Hérault - Défèrement et condamnation d'un homme de 75 ans ayant commis des violences contre un élu de Laurens (34)

Hérault - Défèrement et condamnation d'un homme de 75 ans ayant commis des violences contre un élu de Laurens (34)

Hérault - Défèrement et condamnation d'un homme de 75 ans ayant commis des violences contre un élu de Laurens (34)

Par Source parquet de Béziers, le 20 Novembre 2021

Le samedi 13 novembre 2021, vers 19h30, sollicité par le gérant d'un débit de boissons de la commune de LAURENS (34), le premier adjoint au maire de ce village décidait de raccompagner à son domicile un habitant qui était ivre et qui réclamait qu'on lui serve un café.

Ce dernier étant excité et ne voulant pas quitter les lieux, l'élu le prenait par le bras en l'invitant à sortir. Selon le neveu du tenancier du bar présent sur place, l'homme en état d'ivresse se serait alors rebellé en menaçant de frapper l'élu, ce dernier lui ayant alors répondu : « vas-y essaye ». L'homme portait alors deux coups de poings au visage de l’élu, lui entraînant une plaie au front et à la lèvre avec déchaussement d'une dent (0 jour d'ITT). Selon ce même témoin, l'élu répliquait par un coup de pied au niveau du genou et tous les deux s'insultaient mutuellement. Une patrouille de gendarmerie intervenait et ramenait le calme, puis raccompagnait le mis en cause à son domicile dans l'attente du dépôt de plainte de l'élu.

 

Le lundi 15 novembre 2021 à 11 heures, l'élu déposait plainte auprès de la brigade de gendarmerie de MURVIEL LES BÉZIERS. Le jour même, à 16 heures, le mis en cause était placé en garde à vue. Il reconnaissait avoir menacé puis porté un coup au plaignant par un « mauvais réflexe ».

 

À l'issue de sa garde à vue, le parquet ordonnait sa présentation au tribunal dans le cadre d'une procédure de comparution avec reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC) du chef de violences sur personne dépositaire de l'autorité publique. Le mis en cause, un retraité âgé de 75 ans, jamais condamné jusqu'à présent pour des violences, acceptait la peine proposée par le procureur de la République de quatre mois d'emprisonnement avec sursis probatoire pendant 18 mois avec l’obligations de suivre des soins pour l'alcool, l'interdiction de rentrer en contact avec la victime et l'interdiction de fréquenter des débits de boissons, en particulier le bar dans lequel les faits ont eu lieu. Cette peine était ensuite immédiatement homologuée par un juge du tribunal judiciaire de Béziers.

 

Par ailleurs, l'élu a sollicité un euro de dommages-intérêts et l'association des maires de France de l'Hérault s'est également constituée partie civile.

 

Une information à partager ?
Cliquez-ici !

 

Retour

 

A LIRE AUSSI