Monde - En proclamant sa victoire avant la fin du dépouillement, Donald Trump joue dans le camp des autocrates

Monde - En proclamant sa victoire avant la fin du dépouillement, Donald Trump joue dans le camp des autocrates

Monde - En proclamant sa victoire avant la fin du dépouillement, Donald Trump joue dans le camp des autocrates

Par Natasha Lindstaedt, Professor, Department of Government, University of Essex, le 04 Novembre 2020

En proclamant sa victoire avant la fin du dépouillement, Donald Trump joue dans le camp des autocrates

Natasha Lindstaedt, University of Essex

Dans les mois précédant le jour de l’élection présidentielle aux États-Unis, on prédisait que Donald Trump n’accepterait pas le résultat du scrutin en cas de défaite, sèmerait le doute sur la légitimité des votes par correspondance et tenterait de proclamer sa victoire avant que le dépouillement complet des votes ne soit terminé. Jusqu’ici, deux de ces trois prédictions se sont réalisées.

Rien d’extraordinaire à cela, puisque pour jouer les devins, il suffisait… de prendre au pied de la lettre les déclarations du président. Il avait en effet affirmé de façon infondée que les bulletins de vote par correspondance ne seraient envoyés qu’aux électeurs démocrates, et passé des mois à décrédibiliser la procédure de vote par courrier, tentant même de couper les fonds des services postaux américains pour mettre des bâtons dans les roues des Démocrates, plus susceptibles de voter par correspondance.

Lors d’une conférence de presse donnée depuis la Maison Blanche, aux premières heures du 4 novembre, Trump s’est dit prêt à demander à la Cour suprême de faire interrompre le décompte des votes. De façon tout aussi inquiétante, il a prématurément déclaré victoire, et prétendu à tort avoir remporté des États dont les résultats n’étaient pas encore connus, comme la Géorgie et la Pennsylvanie.

 

Une déclaration prématurée

Si de telles manœuvres sont rares dans une démocratie libérale, la proclamation prématurée d’une victoire est une constante des régimes non démocratiques, notamment présidentiels. Comme le montrent mes recherches, l’une des caractéristiques les plus fréquentes des régimes autoritaires est l’adoption d’institutions formellement démocratiques qui leur permettent de justifier leur maintien au pouvoir tout en faisant mine de donner satisfaction aux demandes de démocratisation émanant de leur population et de la communauté internationale.

Depuis la fin de la guerre froide, les observateurs internationaux ont rendu la tâche plus difficile aux autocrates qui tentent de frauder. Ceux-ci doivent donc recourir à d’autres moyens pour s’assurer de remporter les élections sans les truquer de façon trop évidente, et s’appuyer sur toutes sortes d’irrégularités plutôt que sur la fraude à proprement parler. Outre les habituelles agressions physiques d’opposants, le contrôle des médias et la nomination de personnes de confiance à la tête des commissions électorales, les dirigeants de régimes autoritaires sont prompts à déclarer leur victoire lors de scrutins aux résultats serrés.

En Turquie, Recep Tayyip Erdoğan s’est empressé de se proclamer vainqueur de l’élection présidentielle de juin 2018, avant même que tous les votes aient été comptés et le résultat ratifié par la commission électorale. Le « règne » d’Erdoğan constitue l’un des exemples les plus flagrants de dérive autoritaire du pouvoir exécutif et de recul de la démocratie. Sous sa férule, la Turquie voit ses droits civils menacés et son système judiciaire politisé.

En 2013, quand l’autoritarisme du gouvernement vénézuélien ne faisait pas encore consensus, l’héritier politique d’Hugo Chávez, Nicolas Maduro, a remporté de justesse l’élection présidentielle avec une marge de moins de 2 %. Le candidat n’a pas perdu de temps pour crier victoire, déclenchant les protestations de l’opposition qui a exigé un recomptage des voix. En 2018, M. Maduro a « remporté » les élections avec une marge beaucoup plus importante ; là encore, l’opposition a remis en question la validité des résultats.

Autre exemple : la Côte d’Ivoire, qui vient de traverser une séquence électorale troublée. Suite au boycott du scrutin par l’opposition, le président Alassane Ouattara a pu être réélu avec 94 % des voix d’après les résultats provisoires annoncés le 3 novembre.


À lire aussi : Côte d’Ivoire's turbulent past remains front and centre in presidential poll


En 2013, c’est l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo qui avait créé la polémique en annonçant par avance sa victoire avec 51 % des voix, malgré des résultats qui suggéraient que Ouattara, alors dans l’opposition, avait récolté 54 % des suffrages. Cette différence était due à l’invalidation par le Conseil constitutionnel (soutenu par Gbagbo) des votes dans les fiefs de l’opposition. Laurent Gbagbo a finalement payé le prix des violences qui s’en étaient suivies et a été traduit devant la Cour pénale internationale, même s’il a finalement été acquitté.

L’art de la manipulation électorale

On dénombre bien d’autres « victoires » électorales prématurées, en Russie et dans d’autres pays de l’ex-URSS. Pour les gouvernements de cette région, la manipulation des élections et les discours mensongers sur le soutien populaire aux présidents sortants sont monnaie courante. En Biélorussie, par exemple, Alexandre Loukachenko a pris pour habitude à se déclarer vainqueur à une large majorité, mais en août 2020, la population a massivement remis en cause les résultats annoncés par le pouvoir.

D’autres dirigeants sortants ont contesté les résultats des élections, comme en Gambie en décembre 2016, quand Yahya Jammeh, au pouvoir depuis 1994, a refusé de s’avouer vaincu, dénonçant des « irrégularités » lorsque Adama Barrow a remporté la présidentielle d’une courte tête. Jammeh a alors demandé à la Cour suprême d’annuler le scrutin et envoyé l’armée pour prendre le contrôle de la commission électorale. Il a fallu le déploiement de troupes nigérianes, sénégalaises et ghanéennes pour qu’il finisse par reconnaître sa défaite.

Bon nombre d’observateurs de la scène politique américaine se préparent à des troubles au lendemain de l’élection présidentielle de 2020. Trump disposant d’une avance spectaculaire dans certains États clés grâce aux votes en personne, comptabilisés avant les votes par correspondance, le scrutin, quelle qu’en soit l’issue, pourrait effectivement être entaché de perturbations.

Le problème vient en partie de la volonté de Donald Trump de ne pas comptabiliser la totalité des votes – une posture qui va à l’encontre des principes démocratiques. Quand on sait les enjeux considérables des élections présidentielles et les passions qu’elles soulèvent, délégitimer le processus de dépouillement des votes ne fait qu’accroître le risque d’instabilité aux États-Unis dans les semaines à venir. Une fois de plus, en remettant ouvertement en cause les normes et les processus démocratiques, le président met en danger la démocratie américaine.


Traduit de l’anglais par Iris Le Guinio et Valeriya Macogon pour Fast ForWordThe Conversation

Natasha Lindstaedt, Professor, Department of Government, University of Essex

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

Illustration : https://pixabay.com/fr/photos/trump-pr%C3%A9sident-%C3%A9tats-unis-am%C3%A9rique-2546104/

Monde - En proclamant sa victoire avant la fin du dépouillement, Donald Trump joue dans le camp des autocrates

Natasha Lindstaedt, Professor, Department of Government, University of Essex (04-11-20)

 

Une information à partager ?
Cliquez-ici !

 

Retour

 

A LIRE AUSSI