ARTS ET CULTURE : OCCITANIE - VOCCITANIE DATA : La voix des entreprises de l' économie: le 2 mai 2017

OCCITANIE - VOCCITANIE DATA : La voix des entreprises de l' économie: le 2 mai 2017

Occitanie, un poids lourd de l'agro-alimentaire national

13,7 milliards d’euros de CA (8,9 milliards en Midi-Pyrénées et 4,8 en Languedoc-Roussillon), 26 700 salariés : l'industrie agro-alimentaire occupe une place prépondérante en Occitanie, la deuxième derrière la construction aéronautique. La réunion du Languedoc-Roussillon et de Midi-Pyrénées a conforté la position de notre région, dorénavant première région viticole mondiale, première région française pour la production ovine (29% de la production nationale) et première pour la production laitière avec 73% de la production nationale. Les deux anciennes régions conservent cependant leurs spécificités.

En Midi-Pyrénées, les secteurs phares sont l'industrie de la viande, le secteur des plats cuisinés (Raynal et Roquelaure) et des produits nutritionnels (Nutrition et Santé), la fabrication de boisson, l'industrie laitière (caves de Roquefort). Le secteur coopératif, avec  Vivadour, Sodiaal ou Fipso, joue un rôle fondamental dans la performance de la filière. L'innovation dans les produits comme dans les procédés, est elle aussi un moteur de croissance non négligeable (avec Ederna, Genibio, Vegeplast). En Languedoc-Roussillon, les secteurs phares sont le premier vignoble de France composé dans sa quasi-totalité d'Appellations d’Origine Protégée (AOP) ou des Indications Géographiques Protégées (IGP) ainsi que la filière fruits et légumes. La filière des dérivés de céréales est en plein essor (alimentation pour animaux, coopératives céréalières, boulangeries et pâtisseries industrielles), tirée par quelques gros établissements (Galzin).

L’agroalimentaire et la vitiviniculture d'Occitanie sont deux filières de réputation mondiale, portées par des entreprises dynamiques créatrices d’emplois et d’innovations intimement liées au terroir.

Dominique Tourneix, Président de Qualiméditerranée,
Pôle de compétitivité des agrotechnologies durables

A RETENIR

  • Vignoble Languedoc-Roussillon : 226 000 hectares, 5 % de la production mondiale de vin, 13,5 millions d’hectolitres (2013)
  • SODIAAL Union, 4e acteur européen dans le secteur laitier avec 14 000 adhérents
  • 2e région française pour la production fruitière
    LA SUPPLY CHAIN AÉRONAUTIQUE DU GRAND SUD-OUEST À PLEIN RÉGIME

    89 % : Taux d’utilisation des capacités de production en 2016

    +8 points : Augmentation du solde d’opinion des chefs d’entreprise du Grand Sud-Ouest sur l’augmentation de l’activité entre 2015 et 2016.

    L’étude réalisée par l’Insee Occitanie auprès de la supply chain aéronautique et spatiale du Grand Sud-Ouest (ex-régions Midi-Pyrénées et Aquitaine) en 2016 confirme la bonne santé du secteur et les défis auxquels il doit répondre dans un contexte de forte pression sur les cadences. Le solde d’opinion global de 51 points sur l’évolution de l’activité exprime une accélération de la croissance globale, plus particulièrement marquée en Midi-Pyrénées et dans l’aéronautique.

    Aéronautique, une dynamique qui se renforce

    Concernant l’aéronautique, la dynamique qui existait auparavant dans tous les secteurs industriels (métallurgie, équipements électriques et électroniques, machines) se renforce, tandis que d’autres secteurs qui étaient davantage à la peine retrouvent des couleurs. C’est le cas de la maintenance, qui voit sa demande bondir (+50 points de solde d’opinion) et des services spécialisés (informatique et ingénierie), qui étaient affectés depuis 2013-2014 par l’arrivée à leur terme de plusieurs grands programmes. La situation est plus contrastée dans le spatial où l’activité des sociétés de services reste atone, contrairement à l’industrie qui accélère, notamment en Midi-Pyrénées.

    Des prévisions d'embauche en forte hausse

    Ces tendances entraînent des tensions sur la chaîne de production, en particulier là encore en ex-Midi-Pyrénées, avec des secteurs proches de la saturation (fabrication d’équipements, maintenance). Logiquement, ce marché porteur se traduit par des prévisions d’embauches en forte augmentation dans l’industrie et dans les services spécialisés, ainsi que par la poursuite des investissements matériels, à un rythme moindre, et le maintien des efforts de R & D.


LE PORT DE SÈTE INVESTIT SUR L’AVENIR

3,8 millions : Le tonnage du trafic conteneurs du Port de Sète-Frontignan

Aujourd’hui, le trafic de conteneurs du port de Sète-Frontignan, dans l’Hérault, est de 3,8 millions de tonnes. En 2015, le port avait enregistré son meilleur niveau de compétitivité, avec un trafic en hausse de 15 % (+ 2 % en 2016). L’ambition est d’augmenter ce trafic d’un million de tonnes en quatre ans grâce à l’aménagement du nouveau quai H. Livré et mis en exploitation en octobre 2016, celui-ci avait pour objectif d’adapter le port au commerce maritime mondial, avec comme priorité le développement du trafic de conteneurs.

Des porte-conteneurs jusqu'à 260m de long

D’une surface de 4 ha intégralement gagnés sur la mer, le quai H est le plus long du port de Sète-Frontignan, avec 470 mètres de linéaire. Fruit d’un investissement de 45 millions d’euros (financé à 85 % par la Région Occitanie et 15 % par l'Europe), le quai H dote le port d’une zone de stockage de conteneurs passée de 17 000 à 76 000 m2. Son tirant d’eau de 14,5 mètres lui permet d’être qualifié de quai en eau profonde. Des dimensions qui rendent désormais possible l’accostage des plus gros porte-conteneurs, jusqu’à 260 m de long.

Un nombre de croisiéristes multiplié par 4 en 2020

Le quai H est polyvalent et ouvert à d’autres trafics, comme des cimentiers, des navires rouliers pour le chargement/déchargement de véhicules ou des navires transportant des éoliennes (mâts et pales). De nouveaux terre-pleins (environ 25 ha) devraient être livrés en 2018, permettant d’accompagner le développement de trafics supplémentaires. Autre axe de développement économique régional non négligeable pour l’avenir du port de Sète-Frontignan : l’accueil en toute sécurité de bateaux de croisière plus gros. Ces paquebots transportent des milliers de touristes qui viennent alors consommer sur le territoire régional. En 2016, 24 000 croisiéristes ont fait escale à Sète, 44 000 sont attendus en 2017 et 120 000 en 2018.

VOCCIITANIE (03-05-17)     6902 vues
Envoyer par E-mail  

 

Retour

Imprimer

 

PORT CAMARGUE
SEAQUARIUM
Occitanie Tribune