Montpellier - RENTREE SCOLAIRE : UN JOUR SANS FIN !

Montpellier - RENTREE SCOLAIRE : UN JOUR SANS FIN !

Montpellier - RENTREE SCOLAIRE : UN JOUR SANS FIN !

Par Muriel Ressiguier, le 01 Septembre 2021

Mme Muriel Ressiguier interroge M. le ministre de l'éducation nationale, de la jeunesse et des sports, sur les conditions de la rentrée scolaire du 2  septembre qui concerne 12 millions d'élèves. 

19 mois après le début de la pandémie de Covid-19, le protocole de cette rentrée scolaire semble toujours aussi confus. Son approximation engendre inutilement du stress et de la colère autant chez les professeurs et les personnels des écoles que chez les élèves et leurs parents.

Jugé trop généraliste, imprécis, voire risqué, votre protocole sanitaire suscite de l'incompréhension et ne fait pas l'unanimité. Même le président de la république vous aurait demandé le 11 août dernier, lors d’une entrevue au Fort de Brégançon de mieux l’expliquer aux français. Hélas, c’est avec étonnement et indignation que les professeurs et les personnels des écoles ont découvert les détails de ce protocole, dont ils auront en partie la responsabilité de la mise en œuvre, par voie de presse via une interview que vous avez donnée le 21 août dernier au lieu d’être informés en amont...

Le niveau 2 d’un protocole, qui  comprend 4 niveaux, a donc été retenu pour cette rentrée scolaire. Alors que la circulation du virus est actuellement plus forte qu’en juillet 2021, le protocole de rentrée est pourtant allégé, regrettent les syndicats. Alors que les taux d'incidence vont de 46,4 dans la Creuse à 644,3 dans les Bouches-du-Rhône, l’ensemble du territoire métropolitain sera soumis au même protocole sanitaire. L'incohérence est de mise. “Je regrette qu'il n'y ait pas de seuil permettant de dire à quel taux d'incidence correspond le niveau 2 et à quel moment on passerait au niveau 3" déplore Sophie Vénétitay, secrétaire générale adjointe du Snes-FSU. 

Le protocole prévoit donc une série de mesures :  respects des gestes barrières incluant le port du masque à l'intérieur, lavage de main régulier (en espérant que tous les établissements disposeront enfin de savon), mais aussi l’aération régulière des espaces clos (bon courage aux élèves et aux enseignants qui devront se couvrir en conséquence cet hiver), nettoyage régulier des surfaces (en espérant que le personnel manquant soit enfin embauché), des tests salivaires hebdomadaires, campagne de vaccination dans les établissements scolaires… autant de préconisations qui soulèvent avec évidence la question des moyens humains, matériels et financiers supplémentaires qui seront alloués pour mettre en oeuvre ce protocole et protéger avec efficacité, les élèves, le personnel et les professeurs des établissements scolaires. Des masques pour les élèves vont-ils enfin être distribués gratuitement ? Par qui seront effectués les 600 000 tests par semaine que vous prévoyez ? Allez-vous équiper en matériel informatique les classes qui passeront en “distanciel” lors d’un cas covid? Un grand flou persiste autour de la généralisation des purificateurs d’air et des capteurs de CO2. Ces derniers sont recommandés dans l’actuel protocole sanitaire mais pas une ligne sur leur déploiement et ni leur financement. Allez-vous augmenter les dotations allouées aux collectivités locales en conséquence ? 

Dernièrement, lors d’une interview le 29 août dernier vous avez déclaré en évoquant l’Allocation de rentrée versée mi-août à trois millions de familles modestes : "On sait bien, si on regarde les choses en face, qu'il y a des achats d'écrans plats plus importants au mois de septembre qu'à d'autres moments". 

Pourquoi toujours soupçonner et stigmatiser les familles précaires ? Cette vieille rengaine chère à la droite et à l'extrême droite révèle en réalité un mépris de classe inacceptable.

Vos déclarations provocatrices ainsi que la campagne de communication sur la laïcité à l’école qui dévoie les principes de la laïcité et stigmatise certains élèves, ne sont-elles pas une manière de détourner l’attention des véritables problèmes et de camoufler le manque de moyens et de personnel dans les établissements scolaires? Pour que l’école publique puisse assurer correctement ses missions, allez-vous enfin permettre aux personnels et aux enseignants d’exercer dans de bonnes conditions, de retrouver du sens et de la considération ?

 

Montpellier - RENTREE SCOLAIRE : UN JOUR SANS FIN !

Montpellier - RENTREE SCOLAIRE : UN JOUR SANS FIN !

 

Une information à partager ?
Cliquez-ici !

 

Retour

 

A LIRE AUSSI