Béziers - Jugement du conducteur alcoolisé ayant mortellement percuté deux sœurs à Béziers

Béziers - Jugement du conducteur alcoolisé ayant mortellement percuté deux sœurs à Béziers

Béziers - Jugement du conducteur alcoolisé ayant mortellement percuté deux sœurs à Béziers

Par Source parquet de Béziers, le 29 Juillet 2022

Ce 28 juillet 2022, le tribunal correctionnel a jugé l’homme ayant mortellement percuté deux sœurs à Béziers le 8 août 2021, à la suite de la clôture le 5 juillet 2022 de l’information judiciaire par le magistrat instructeur qui a retenu à son encontre les délits d'homicides involontaires par conducteur aggravés par deux circonstances (en état alcoolique et avec manquement délibéré à des règles de sécurité) et de conduite sous l'emprise de stupéfiants.

 

L’instruction a permis de confirmer que le conducteur n’avait pas allumé ses feux de croisement, qu’il présentait un taux d’alcoolémie de 0,83 mg /litre d'air expiré (soit 1,66 gramme d’alcool dans le sang), qu’il roulait à une vitesse évaluée par une expertise entre 76km/h et 86 km/h au moment du choc mortel sur une zone limitée à 50 km/h. Une expertise toxicologique avait également révélé qu'il avait consommé du cannabis. Il venait de quitter un débit de boisson du centre-ville après avoir consommé des bières en compagnie d’un ami qui avait tenté de l’empêcher de reprendre le volant. Des témoins décrivaient une conduite particulièrement dangereuse avant l’accident.

 

A l’audience, il a finalement pleinement reconnu sa responsabilité, affirmant qu'il pensait quotidiennement aux familles des victimes depuis sa cellule de prison.

 

Le tribunal correctionnel l’a condamné à 5 ans d’emprisonnement dont 1 an avec sursis probatoire (obligations de soins, de travail et d’indemnisation des victimes) avec maintien en détention (le parquet avait requis 5 ans sans sursis), l’annulation de son permis de conduire avec interdiction d’en solliciter à nouveau avant 5 ans et la confiscation du véhicule.

 

 


Rappel des faits :

Le 8 août 2021, aux environs de minuit quinze, un véhicule Citroën Berlingo conduit par un homme de 31 ans a mortellement percuté deux sœurs, âgées respectivement de 49 ans et de 41 ans, alors qu’elles finissaient de traverser le boulevard du Président Kennedy à Béziers, en dehors des passages piétons. Sous le choc, les deux corps ont été projetés à une quarantaine de mètres. Les deux victimes, toutes les deux mères de trois enfants, revenaient à pied d'un restaurant où elles avaient fêté l'anniversaire de la plus jeune domiciliée à Caluire-et-Cuire (69) et qui était venue passer quelques jours de vacances chez sa sœur domiciliée à Béziers et où elle travaillait en qualité d'employée du CCAS.

 

Le conducteur du véhicule, resté sur place a pu être immédiatement interpellé par les policiers du commissariat de Béziers. Il présentait un taux d’alcoolémie de 0,83 mg /litre d'air expiré.  

 

Les premiers témoins entendus au cours de l'enquête diligentée par le commissariat de police de Béziers évoquent un véhicule roulant à vive allure, tous feux éteints , ayant commis plusieurs infractions au code de la route avant l’accident.

 

Sur décision du parquet de Béziers, le mis en cause a été présenté dans l'après-midi du 9 août 2021 à un magistrat instructeur qui l'a mis en examen du chef d'homicides involontaires par conducteur d'un véhicule terrestre à moteur, aggravés par deux circonstances (en état alcoolique et avec manquement délibéré à des règles de sécurité), lui faisant encourir la peine maximale de 10 ans d'emprisonnement.

 

D’après ses première déclarations, le mis en cause sortait d’un bar situé en centre-ville et rentrait à son domicile à Béziers. Lors de sa garde à vue, il avait d’abord affirmé qu'il conduisait en respectant la vitesse maximale de 50 km/h et que les phares de son véhicule étaient allumés, contrairement aux témoignages recueillis. Puis, il finissait par reconnaître qu'il roulait à une vitesse excessive, phares éteints et sous l'emprise de l'alcool.

 

Titulaire d'un permis de conduire comptant douze points, il était jusqu'à présent inconnu de la justice. Il est célibataire et sans profession.

 

Dans la soirée du 9 août, conformément aux réquisitions du parquet, le juge des libertés et de la détention a décidé de placer le mis en examen en détention provisoire le temps des investigations qui se poursuivent désormais sous l'autorité du magistrat instructeur aux fins de tenter de déterminer le plus précisément possible les circonstances de l’accident.

 

Parallèlement, le parquet a requis l'association d'aides aux victimes France Victimes 34 afin de proposer un accompagnement aux deux conjoints des victimes.

 

Une information à partager ?
Cliquez-ici !

 

Retour

 

A LIRE AUSSI