Aude - AUDE - BOURIÈGE - VALECO DEBOUTE ... VICTOIRE JURIDIQUE

Aude - AUDE - BOURIÈGE - VALECO DEBOUTE ... VICTOIRE JURIDIQUE

Par Michèle SOLANS pour le collectif régional TNE-Occitanie Environnement, le 12 Juillet 2017

Ainsi nous avons eu gain de cause contre la société du Parc la Bruyère-dont Valéco est actionnaire principal - qui a été déboutée et condamnée à 2000 euros (cf document joint). Lors du passage en force du convoi éolien le 21 juin dernier, à 5h du matin, nous avions bien souligné que nous avions perdu une bataille mais pas la guerre, aujourd'hui c'est nous qui avons gagné une bataille mais nous ne pouvons pas crier victoire pour autant.
La différence entre les 2 c'est que nous l'avons fait légalement.

En effet l'assignation d'heure en heure nous reprochait de ne pas respecter un arrêté du conseil départemental censé selon la Société requérante lui accorder le monopole de la circulation. Or, l‘arrêté en question  concernait une interdiction de circuler à tous les véhicules,y compris les convois commandés par le promoteur des éoliennes....

Nous avons eu raison sur ce point mais pas au-delà. ! Si le conseil départemental se fait complice de cette compagnie face à des citoyens qui se battent pour leurs droits, il peut produire1 nouvel arrêté sans faire d'erreur !

Je ne peux pas m’empêcher de rappeler le coût des erreurs de l’administration, dans ce dossier. Cette assignation en est une parmi tant d'autres, et si les vérifications premières quant à l'étude d'impact avaient été faites nous en serions certainement pas là aujourd'hui puisque le permis de construire n'aurait jamais été donné.

Je répète mon credo : pourquoi  des citoyens devraient-ils subir les lacunes, les défaillances, les erreurs de certaines administrations qu'ils rémunèrent par ailleurs.
En pays de droit, il s'agit que ces administrations reconnaissent leurs erreurs .Sur le pont du Rec  si le conseil départemental réitère1 nouvel  arrêté de circulation les camions ne passeront  pas puisque depuis 12 ans, la largeur n'y est toujours pas.....

La presse s’est faite l’écho d’un arrêté que veut prendre le conseil départemental, celui de l'élargissement  de la route à partir de la propriété privée sur laquelle nous sommes depuis le début.

Notre combat est donc loin d’être terminé mais aujourd'hui, avec cette seconde victoire juridique, je ne peux m’empêcher de penser à tous ceux qui nous soutiennent et qui nous ont envoyé des mails pour nous dire combien il fallait que l'on poursuive parce que, eux, n'avaient pas pu, et combien je les comprends : 
parce qu'il y a 10 ans, si le noyau que nous étions - dont notre président des Amis de St Sernin qui a 83 ans aujourd'hui - n'avait pas eu le temps, l'énergie, la conviction, les moyens –y compris financiers - de se battre contre un projet qui bafouait à la fois la démocratie, la république, la justice et les citoyens que nous sommes, nous aurions les éoliennes de ce projet depuis déjà 10 ans...et ce n'est pas "juste" que toute ces énergies - non renouvelables celles là - soient dépensées en raison des "erreurs" de certains.

Il serait bon de rappeler à chacun et à tous que toutes les irrégularités, pressions qui se passent aujourd'hui sur le Pont du Rec sont autant de preuves de la fraude que nous dénonçons depuis...10 ans, et nous tenons à ce que cette fraude soit reconnue.

Enfin pour rester sur une note positive et estivale, nous engageons tous ceux qui ne seraient pas encore où passer leurs vacances à venir visiter la Haute Vallée de l'Aude et plus particulièrement le hameau de Saint Sernin, celui des résistants qui habitent près du Pont du Rec.

D'ailleurs même si les routes étaient fermées à la circulation, les terres de tous les habitants mises bout à bout nous permettraient d'arriver au Pont du Rec par "les nouveaux chemins... de résistance.."!!!.

Plus que jamais, le Rec sera le pont d'une victoire démocratique ou d'une honte républicaine.

Michèle SOLANS pour le collectif régional TNE-Occitanie Environnement (12-07-17)

 

Une information à partager ?
Cliquez-ici !

 

Retour

 

A LIRE AUSSI