Perpignan - Saint-Jacques : le vocabulaire équivaut à un projet politique

Perpignan - Saint-Jacques : le vocabulaire équivaut à un projet politique

Perpignan - Saint-Jacques : le vocabulaire équivaut à un projet politique

Par Francis Daspe, le 17 Décembre 2021

L’Observatoire citoyen de la vie quotidienne (OCVQ) de Perpignan de La France Insoumise s’alarme de l’imprécision et de la confusion caractérisant le vocabulaire utilisé, ou mal utilisé, ou pas du tout utilisé à propos des opérations urbaines du quartier Saint-Jacques. La démolition en (extrême) urgence de l’îlot Puig l’illustre à nouveau.

La réhabilitation de quartiers urbains exige des opérations moins lourdes car devant être plus respectueuses du patrimoine initial qu’il convient de ménager. Pour sa part, la rénovation se caractérise par des destructions plus fortes, voire radicales, de l’existant, n’ayant pas les mêmes préoccupations.

Les dernières équipes municipales ont toutes entretenu la confusion sur la nature réelle des projets et des actions. L’actuelle majorité ne déroge hélas pas à cette (mauvaise) règle. Elles ont souvent utilisé le mot réhabilitation pour désigner des réalités qui se rapprochaient davantage de tentatives de rénovation peu respectueuses du riche patrimoine.

Derrière ces termes se cachent des projets politiques aux finalités sociales. L’objectif est de modifier plus ou moins en profondeur la composition sociale de ces quartiers. Les pauvres et les très pauvres deviennent des indésirables qu’il faut pousser à migrer vers d’autres lieux (dont on ne sait pas trop lesquels sont visés : autres quartiers de la ville ? autres communes périphériques plus ou moins éloignées ?). C’est ce qui est appelé gentrification, consistant en une sorte de remplacement de populations pauvres par des populations plus aisées par l’implacable loi du marché affectant les loyers ainsi modifiés. Sans oublier la spéculation utilisée par ceux qui considèrent sans vergogne que tout doit être marchandise, alors que le logement devrait être géré comme un service public et un bien commun.

Pour l’Observatoire citoyen de la vie quotidienne, la définition d’un réel projet politique pour les quartiers comme celui de Saint-Jacques doit débuter par un minimum de pédagogie sur le vocabulaire employé, à rebours des confusions et des contresens. C’est la condition nécessaire pour dévoiler (et démasquer) les arrière-pensées sociales rétrogrades.

Pour l’Observatoire Citoyen de la Vie Quotidienne, Francis DASPE  

 

Une information à partager ?
Cliquez-ici !

 

Retour

 

A LIRE AUSSI