Perpignan - Le PG 66 vise la perspective majoritaire pour 2022

Perpignan - Le PG 66 vise la perspective majoritaire pour 2022

Perpignan - Le PG 66 vise la perspective majoritaire pour 2022

Par Pour le PG 66, Francis DASPE , le 01 Septembre 2020

Le PG 66 vise la perspective majoritaire pour 2022

Le PG 66 tenait sa désormais traditionnelle réunion publique de rentrée politique ce mercredi 26 août à Perpignan à la salle des Libertés. « Organiser le jour anniversaire de la proclamation de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 une réunion pour parler de la stratégie de la révolution citoyenne constitue un beau symbole qui tombe particulièrement à pic », faisait remarquer en préambule Catherine David, co-secrétaire départementale du PG 66. Elle présentait ensuite les deux intervenants chargés de lancer et d’animer la conférence / débat, qui tous deux sont membres de la première heure à la fois du Parti de Gauche (2008) et du mouvement de La France Insoumise (2016). René Revol, venu du département voisin de l’Hérault, est maire de Grabels et vice-président de Montpellier Métropole. Francis Daspe, local de l’étape, vient de sortir un livre intitulé « 2022. Pour renverser la Table à la présidentielle » (Eric Jamet éditeur, août 2020). « La définition d’une stratégie est  ce qu’il y a de plus honorable en politique. Or cela constitue souvent un angle mort de la réflexion militante. Nous offrons ce soir la possibilité d’en discuter de manière approfondie », poursuivait Catherine David. 

René Revol commençait par présenter le contexte politique global qui se caractérise par l’existence d’une double crise : sanitaire et citoyenne. « La crise sanitaire en accroit toutes les dimensions, qu’elles soient écologiques, sociales, démocratiques ou géopolitiques. Elle exacerbe la crise citoyenne qui se traduit par un désintérêt de la chose publique, l’abstention, la remise en cause du consentement à l’autorité fondant toute démocratie ».  Pour l’orateur, la solution nécessite de renouer avec deux héritages incontournables qui sont la condition nécessaire pour espérer gagner. «L’héritage républicain promouvant un humanisme civique nous invite à réaliser pleinement la promesse républicaine abîmée par le règne de la loi du marché et des intérêts particuliers. L’héritage socialiste nous pousse à accorder la priorité à la recherche de l’égalité et de l’émancipation. Ce qui nous conduit à poser la question de la propriété, aussi bien par l’angle du patrimoine que celui de la disposition des moyens de production ». Pour René Revol, ces deux héritages gardent toute leur signification à l’heure de la crise écologique. « Cela montre l’urgence de la réappropriation des biens communs pour tous qui ne pourra se réaliser qu’en affrontant une minorité d’intérêts privés, ce qui peut aussi se nommer lutte des classes ».

Francis Daspe reprenait une formule de René Char citée quelques minutes auparavant par René Revol, indiquant qu’un héritage n’est précédé d’aucun testament.  « Cela signifie aussi qu’il n’existe pas en politique de rentes durables pour qui que ce soit. Cette réalité nous oblige à un effort de réflexion sur la stratégie qui doit être marquée du sceau de la cohérence et de la constance, et à ne pas nous contenter de simples tactiques de circonstances ». Il illustrait son propos en listant les logiciels politiques désormais périmés, comme les logiques de cartels se fondant sur une arithmétique douteuse, les improbables

 

Une information à partager ?
Cliquez-ici !

 

Retour

 

A LIRE AUSSI