Montpellier - Le maire de Montpellier retire une salle à une association de soutien à la Palestine !

Montpellier - Le maire de Montpellier retire une salle à une association de soutien à la Palestine !

Montpellier - Le maire de Montpellier retire une salle à une association de soutien à la Palestine !

Par Libre Pensée – Fédération Unie de l’Hérault, le 07 Mai 2022

Une nouvelle atteinte à la liberté d’expression !

 

La Libre pensée 34 vient d’apprendre le retrait d’une salle municipale – le salon du Belvédère- dans laquelle devait se tenir, le 12 mai 2002, une réunion organisée par la campagne BDS Montpellier et le MAN (mouvement d’action non violente), avec comme intervenant le vice-président d’Amnesty Internationale France.

L’argument développé par la mairie est le suivant : le MAN serait l’association demandeuse, mais le bénéficiaire réel serait en réalité la campagne BDS, pour un but qui n’apparaissait pas dans ladite convention.

Il s’agit là bien entendu d’une volonté, par un argument fallacieux (le MAN était bien l’association organisatrice), de porter un coup de plus à ceux qui sont solidaires du peuple palestinien.

 

Cette volonté d’utiliser un contrôle minutieux du dossier de demande de prêt pour trouver un moyen d’interdire cette réunion de se tenir est doublement choquante :

 

  • En effet, le Conseil d’Etat, dans deux arrêts, vient de mettre en échec le gouvernement qui a tenté de dissoudre deux organisations de solidarité avec la Palestine, sur le fondement de l’article L. 212-1 du code de la sécurité intérieure (CSI) : le Comité Action Palestine et le Collectif Palestine Vaincra. Ces deux décrets de dissolution ont été suspendus et l’Etat a été condamné à verser 3000 euros aux associations, étant donné que chacun desdits décrets « porte une atteinte grave et manifestement illégale à la liberté d’association et à la liberté d’expression, qui présentent le caractère de libertés fondamentales. ». On peut lire au point 7 : « L’appel au boycott, en ce qu’il traduit l’expression d’une opinion protestataire, constitue une modalité particulière d’exercice de la liberté d’expression et ne saurait par lui-même… être regardé comme une provocation ou une contribution à la discrimination… ». Ainsi la Mairie de Montpellier souhaiterait s’inscrire dans les pas d’un gouvernement remettant en cause les libertés, tout en ignorant la portée des deux ordonnances du conseil d’Etat ;

 

  • Cette interdiction arrive au moment même où Carole Delga et le maire de Montpellier font de grands moulinets avec les bras pour attirer l’attention sur l’exposition Cabu, placée sous le signe de la liberté d’expression. Vous ne rêvez pas : les mêmes qui parlent de liberté d’expression à tout bout de champs sont les mêmes qui la piétinent dès qu’ils en ont l’occasion ;

 

Décidément, l’inspiration de notre maire à la peine n’est pas à chercher de Jaurès ou de Voltaire, mais bien du côté des Valls, des Cazeneuve, des Darmanin et autres furoncles de la Cinquième République.

 

Nous sommes donc pleinement solidaires du MAN et la campagne BDS dans cette nouvelle remise en cause des libertés.

 

Nous exigeons que les salles de la Commune reviennent aux associations de la Commune et que la salle soit restituée au MAN pour qu’ils puissent organiser leur réunion.

 

Photo d'illustration

 


La rubrique « LIBRE EXPRESSION »  des sites propriétés du Groupe ACTU direct est une  faculté offerte aux personnes physiques ou morales étrangères à notre site pour publier des textes sous leur seule responsabilité.

Nos sites offrent ainsi un espace de libre propos pluriel qui contribue au débat ouvert à toutes les expressions.

Ces textes n’engagent que leurs auteurs et ne reflètent ni la pensée, ni la ligne éditoriale de nos sites ou de ses responsables.

 

 

 

 

Une information à partager ?
Cliquez-ici !

 

Retour

 

A LIRE AUSSI