Sète - La 25e édition de Fiest'A Sète découvrez le programme !

Sète - La 25e édition de Fiest'A Sète découvrez le programme !

Sète - La 25e édition de Fiest'A Sète découvrez le programme !

Par Fiest’A Sète, le 29 Avril 2022

Le plein de découvertes, de pulsations, de sourires, de plaisir ; voilà maintenant un quart de siècle que Fiest'A Sète maintient joyeusement son cap, avec pour seule boussole le goût de l’exigence et de l’éclectisme musical.  

La 25e édition, qui se déroulera cette année du 23 juillet au 6 août à Sète et sur le Bassin de Thau (Balaruc-les-Bains, Marseillan et Poussan) ne dérogera pas, donnant corps à tous nos rêves de dérives et d’évasion. 

Venus de Cuba, d’Angola, du Brésil ou des dunes sahariennes, les artistes invités portent inlassablement un message de paix, d’espoir, de partage, de dialogue interculturel que Fiest'A Sète, fidèle à ses valeurs humanistes, relaie année après année avec fierté. 

Le monde est beau, il sera notre hôte deux semaines durant pour une fête éclatante, et les huit bras du poulpe (à l’honneur sur l’affiche éclatante de cette édition 2022, signée Virginie Morgand) ne seront pas de trop pour l’enlacer comme il se doit !

 


25e EDITION . 23 JUILLET > 6 AOÛT 2022 : Le programme de Fiesta'A Sète :

23 juillet : Fiest'A Poussan 20h30 • Place de la Mairie FOUFOUTA ORCHESTRA ONDA YA

24 juillet : Fiest'A Marseillan 20h30 • Quai Antonin-Gros LES ÂNES DE PALINKOV LÚCIA DE CARVALHO

27 juillet : Fiest'A Balaruc-les-Bains 20h30 • Parc Charles de Gaulle BORUMBA CUMBIA CHICHARRA

28 juillet : Fiest'A Sète 21h • Médiathèque F. Mitterrand BAL O'GADJO

31 juillet : Femmes du monde - 34€ DOM LA NENA AYỌ

1 août : Funk Revue - 34€ FRED WESLEY & THE NEW JB'S CIMAFUNK

2 août : Mano à mano afro-cubain - 36€ OMAR SOSA & SECKOU KEITA RICHARD BONA & ALFREDO RODRIGUEZ

3 août : Swing & Soul - 36€ MY JOSEPHINE MORCHEEBA

4 août : Les orientales - 32€ SAHARIENNES SOUAD MASSI

5 août : Fiesta tropicale - 32€ DAVID WALTERS BONGA ESPACE PRO

Ouverture des portes : 20h Début des concerts : 21h Pass 3 soirs (81 €) et 6 soirs (150 €) (Tarifs hors frais de loc. eventuels)

Infos, playlist, vidéos, programmation complète et billetterie sur www.fiestasete.com

 


Aller de l’avant,

bouger librement, aimer, danser, rire et chanter. Nous nous accrochons encore, avec un soupçon de mauvaise conscience, à ce qui pourrait ressembler à un privilège. Car les objections et les injonctions fusent. Hé, ho, et le monde, alors ? Le monde avec ses satanées turbulences environnementales, sanitaires, électorales, géopolitiques, ce monde-là nous y autorise-t-il vraiment ?

On citera Romain Gary et son Éducation européenne dont la pertinence ne s’émousse pas à travers les âges : « La vérité, c'est qu'il y a des moments dans l'histoire, des moments comme celui que nous vivons, où tout ce qui empêche l'homme de désespérer, tout ce qui lui permet de croire et de continuer à vivre, a besoin d'une cachette, d'un refuge. Ce refuge parfois, c'est seulement une chanson, un poème, une musique, un livre ».

