Pézenas - 18 mois d'emprisonnement après avoir percuté un véhicules de gendarmerie, sans permis et sous l'emprise de l'alcool

Pézenas - 18 mois d'emprisonnement après avoir percuté un véhicules de gendarmerie, sans permis et sous l'emprise de l'alcool

Pézenas - 18 mois d'emprisonnement après avoir percuté un véhicules de gendarmerie, sans permis et sous l'emprise de l'alcool

Par Source parquet de Béziers, le 11 Août 2021

18 mois d'emprisonnement après avoir percuté un véhicules de gendarmerie, sans permis et sous l'emprise de l'alcool

Le 10 août 2021, le tribunal correctionnel de Béziers a condamné en comparution immédiate un homme âgé de 20 ans à une peine de 10 mois d’emprisonnement ainsi qu’à la révocation totale d’un sursis de 8 mois, avec maintien en détention, pour des faits de conduite sans permis, sans assurance et sous l’empire d’un état alcoolique, violences aggravées par deux circonstances (usage de son véhicule comme d’une arme sur des personnes dépositaires de l’autorité publique), dégradation de bien et port d’une arme de catégorie D. Le tribunal a également prononcé 500 euros d'amendes et une interdiction de détenir une arme pendant 5 ans.

Il avait été interpellé dans la nuit du 7 au 8 août 2021 à la suite d’une course poursuite avec les gendarmes de la compagnie de Pézenas. Alors que les gendarmes avaient décidé de procéder au contrôle d’un véhicule sur la commune de Nézignan-L’Évêque (34) le conducteur avait pris la fuite à vive allure. Pour tenter de l’arrêter, les miliaires avaient mis leur véhicule en travers de la chaussée mais le fuyard l’avait percuté, blessant légèrement deux gendarmes (3 jours d’ITT). Poursuivant sa course, le mis en cause avait percuté un second véhicule stationné dans une impasse avant d’abandonner son véhicule et de poursuivre sa fuite à pied.

Il avait été finalement interpellé 30 minutes plus tard, par un autre équipage de la gendarmerie de Pézenas appelé en renfort. Il était porteur d’un bâton télescopique, arme de catégorie D. Il circulait sans permis et présentait un taux de 0,49 milligrammes d’alcool par litre d’air expiré.

Placé en garde à vue, il avait fini par reconnaitre qu'il était bien le conducteur du véhicule ce qu'il avait nié dans un premier temps, tout en affirmant ne pas avoir percuté volontairement le véhicule gendarmerie.

A l’issue de sa garde à vue le 9 août 2021, il avait été déféré au parquet de Béziers et placé en détention provisoire par le juge des liberté et de la détention jusqu’au lendemain, jour de son procès.

Il avait déjà été condamné à 3 reprises par le tribunal correctionnel de Béziers entre 2018 et 2019 pour des faits de vols aggravés et d’usage de stupéfiants.

 

Une information à partager ?
Cliquez-ici !

 

Retour

 

A LIRE AUSSI