Toulouse - Région Occitanie : un budget 2022 défaillant

Toulouse - Région Occitanie : un budget 2022 défaillant

Toulouse - Région Occitanie : un budget 2022 défaillant

Par Groupe Occitanie Courageuse, le 17 Décembre 2021

Au cours de l’Assemblée plénière de ce jeudi 16 décembre 2021, le Groupe Occitanie Courageuse, présidé par Aurélien Pradié, a voté contre le budget pour 2022 soumis au vote des conseillers régionaux et souligné les failles et les manquements du projet.

Il est en effet regrettable de constater une baisse d’1/3 des crédits pour la prise en charge de la rémunération et de la formation des travailleurs handicapés, favorisant pourtant l’insertion professionnelle ; ces personnes représentent 10 % de la population de l’Occitanie et sont particulièrement touchées par le chômage.

Demandant à Carole Delga de passer des paroles aux actes, Aurélien Pradié a rappelé les mots de Jacques Chirac : « Il n’y a pas de politique publique qui vaille sans une politique publique qui traite fortement de la question du handicap. »

Par ailleurs, les élus de droite se sont émus du fait que le dispositif loRdi – ordinateurs offerts par la Région aux lycéens – reconduit pour 2022, exclut toujours les élèves des lycées privés. Il ne saurait y avoir de distinction entre les lycéens en fonction du statut de l’établissement dans lequel ils sont inscrits, à partir du moment où la Région proclame la « même chance de réussite, partout et pour tous ». Et ce d’autant plus que les parents qui font le choix d’inscrire leurs enfants dans un lycée privé contribuent, au même titre que les autres, au service public de l’Education nationale en payant leurs impôts.

Enfin, le Groupe Occitanie Courageuse reproche également à ce budget de manquer d’ambitions concernant le renouvellement des générations dans le monde agricole et notamment l’installation des Jeunes Agriculteurs. Le taux moyen de renouvellement en Occitanie n’est que de 60% contre 64% au niveau national et le nombre d’installations d’exploitants agricole de moins de 40 ans en 2020 est en baisse. Les crédits proposés ne sont pas à la hauteur de la situation.

Au-delà de la communication massive du Conseil Régional, force est de constater qu’il y a un écart entre les paroles et les actes…

 

Une information à partager ?
Cliquez-ici !

 

Retour

 

A LIRE AUSSI