La Grande-Motte - Danger sur les plages de la Grande Motte.

La Grande-Motte - Danger sur les plages de la Grande Motte.

La Grande-Motte - Danger sur les plages de la Grande Motte.

Par Le Conseil d'administration de la Vigie Citoyenne, le 11 Février 2021

C’est maintenant que tout se joue…

Le désastre environnemental s’accélère et s’aggrave, les citoyens sont de plus en plus concernés, et pourtant, le sujet reste secondaire dans le paysage des politiciens de l’Hérault. 

La Modification du plan de prévention des risques inondation (PPRI) inquiète la population de La Grande Motte. Les associations et divers collectifs demandent à l’État de respecter ses engagements et de procéder à de nouvelles études.

Face à l'inquiétude des citoyens, la mairie, avec l’appui du préfet de l’Hérault défend le projet de conversion industrielle de l’espace Beaumel et supprime plus de 3,5 Hectares de Plage et de Mer pour installer des entreprises industrielles qui utilisent des produits chimiques pour fabriquer des bateaux de plaisance. 

Les riverains ont raison de réagir.  « Il faut arrêter avec la logique des Z.I. industriels sur la plage qui prennent de l'emprise sur la Mer et la Plage. C'est une catastrophe ce qui se passe à La Grande Motte en termes d'aménagements industriels. »,  « Ce projet ne correspond pas aux attentes des Grand-Mottois. Il faut le revoir. Il faut que les autorités modifient ce projet en entendant la population et ses représentants », lance l’association La Vigie Citoyenne qui met en cause les élus de tous bords de l’Hérault.

« Il est clair pour tous que ce projet n’est pas à l’image de ce que nous souhaitons pour nos enfants. Il nous apparaît fondamental que le projet soit revu et corrigé pour une adaptation plus réaliste de nos besoins ».

Le projet portuaire de La Grande Motte reste le cheval de bataille du maire contre toute opposition. Il n’envisage même pas de revoir le projet « a minima ». 

La préfecture et la DDTM de l’Hérault n'a donc pas fait apparaître d'objection à la modification du PPRI. 

Les services de l'État de l’Hérault sont obnubilés par ces soi-disant emploies, qui ne seront pas augmenté par rapport a aujourd’hui. En effet les entreprises transférées garderont leurs employés sans embauche supplémentaires. 

Le risque d’inondation marine est le plus courant en France, un habitant sur quatre concerné. Et désormais, ce risque doit se gérer autrement qu’avec des digues dont la protection n’est que partielle.

Les opposants au projet Ville-Port sont consternés. « Il y a un risque réel de rupture de digue et de submersion marine. Il y a urgence à faire arrêter la modification du PPRI. »

En cas de déferlante, « l’eau de mer qui afflue aura le même effet qu’un siphon et pourrait aspirer des bâtiments avec les salariés et les clients à l’intérieur »

Avant qu’il ne soit définitivement trop tard, les associations interpellent les décideurs et veulent « les mettre face à leurs responsabilités » et leur démontrer « le rôle essentiel de ce terrain comme zone de ralentissement pour atténuer les coups de mer dévastatrices », souligne "La vigie Citoyenne Grand-Mottoise ".

Vous avez bien compris l'intention du maire de La Grande-Motte : faire modifier le Plan de Prévision des Risques d'Inondation pour construire sur la plage, notamment, une usine de construction de catamarans utilisant des produits chimiques hautement toxiques.

Vous pouvez agir.

Nous avons sur notre site un dossier PPRI contenant les documents officiels, des exemples d'observations d'adhérents et un argumentaire très complet.

Un registre est disponible en Mairie pour y noter vos observations.
Mais il est plus facile d'envoyer un mail à:

 ddtm-sern-prnt@herault.gouv.fr

Vous pouvez agir. Consulter notre site et rédiger votre mail. Plus le nombre de mails sera important, plus nous aurons de poids pour porter la contestation.

Photo d'illustration


La rubrique « LIBRE EXPRESSION »  des sites propriétés du Groupe ACTU direct est une  faculté offerte aux personnes physiques ou morales étrangères à notre site pour publier des textes sous leur seule responsabilité.

Nos sites offrent ainsi un espace de libre propos pluriel qui contribue au débat ouvert à toutes les expressions.

Ces textes n’engagent que leurs auteurs et ne reflètent ni la pensée, ni la ligne éditoriale de nos sites ou de ses responsables.
 

 

Une information à partager ?
Cliquez-ici !

 

Retour

 

A LIRE AUSSI