Europe - Royaume Uni : Sans aide du gouvernement la facture du gaz des foyers britanniques pourrait s'envoler

Europe - Royaume Uni :  Sans aide du gouvernement la facture du gaz des foyers britanniques pourrait s'envoler

Europe - Royaume Uni : Sans aide du gouvernement la facture du gaz des foyers britanniques pourrait s'envoler

Par Par Michael Tamvakis, professeur d’économie spécialisé dans le commerce des matières premières et en finance à la Bayes Business School (anciennement Cass Business School), le 08 Octobre 2021

« Le gaz représente toujours une grande partie de la production électrique et a dû combler le vide laissé par l'arrêt effectif du charbon et la lenteur du remplacement ou de l'expansion du nucléaire dans le monde. 

En tant que tel, le gaz est très utile pour atténuer la volatilité de la production éolienne. Mais, il peut aussi être coûteux, d’autant que le Royaume-Uni est un importateur net de gaz. Les derniers mois n'ont pas connu les niveaux habituels de vent, ce qui a accru la dépendance à l'égard d'autres sources d'énergie plus coûteuses.

L’attitude de la Russie, explique en grande partie la flambée des prix. En effet, cette dernière remplissant ses stocks "avec moins d’entrain", vraisemblablement dans le but de tirer parti d'une position dominante dans l'ouverture du flux de gaz par le controversé projet Nord Stream 2, diminue le stock disponible sur les marchés mondiaux. Ce resserrement important de l'offre, mais aussi la demande croissante des économies asiatiques, tant en termes de production d'électricité que de processus industriels, contribue donc à la hausse des prix du gaz.

En outre, les prix élevés du pétrole en Extrême-Orient ont entraîné une hausse des prix du gaz. Cela s’explique par l’indexation sur ce marché du prix du gaz sur le pétrole. 

Le Royaume-Uni dépend largement de la Norvège pour ses importations de gaz par gazoduc. Néanmoins, en 2020, 15 % des importations britanniques provenaient de Russie, 17 % du Qatar et 11 % des Amériques. Les options d'importation de gaz ne manquent pas, d'autant que le Royaume-Uni est ouvert à des importations plus flexibles sous la forme de gaz naturel liquéfié (GNL). Malgré cela, le pays ne peut éviter les prix du marché mondial.

Alors que les fournisseurs de gaz se battent pour s'approvisionner et doivent proposer des prix compétitifs, il est à craindre qu'une poignée de fournisseurs suffisent à alimenter les foyers et les entreprises du Royaume-Uni cet hiver.  Les entreprises devraient chercher des instruments financiers pour se protéger contre le pire des scénarios. Cependant, le gouvernement peut intervenir.

En effet, le gouvernement pourrait imposer un plafond à l'augmentation de la facture des clients par les compagnies gazières. Néanmoins, cela pourrait nuire à la rentabilité de l'industrie gazière. Aussi, cette solution ne serait donc pas viable. De plus, si le gouvernement choisit de protéger les consommateurs à court terme, il pourrait être contraint de renflouer les compagnies gazières à plus long terme. 

Les entreprises, quant à elles, peuvent se protéger en utilisant des instruments de marché tels que les produits dérivés - la plupart le font déjà. Pour les trois à six prochains mois, voire les deux prochaines années, je m'attends à ce que la plupart des compagnies de gaz agissent en ce sens et proposent des contrats à prix fixe aux consommateurs. 

Dans l'ensemble, je ne prévois pas une nouvelle ère de hausse permanente des prix, mais la situation pourrait s'aggraver avant de s'améliorer. Lors des mois hivernaux, il faudra davantage de gaz pour chauffer les maisons, ce qui entraînera une hausse des coûts pour les industries qui utilisent le gaz comme combustible pour les produits chimiques et la production d'électricité.

Les prix du pétrole sont déterminés par des facteurs distincts et fondamentaux de l'offre et de la demande. En effet, ce sont vraiment les prix du pétrole qui déterminent les prix du gaz, du moins dans certaines parties du monde. Plus le gaz est cher, plus les producteurs d'électricité sont susceptibles de passer du gaz au charbon pour maîtriser leurs coûts. Plus le charbon est demandé, plus son propre prix augmente. La combustion du charbon est de loin la production d'électricité la plus "sale", ce qui n'est pas souhaitable.

Chaque individu doit être raisonnable et limiter sa consommation d'énergie. Isolez votre maison si vous le pouvez, et utilisez la lumière du jour autant que possible. Renseignez-vous et envisagez des contrats d'électricité et de gaz à prix fixe - mais faites preuve de prudence, car les prix pourraient être plus élevés dans la situation actuelle et vous finirez par payer plus sur le long terme."

Illustration

Par Michael Tamvakis, professeur d’économie spécialisé dans le commerce des matières premières et en finance à la Bayes Business School (anciennement Cass Business School) (08-10-21)

 

Une information à partager ?
Cliquez-ici !

 

Retour

 

A LIRE AUSSI