Occitanie - Commission du tourisme: l'UE doit agir, 22 millions d'emplois sont en jeu

Occitanie - Commission du tourisme: l'UE doit agir, 22 millions d'emplois sont en jeu

Occitanie - Commission du tourisme: l'UE doit agir, 22 millions d'emplois sont en jeu

Par Parlement Européen, le 23 Septembre 2020

Des critères harmonisés dans toute l’UE sont nécessaires pour les tests, les formulaires de voyage, la durée de la quarantaine, les protocoles sanitaires pour le transport et les espaces publics

Des actions concrètes et des garanties pour les PME du secteur, un information plus claire pour les voyageurs

La création d’une politique européenne commune pour le tourisme durable est une nécessité

Les députés du groupe de travail sur le tourisme réitèrent que le secteur a besoin d’une coordination au niveau européen et d’un soutien substantiel pour donner aux PME une chance de survie.

La commission des transports et du tourisme s’est réunie mercredi avec des parties prenantes du secteur du voyage et du tourisme afin de faire le point sur la situation catastrophique du secteur et de débattre de la façon de surmonter cette crise sans précédent. Pour revoir le débat, cliquez ici.

Après la réunion, les députés du groupe de travail sur le tourisme ont publié une déclaration prenant acte de la déception du secteur du tourisme face au peu d’aide apportée par l’UE:

‘‘Plus de six mois se sont écoulés dans cette situation d’urgence, mais il n’existe toujours aucun critère commun de l’UE sur la façon de gérer et de vivre avec cette pandémie: pas de protocole universel en matière d’hygiène et de santé, pas de règles communes sur les tests ou sur la manière d’évaluer les risques, et non-respect du principe de libre circulation.

Même quand le voyage est partiellement autorisé, le grand nombre de règles le rend très compliqué. Les citoyens s’y perdent et n’ont pas la garantie que le voyage qu’ils ont réservé pourra réellement se faire.

Le secteur du tourisme, qui emploie 22 millions de personnes en Europe, est au bord de la faillite totale. Ce n’est pas une menace à prendre à la légère: selon les pays, le tourisme représente de 4,3 à 25% du PIB. Dans la situation actuelle, des centaines de milliers de PME ne tiendront pas jusqu’à la fin de l’année.

À ce jour, nous n’arrivons pas à savoir clairement quel outil de gestion de crise peut être utilisé par le secteur du tourisme, à part l’Instrument européen de soutien temporaire à l’atténuation des risques de chômage en situation d’urgence (SURE). Nous exhortons la Commission européenne et les États membres à agir concrètement et de façon urgente. Un mécanisme bien défini de gestion de crise est nécessaire pour un secteur qui se bat pour sa survie.

Le secteur du tourisme réclame donc d’urgence:

  • un soutien financier dédié et direct;
  • des critères cohérents et transparents pour évaluer les risques dans toute l’UE;
  • une coordination au niveau européen concernant les restrictions de voyage et les protocoles en matière d’hygiène et de santé: et
  • une voie claire vers une véritable politique européenne pour le tourisme durable.

Il est grand temps que l’UE propose une stratégie pour le tourisme durable et une ligne de budget dédiée dans le prochain budget à long-terme de l’UE. Une ligne de budget de 300 millions d’euros pour la mise en œuvre d’une vision commune du tourisme durable au cours des sept prochaines années, ce n’est pas trop demander. Il est essentiel de s’assurer que ce secteur économique aura une chance de se développer après des mois de stagnation et que nous pourrons le transformer pour qu’il devienne plus durable.

Nous avons besoin du leadership européen. C’est une question de volonté politique. Il est temps de prendre des décisions fortes.’’

Liste des membres du groupe de travail sur le tourisme:

Karima Delli (Verts/ALE, FR), présidente de la commission des transports et du tourisme

Benoît Lutgen (PPE, BE)

Elżbieta Katarzyna Łukacijewska (PPE, PL)

Cláudia Monteiro de Aguiar (PPE, PT), membre du groupe de pilotage

Barbara Thaler (PPE, AT)

Elissavet Vozemberg-Vrionidi (PPE, EL)

Giuseppe Ferrandino (S&D, IT)

István Ujhelyi (S&D, HU), membre du groupe de pilotage

Josianne Cutajar (S&D, MT)

Isabel García Muñoz (S&D, ES)

José Ramón Bauzà Díaz (Renew Europe, ES), membre du groupe de pilotage

Søren Gade (Renew Europe, DK)

Roman Haider (ID, AT)

Massimo Casanova (ID, IT)

Tilly Metz (Verts/ALE, LU)

Anna Deparnay-Grunenberg (Verts/ALE, DE)

Carlo Fidanza (ECR, IT)

Elena Kountoura (GUE/NGL, EL)

Mario Furore (NI, IT)

 

Une information à partager ?
Cliquez-ici !

 

Retour

 

A LIRE AUSSI