Pyrénées-Orientales - L'ASPAHR déplore les destructions dans le Centre-ville de Prades

Pyrénées-Orientales - L'ASPAHR déplore les destructions dans le Centre-ville de Prades

Pyrénées-Orientales - L'ASPAHR déplore les destructions dans le Centre-ville de Prades

Par le bureau de l'ASPAHR., le 11 Novembre 2020

L’ASPAHR déplore les destructions dans le Centre-ville de Prades (Association pour la sauvegarde du patrimoine artistique et historique roussillonnais depuis 1963 )

En octobre 2020, les bulldozers sont entrés en action à Prades.

Sept maisons du Centre-ville historique, sur la rue de l’Église (ancienne voie antique), proches et en visibilité directe de l’église Saint-Pierre, classée MH, ont été détruites pour laisser la place à un projet d’immeubles nouveaux.

Ces destructions ont porté un coup irréparable au caractère de la ville, à la structure historique héritée de son passé, dans son espace central, le plus sensible. Elles ont détruit des maisons de qualité, comportant de nombreux éléments en marbre, au second œuvre intéressant.

Il a, en plus, été détruit une façade décorée de l’artiste-cimentier Joachim Eyt (1872-1948). Cet artiste, élève de Gustave Violet, a laissé de nombreuses traces de son activité sur les façades de Prades qui donnent à la ville un cachet tout particulier.

Ces destructions en plein centre-ville sont inacceptables de nos jours. Elles altèrent un paysage construit, une mémoire urbaine, au profit de constructions nouvelles médiocres et techniquement très inférieures en qualité.

Alors que de toutes parts la société est pressée de faire attention à l’usage de ses ressources, ces destructions sont un quadruple gaspillage : gaspillage d’énergie, gaspillage de capital bâti, gaspillage d’esthétique et de cadre de vie, gaspillage de mémoire.

Perpignan le 11 novembre 2020

le bureau de l'ASPAHR.

Photo d'illustration

 

Une information à partager ?
Cliquez-ici !

 

Retour

 

A LIRE AUSSI