Aude - Toulouse et Beyrouth ! Un signal d'alarme pour la Confédération paysanne de l'Aude !

Aude - Toulouse et Beyrouth ! Un signal d'alarme pour la Confédération paysanne de l'Aude !

Aude - Toulouse et Beyrouth ! Un signal d'alarme pour la Confédération paysanne de l'Aude !

Par Confédération paysanne de l'Aude, le 06 Août 2020

DE TOULOUSE À BEYROUTH LES EXPLOSIONS D'ENGRAIS AZOTÉS NOUS RAPPELLENT UN GRAND PROJET INUTILE ET DANGEREUX À PORT LA NOUVELLE

La Confédération paysanne de l'Aude adresse au peuple libanais déjà durement éprouvé par une grave crise économique et politique ses condoléances pour toutes les victimes de la catastrophe du 4 aout à Beyrouth.

Cette explosion d’entrepôts de nitrate d'ammonium nous rappelle tristement celle d'AZF à Toulouse en septembre 2001 (300 à 400 tonne savaient explosé faisant 31 morts et 2500 blessés).

Elle nous ramène à une histoire plus contemporaine sur ce produit hautement dangereux utilisé en premier lieu comme engrais chimique azoté . Il ne lui suffisait pas d'être un grand polluant des sols, de l'air, des eaux de surface ainsi que des nappes phréatiques ...Cet accident confirme encore sa dangerosité dans son stockage et son transport.

Dans le sud de la France il ne restait plus après AZF Toulouse que l'usine Yara à Lacq qui produisait du nitrate d'ammonium. Bayonne, consciente du danger, a refusé le transit de cette substance sur son port et de grandes quantités de nitrate ont donc trouvé un autre chemin plus complaisant à Port la Nouvelle sur la cote méditerranéenne jusqu'à la fermeture de l'usine en 2018 .

Dans le grand projet industriel d'agrandissement du port de Port la Nouvelle porté par la région Occitanie, il est prévu l'importation de 60 000 tonnes de nitrate d'ammonium avec le soutien de la FDSEA, du groupe Arterris, du président de la Chambre d' agriculture.

En contre point la Confédération Paysanne a toujours contesté ce projet dangereux pour l'environnement littoral mais aussi contraire à une agriculture paysanne en phase avec ses territoires et ses habitants.

Les dépenses colossales qui sont mobilisées pour cet agrandissement s'élèveront à plus de 300 millions d'euros pour favoriser ce type de commerce ainsi que le doublement des importations d'hydrocarbures non moins dangereux et le triplement des exportations de céréales.
Face à ces projets la Confédération Paysanne réclame la réaffectation de ces subventions régionales vers des projets permettant la relocalisation de l'économie régionale et en premier lieu celle de l'économie agricole et agro-alimentaire.

Aider des installations agricoles dans le cadre d'une agriculture sans engrais chimiques comme le nitrate d'ammonium nous semble de la plus grande urgence pour notre souveraineté alimentaire ainsi que pour l'emploi et la préservation de l'environnement .

De plus, cette nouvelle catastrophe libanaise devrait amener nos responsables politiques à davantage de protection des populations dans les sites portuaires soumis à de graves dangers, comme à Port la Nouvelle avec déjà deux sites classés Séveso de haut niveau. 

Photo d'illustration

 

Une information à partager ?
Cliquez-ici !

 

Retour

 

A LIRE AUSSI