On le répète ici chaque année, en prenant tout de même soin de ne pas trop plomber l’ambiance : loin de nous l’idée de plonger la tête dans le sable en quête d’un Éden illusoire aux couleurs chatoyantes. Ce ne serait ni très glorieux, ni très malin. Et puisqu’il est question de sable, rappelons que c’est par-delà les déserts et les mers que se perpétuent ces vivantes traditions musicales que nous chérissons entre toutes. Seckou Keita, Sahariennes ou encore Richard Bona ne manqueront pas de nous le rappeler. Alors certes, la réalité du moment est un peu âpre et sidérante, pour nos générations biberonnées à la paix, à la démocratie, à la liberté d’expression. Autant d’acquis que l’on avait tendance à tenir pour immuables. Ce serait éventuellement l’occasion d’appréhender avec un peu plus d’acuité le quotidien de celles et ceux que l’on se réjouit d’accueillir chaque été à Fiest’A Sète. De prendre la juste mesure de ce qui irrigue leur art. De goûter toute la saveur de l’espoir que ces artistes viennent chanter pour nous depuis maintenant vingt-cinq ans. Espoir, courage, fraternité, paix, partage : des valeurs qu’inlassablement, avec eux, nous revendiquons.

Et plus que jamais. En l’espace d’un quart de siècle, nous aurons vu le monde en proie à des mutations et des glissements inexorables, comme avant et comme toujours, pour le meilleur et pour le pire.

On peut même s’enorgueillir, avec toute la candeur et la modestie nécessaires, d’avoir accompagné certaines de ces évolutions, en offrant un espace d’expression et de visibilité à celles et ceux qui œuvraient en première ligne au dialogue intercommunautaire, au partage des sons, des idées et des cultures, à la dénonciation des injustices et de la corruption, à la critique des vieux réflexes impérialistes, colonialistes ou patriarcaux. Accueillir Bonga ou Souad Massi, ce n’est pas seulement proposer au public un moment festif ou une parenthèse enchantée; c’est aussi l’occasion d’appréhender une autre réalité que la nôtre, s’ouvrir au monde et prendre une leçon d’empathie.

Il ne fait pour nous aucun doute que cette voie est la plus salutaire de toutes. Pour garantir à notre refuge une solide charpente, nous ferons appel à l’extraordinaire exubérance de la culture afrocubaine, cette exemplaire joie de vivre qui transcende les clivages géopolitiques et qui nous a d’ailleurs inspiré la création de ce festival, il y a vingt-cinq ans.

Et qui n’a de cesse de se réinventer, comme en témoigneront Omar Sosa, Alfredo Rodriguez et Cimafunk. Et pour un supplément de cette indispensable énergie positive qui est le plus performant des purificateurs d’air, on peut évidemment compter sur Fred Wesley, My Josephine ou encore David Walters et son généreux désir de métissages tous azimuts. Et pour tapisser l’abri d’un duvet à l’incomparable douceur, personne ne semble plus qualifié que Dom la Nena, Ayọ ou Morcheeba, dont la présence nous permet au passage de souligner le caractère à nouveau très féminin de cette programmation 2022.

Comme chacun le sait, notre abri est à ciel ouvert, en connexion directe avec la mer et les étoiles qui sont notre trésor commun et accueillant.

Le Théâtre de la Mer demeure cet écrin magique où se déploieront les six grandes soirées thématiques, après une semaine nomade de concerts gratuits dans les communes du bassin de Thau. Habitants du pourtour méditerranéen, visiteurs proches ou lointains, nous avons tous besoin de nous réunir, de nous connaître et nous reconnaître, de consolider nos liens, de vibrer à l’unisson, de partager la joie, l’émotion et la danse, pris dans le mouvement vivifiant qu’ensemble, nous savons incarner. Saisissons cette chance, retrouvons-nous encore.

 


Bienvenue à Fiest’A Sète !

Dans l’ombre protectrice du mont Saint-Clair et les piaillements des gabians (goélands du cru à l’accent prononcé), l’île singulière, bercée par l’attrait hypnotique de la mer toujours recommencée, semble constamment sur le point de larguer ses amarres sablonneuses... Il était bien naturel que le monde entier vienne bruisser à Sète, cité portuaire aux rêves de dérive. Pour la toute jeune association Métisète, l’ailleurs idéal affiche en 1997 les courbes sensuelles d’une île des caraïbes, saturée de rythmes chaloupés et d’éclats cuivrés. Sète la rebelle cosmopolite en pince pour Cuba, et le nom de Fiesta Latina s’impose alors pour célébrer, le temps d’un festival, ces musiques gorgées de soleil.

