Europe - Les relations avec la Turquie au cœur du débat avec les Présidents Michel et von der Leyen

Europe - Les relations avec la Turquie au cœur du débat avec les Présidents Michel et von der Leyen

Europe - Les relations avec la Turquie au cœur du débat avec les Présidents Michel et von der Leyen

Par Union Européenne, le 27 Avril 2021

Les députés ont défendu les droits des femmes, exprimé leur solidarité avec la Présidente von der Leyen et souligné que l’Europe devait s’exprimer d’une seule voix sur la scène mondiale.

Lors du débat conjoint avec le Président du Conseil européen, Charles Michel, et la Présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, les députés ont évalué les conclusions de la réunion du Conseil européen des 25-26 mars ainsi que la récente visite des deux Présidents à Ankara.

Quelques députés ont évoqué les actions de l’UE concernant la gestion de la pandémie de COVID-19, notamment la vaccination, et d’autres sujets à l’ordre du jour du sommet européen, mais la vaste majorité des intervenants ont utilisé leur temps de parole pour condamner les images de la Présidente de la Commission mise à l’écart à Ankara, sans fauteuil, face à ses homologues masculins, ainsi que la position rétrograde de la Turquie sur les droits des femmes.

Le Président Michel a réitéré ses regrets et a présenté ses excuses à la Commission et à toutes celles et ceux qu’il avait pu offenser, déclarant que les circonstances l’ont conduit à penser qu’il aurait dû agir différemment. ‘‘Je me suis sentie blessée, je me suis sentie seule, en tant que femme et en tant qu’Européenne’’, a déclaré la Présidente de la Commission, Ursula von der Leyen. Mettant en exergue la question de l’inégalité femmes-hommes, elle a déclaré qu’il y avait beaucoup de femmes qui n’étaient pas aussi privilégiées qu’elle et dont la voix ne pouvait être entendue.

Les députés ont unanimement condamné l’incident, une grande majorité exprimant leur solidarité avec Ursula von der Leyen. De nombreux intervenants ont vivement critiqué la décision turque de se retirer de la Convention d’Istanbul, tandis que d’autres ont souligné que l’Europe devait s’exprimer d’une seule voix sur la scène mondiale. La visite en Turquie aurait dû envoyer un message de puissance; au contraire, elle a envoyé un message de faiblesse et de division, ont-ils ajouté.

Tous les intervenants ont convenu que si l’Europe devait renforcer sa coopération avec la Turquie, elle devait le faire de façon proportionnée et réversible. De nombreux députés ont dénoncé l’agression turque en Méditerranée orientale et son recul par rapport aux valeurs démocratiques. Certains ont affirmé que des mesures fortes étaient nécessaires en réponse aux derniers développements, remettant en cause les projets de l’UE visant à moderniser son union douanière avec la Turquie, tandis que d’autres ont appelé à la suspension formelle de la procédure d’adhésion de la Turquie à l’UE.

 

Une information à partager ?
Cliquez-ici !

 

Retour

 

A LIRE AUSSI