Mais elle ne le fera que si elle prend la pleine mesure des atouts et des faiblesses qui la caractérisent, mais aussi des menaces qui pèsent sur elles et des opportunités qui s’offrent à elles.

C’est ce à quoi nous travaillons pour que la grande vitesse ferroviaire ne sacrifie pas les trains du quotidien et les autres modes de déplacement infrarégionaux, dont la route. Ainsi, l’aménagement du territoire sera le maillon fort d’un projet politique ambitieux. Si l’Occitanie veut gagner le TGV dans son schéma d’ensemble, elle ne doit plus éparpiller son effort et ses moyens en une multitude d’interventions.

Elle doit être lisible pour être crédible vis-à-vis de l’Etat et vis-à-vis de l’Europe.

 

Une information à partager ?
Cliquez-ici !

 

Retour

 

A LIRE AUSSI