Bien vite, Fiesta Latina devient FIEST’À SÈTE, s’autorisant ainsi à jouer les pêcheurs de perles musicales dans un périmètre illimité. 25 ans plus tard, le festival partage avec une passion indemne sa fringale de découvertes, toujours animé par la certitude que la musique, d’où qu’elle vienne, est un langage universel, une source inépuisable d’émotions et un puissant vecteur de fraternité et de dialogue interculturel.

À l’instar de la danse, sa sœur siamoise, la musique est une affaire de rites, et les rites ont été inventés par l’humanité à son aube pour se reconnaître en tant que telle, s’accepter, se forger un destin collectif, véhiculer des épopées, des histoires, des mémoires, des valeurs, et s’abreuver à des sources sacrées ou profanes, savantes ou festives.

Parce que cette richesse est infinie, Fiest’A Sète a toujours ignoré les formatages dictés par l’industrie du divertissement, privilégiant les croisements esthétiques audacieux et les formes porteuses de sens. À force d’exigence, de passion, d’authenticité et de prise de risques, notre festival a gagné une place de choix parmi la vingtaine de rendez-vous européens qui comptent dans le registre de ce que nous aimons qualifier de « musiques vivantes » : châabi, ma’louf, raï, éthio-groove, vodoun, funaná, batuque, danzón, mambo, maloya, cante jondo, reggaeton, fado, musique carnatique, hindoustani, kawwali, afrobeat, gwoka, rebétiko, sembe, cumbia, transe gnawa, rumba congolaise, blues songhaï, forró, bossa, funk créole, musiques rom et klezmer, pour n’évoquer que quelques formes plus ou moins patrimoniales dont on sait l’aptitude globale au métissage tous azimuts.

Oui, musiques vivantes plutôt que "musiques du monde", tout simplement parce que celles que nous chérissons parlent au présent de notre monde d’aujourd’hui.

Plus profondes sont les racines, plus belles et élancées sont les branches. Nos choix restent ainsi guidés, pour l’essentiel, par une certaine idée de la modernité, du métissage et du mouvement. Rien ne nous enthousiasme autant que les propositions musicales aux saveurs inédites, les mixtures les plus audacieusement relevées, à condition que qualité et plaisir soient au rendez-vous ! Les objectifs et les désirs de Métisète et de son équipe de bénévoles n’ont guère changé depuis 1997: faire vivre une grande manifestation culturelle globale, qui mette en avant la diversité et la richesse des cultures et musiques du monde. Il y a vingt-cinq ans, la musique n’était évidemment ni dématérialisée, ni « streamée », pas encore convenablement rangée en playlists, en plateformes, en algorithmes détecteurs d’affinités.

Et si pour les musiciens comme pour les mélomanes, les nouvelles technologies constituent un progrès inestimable en termes d’accès, de découverte, d’exploration de mondes musicaux inconnus, rien ne saurait remplacer l’ivresse que procure l’étourdissante brise de mer mélangée aux notes de balafon, le parfum du large imprégnant les harmonies tziganes, la douceur d’un soir d’été sublimée par une langue inconnue, l’émotion de la rencontre, l’intense vibration de la fête partagée, l’éclat de la musique vivante.

 


QUELQUES CHIFFRES

  • 15 jours de festival
  • Plus de 200 artistes locaux, régionaux et internationaux des 4 coins du monde
  • 12 concerts au Théâtre de la Mer
  • 8 concerts gratuits à Sète, Balaruc-les-Bains; Marseillan et Poussan
  • Des séances de cinéma
  • Des tchatches musicales
  • Des ateliers enfants et adolescents d'arts plastiques
  • Des stands de cuisine du monde sur les lieux des concerts
  • Plus de 300 adhérents à l’association Métisète qui organise le festival

 

Infos, playlist, vidéos, programmation complète et billetterie sur www.fiestasete.com

 

Sète - La 25e édition de Fiest'A Sète découvrez le programme !

 

Une information à partager ?
Cliquez-ici !

 

Retour

 

A LIRE AUSSI