Occitanie - Souhait d'évolution professionnelle : une tendance renforcée par la crise sanitaire ?

Occitanie - Souhait d'évolution professionnelle : une tendance renforcée par la crise sanitaire ?

Occitanie - Souhait d'évolution professionnelle : une tendance renforcée par la crise sanitaire ?

Par Maxime PERRIN, le 16 Février 2022

Les chiffres clés :
54% des actifs en Occitanie envisagent une évolution professionnelle d'ici 2023
Plus de 13 000 personnes ont déjà été accompagnées gratuitement dans le cadre du conseil en évolution professionnelle (CEP) en 2021.

Le réseau EVA Occitanie, opérateur régional du conseil en évolution professionnelle, publie son second baromètre sur la perception de l’évolution professionnelle (consultable au https://www.mon-service- cep.fr/region/occitanie/bilan-cep-2021-en-occitanie). Conduite par l’IFOP, l’enquête met en avant le souhait très prononcé des travailleurs d’Occitanie de faire évoluer leur carrière, notamment pour avoir un meilleur salaire et être mieux reconnus pour leur travail (tendance déjà présente avant la crise).

En 2021, c’est d’ailleurs plus de 13 000 salariés et indépendants qui ont été accompagnés par les 141 conseiller(e)s en évolution professionnelle du réseau EVA Occitanie. Le CEP est un service public gratuit et confidentiel, ouvert à tout actif souhaitant faire le point sur sa situation professionnelle et construire une stratégie d’évolution professionnelle.

L’institut IFOP, à la demande du réseau EVA, a mené une nouvelle enquête auprès d’un échantillon représentatif de la population salariée de la région Occitanie, afin d’établir un baromètre territorial sur la perception, le degré de connaissance et les attentes du public en matière d’évolution professionnelle. D’après ces résultats, les volontés d’évolution semblent importantes mais la connaissance des outils et services qui pourraient les accompagner peut encore être améliorée.

1 salarié sur 2 souhaite évoluer

54% des salariés interrogés envisagent une évolution professionnelle ces deux prochaines années. Une tendance qui ne semble pas liée à la crise sanitaire puisque le précédent baromètre, réalisé en début d’année 2020, montrait déjà ce désir d’évolution (pour 58% des sondés).

« La rémunération est un facteur déterminant pour évoluer professionnellement. Mais cette raison apparait comme la partie immergée de l’iceberg. D’autres raisons suivent : se développer professionnellement, évoluer dans son métier, rechercher un nouveau défi, etc. », explique Marie Delon, directrice de projet du conseil d’évolution professionnelle en Occitanie.

Pour 61 % des personnes qui envisagent cette évolution, ce souhait est principalement lié à une rémunération trop faible ; relever de nouveaux défis arrivant en deuxième position (pour 49 % d’entre eux). Autre point notable : le désir d’évoluer s’accompagne pour 58 % d’entre eux du souhait de rester dans le même secteur d’activité.

1 salarié sur 2 considère ne pas avoir suffisamment d’information et/ou d’accompagnement

Plusieurs dispositifs existent afin de faciliter et d’accompagner les évolutions professionnelles ; selon notre enquête, le plus connu est le compte personnel de formation (CPF) avec 92% des sondés qui indiquent en avoir connaissance.

En revanche, seulement 34% des sondés indiquent connaître l’existence du service de conseil en évolution professionnelle. Pourtant, moins de la moitié des répondants considère ne pas avoir suffisamment d’informations (47%) et/ou ne pas bénéficier de suffisamment d’accompagnement (53%) pour envisager une évolution professionnelle.
Ces constats confirment l’importance de poursuivre les efforts de communication et d’information des actifs sur le conseil en évolution professionnelle, qui existe pourtant depuis 2015.

Un service public pour l’évolution professionnelle qui fonctionne

En 2021, 13 000 salariés et indépendants ont été accompagnés en Occitanie par le réseau EVA dans le cadre du conseil en évolution professionnelle (30% de plus qu’en 2020). Comme l’année précédente, le principal motif de sollicitation du service est un projet de changement de métier (pour 43% de nos bénéficiaires). Viennent ensuite la prise de recul sur sa situation professionnelle (18%) et les projets de création d’entreprise (12%). Principalement, nos bénéficiaires ont connaissance du service grâce à nos nombreux partenaires de l’emploi et de la formation (36%), par une action de communication (35%) ou encore par la bouche à oreille (14%).

 

 

Occitanie - Souhait d'évolution professionnelle : une tendance renforcée par la crise sanitaire ?

 

Une information à partager ?
Cliquez-ici !

 

Retour

 

A LIRE AUSSI