Occitanie - Une campagne qui invite les malades d'Occitanie à retourner voir leur médecin au plus vite

Occitanie - Une campagne qui invite les malades d'Occitanie à retourner voir leur médecin au plus vite

Occitanie - Une campagne qui invite les malades d'Occitanie à retourner voir leur médecin au plus vite

Par Association Française des Diabétiques de Midi-Pyrénées , le 23 Juin 2020

Une campagne qui invite les malades chroniques d’Occitanie à retourner voir leur médecin au plus vite

Depuis la fin du confinement en Occitanie, 43 % des personnes touchées par une maladie chronique ne sont pas retournées voir leur médecin généraliste, spécialiste ou repris leurs soins courants . C’est ce que révèle un sondage réalisé par l’Institut B3TSI pour la Fédération Française des Diabétiques et ses quatre partenaires Alliance du Cœur, Le Collectif National des personnes atteintes d’obésité, La Fondation pour la recherche sur l’HTA et la Société Française de Santé Digitale. Ce sondage porte sur 2 400 personnes touchées par une maladie chronique en France (du 29 mai au 8 juin 2020) dont 200 en région Occitanie. La surcharge de travail des soignants et la crainte de propager le virus ont éloigné les patients chroniques, davantage vulnérables, de leurs professionnels de santé. Or, poursuivre son traitement, ses soins habituels et consulter son médecin et ses soignants est primordial pour les 15 à 20 millions de malades chroniques en France. Au regard de l’enjeu de santé publique majeur que représente la reprise des soins pour ces personnes, ces associations de patients et académiques  lancent une campagne tout public invitant les patients chroniques à retourner consulter au plus vite. Accompagnée du hashtag #revoirsonmedecin, d’un visuel dynamique et d’un message invitant à l’action sur un ton bienveillant « Maintenant, prenez soin de vous, prenez rendez-vous, en consultation ou téléconsultation », la campagne est visible depuis le 11 juin.

Des malades chroniques occitans en danger

A la question « depuis la fin du confinement, avez-vous consulté un médecin généraliste ou pris rendez-vous pour des soins courants ? », 43 % des sondés ont répondu par la négative et n’ont pas encore consulté. Parmi eux, 33 % ont envisagé de le faire dans les 4 prochaines semaines mais 10 % des patients chroniques affirment que « non, je ne l’envisage pas encore ». Cette affirmation est très inquiétante, s’alarme le vice-président de la Fédération Française des Diabétiques, Jean-François Thébaut « nous redoutons l’explosion des complications liées aux maladies chroniques, aux maladies cardio-métaboliques, à l’hypertension, à l’obésité et même au retard pris pour le dépistage des cancers et qui vont d’un seul coup resurgir tous ensemble. Il s’agit d’une véritable bombe à retardement car la maladie chronique est sournoise et très insidieuse ».

Une particularité en Occitanie : une période plus mal vécue que le reste de la France

En termes de sentiment de bien-être physique, le sondage révèle que les personnes touchées par une maladie chronique en Occitanie ont plus mal vécu cette période de crise sanitaire, 26 % d’entre-elles estiment être moins bien qu’avant versus 20 % sur la France.

#revoirsonmedecin, une campagne pour toutes les personnes atteintes d’une maladie chronique

Avec ce message, « Maintenant, prenez soin de vous, prenez rendez-vous, en consultation ou téléconsultation », invitant à l’action, un visuel simple et un ton bienveillant, la campagne se décline à partir du 11 juin sur les réseaux sociaux via les associations de patients et les structures scientifiques qui la soutiennent et de nombreux autres acteurs associatifs qui se sont engagés à la relayer. Une signature qui invite toutes les personnes atteintes de maladie chronique, quelle que soit la maladie, à retourner voir son médecin. Une page Facebook (www.facebook.com/revoirsonmedecin) est dédiée à la campagne, permettant à qui le souhaite, de s’informer sur la campagne, de (re)découvrir les principaux éléments du sondage, de télécharger les outils dédiés (bannières, filtres, affiches…) afin de diffuser le message auprès de sa communauté. De plus, des filtres Facebook (Revoir son médecin) ont été mis en place afin de permettre à chacun de s’engager pleinement auprès des 15 à 20 millions de personnes touchées par une maladie chronique.

Anne-Sophie Joly, présidente du CNAO2, s’est mobilisée avec ses quatre autres partenaires impliqués dans les maladies cardio-métaboliques pour rassurer et encourager les malades chroniques à retourner voir leur médecin, en consultation ou en téléconsultation. « Il s’agit d’une priorité absolue pour les associations de patients.  Nous ne voulons pas que la peur de contracter le virus soit le deuxième tueur après le Covid-19 des patients qui ne vont pas consulter. Cette peur peut être paralysante car les personnes atteintes d’obésité sont extrêmement fragiles face au Covid-19 et sont restées strictement confinées. Il est désormais urgent qu’elles consultent à nouveau sans crainte, c’est l’objectif de cette campagne ».

Consultation ou téléconsultation, l’important est de reprendre contact avec son médecin

Pendant le confinement, 18 % des Français atteints de maladies chroniques en Occitanie ont consulté leur médecin généraliste et 24 % ont consulté leur spécialiste en téléconsultation. Un résultat qui montre la confiance qui s’est installée vis-à-vis de la téléconsultation et la nécessité de poursuivre ce mode de consultation.

« Aujourd’hui, les personnes atteintes de maladies cardiaques doivent absolument reprendre contact avec leur médecin traitant et/ou leur cardiologue d’abord par téléphone afin de juger du moyen le plus pertinent pour effectuer un bilan biologique, de refaire le point dans leur dépistage ou leur suivi et de décider d’un nouveau protocole réadapté que ce soit lors d’une téléconsultation ou d’une consultation en présentiel de façon à prévenir la survenue de complications » précise Philippe Thébault, président d’Alliance du Cœur.

Éviter la propagation du virus et la surcharge de travail des soignants : les principales raisons du renoncement au soin

Les résultats du sondage mettent en relief les raisons qui ont conduit et qui conduisent toujours les personnes atteintes de maladies chroniques à ne pas consulter. Il s’agit tout d’abord d’éviter la propagation du virus pour 34 % d’entre eux et d’éviter la surcharge de travail de son médecin ou de son hôpital pour 25 %.

Selon Jean-François Thébaut, Vice-président de la Fédération Française des Diabétiques « les patients ne veulent pas déranger leurs soignants avec leur maladie, ils pensent qu’il y a bien plus grave qu’eux et qu’ils passeront après. Pourtant le suivi d’une maladie chronique comme le diabète par exemple, est primordial pour éviter des aggravations. Il est donc urgent pour ces personnes de retourner voir leur médecin et de poursuivre leur suivi médical ».

 

Une information à partager ?
Cliquez-ici !

 

Retour

 

A LIRE AUSSI