Portiragnes - PORTIRAGNES (34) Gwendoline CHAUDOIR, Maire et candidate en 35 ème position de la liste Renaissance

Portiragnes - PORTIRAGNES (34) Gwendoline CHAUDOIR, Maire et candidate en 35 ème position de la liste Renaissance

Portiragnes - PORTIRAGNES (34) Gwendoline CHAUDOIR, Maire et candidate en 35 ème position de la liste Renaissance

Entretien : Gwendoline Chaudoir : « Pourquoi je suis candidate sur le liste Renaissance »

Vous êtes aujourd’hui  candidate en 35 ème position de la liste Renaissance?

Oui et je remercie le président d’Agir, les cofondateurs du mouvement et notre délégué régional Julien Miro, qui m’ont accordé leur confiance et ont souhaité me soutenir pour que l’Hérault et le Biterrois trouve une place conséquente sur cette liste. Si je fais ce choix d’engagement, c’est bien pour mener un combat pour nos territoires, consciente des nombreux enjeux, économiques, climatiques, sociaux… auxquels nous avons à faire face. Si j’engage ce combat c’est en étant plus que jamais fidèle dans mon  contrat pour les Portiragnais,  pour faire entendre au niveau national et européen, la voix de mes concitoyens, débattre du réel et militer pour un idéal au service de toutes et de tous. Mais je le répète, tout le monde ayant compris que la 35 eme place n’est pas éligible, ma démarche reste avant tout celle d’un maire au service d’un territoire : L’Hérault, le Biterrois, l’Agathois et Portiragnes.

C’est une chance j’estime pour le biterrois d’être représenté sur cette liste. Avec Irène Tolleret, 9 eme de la liste, nous formons un binôme pour l’Hérault en engageant dans cette campagne le programme à venir, de façon concertée et en constituant les relais futurs pour le territoire au parlement européen. C’est utile, c’est concret. 

Quelles sont vos motivations et pourquoi se lancer dans la course aux européennes ?

Même si l'Europe est décriée, elle a forcément toute sa place. Il faut qu'on aille non pas vers "plus d'Europe" mais "mieux d'Europe". Avec le Brexit, les Français anti-européen se rendent compte qu'il y a des risques à quitter l'Europe. Et pour moi, l'écologie c'est l’économie à long terme. C'est à dire qu'on investit un peu plus au départ, en tenant compte de tous les impacts que vont avoir l'activité, et mettre des mesures compensatoires très en amont. Cela afin d'avoir des résultats, sur la protection de la biodiversité, la durabilité des produits, la somme des matières premières qu'il va falloir utiliser, l'éco-conception, la recyclabilité, etc.

Face à des enjeux si graves et si différents, existe-il des solutions politiques capables de renverser les tendances ? Faut-il faire des compromis sur le long terme et sur nos valeurs ? Traiter les fins de mois avant la fin du monde ? Protéger nos frontières pour ne pas perturber l’ordre social ? Bien au contraire! Tout discours de compromission  et de l’inéluctable est mortifère et erroné. Nous devons travailler ensemble pour proposer des solutions précises et concrètes. En cela, je me reconnais parfaitement dans le projet Europe d’Agir et de Renaissance.

C'est aussi l'aboutissement naturel de  plusieurs années passées au service de vos  administrés ?

Effectivement, et c’est à nous élus, de tous bords politiques, de prendre nos responsabilités et apporter notre contribution au débat. C’est pourquoi j’ai décidé de ne pas rester spectatrice, d’entrer en action en m’engageant dans le cadre d’un mouvement représentant les sensibilités de la droite et du centre, ancré dans les territoires, porteur de nouvelles méthodes, d’abord en soutenant la liste « Renaissance » et en rejoignant le parti «  Agir – la droite constructive » partenaire de cette union. Aujourd’hui, après avoir rejoint le comité de pilotage de la campagne, travaillé sur les questions pêche et littoral, notamment en recevant Pierre Kalerskind, 14 ème de la liste, le 19 avril dernier à Sète, mon engagement prend une nouvelle forme via cette candidature.

Pourquoi avoir choisi la liste Renaissance ?

Aujourd'hui, je me reconnais dans les messages constructifs et volontaristes portés par Agir la droite constructive, par des parlementaires comme Fabienne Keller qui nous fait l’honneur d’une visite dans l’Hérault et à Portiragnes, le 29 avril prochain, comme ceux émanant de cette génération d’élus venant comme moi, de la société civile, et engagés pour servir, défendre un idéal républicain, une vision européenne rigoureuse, juste et protectrice. Et aussi parce que c’est une liste d’union dont le seul parti est l’Europe.

Mon ambition : me faire la porte-parole d’un territoire, d’une région, d’hommes et de femmes qui y vivent, de leurs problèmes et de leurs aspirations, donner à comprendre et apporter les bonnes réponses quand tant d’autres ne distillent  ici que mensonges et démagogie.  Car oui, l’Europe n’est pas un problème mais une solution. Les politiques nationales ne sont pas efficaces contre le réchauffement climatique, contre les inégalités et pour l’accueil et l’intégration des migrants. Les traiter comme des enjeux nationaux n’est pas seulement inefficace, mais exacerbe le problème. Oui, l'Union doit être recentrée sur l'essentiel, là où sa plus-value réside. Simplification des missions, lisibilité des actions, rapprocher la décision du citoyen, accompagner les territoires…

Légende photos : 

Gwendoline Chaudoir Darché entourée de Pierre Kalerkind ( 14 eme), Irène Tolleret ( 9eme) et du responsable régional d'Agir-La Droite Constructive, Julien Miro, lors de la visite sur le thème de la pêche le 19 avril dernier à Sète


 La liste Renaissance au complet

24 avril 2019 - Les instances de La République En Marche et du Mouvement Démocrate ont désigné les 49 colistières et colistiers venant compléter la liste des 79 candidat(e)s Renaissance pour les élections européennes.

Les instances de La République En Marche et du Mouvement Démocrate ont désigné les 49 colistières et colistiers venant compléter la liste des 79 candidat(e)s Renaissance pour les élections européennes.

L’équipe Renaissance, constituée par La République En Marche, le MoDem, Agir, la droite constructive et le Mouvement Radical /Social-Libéral, soutenue par l’UDE et l’Alliance centriste, est à présent au grand complet pour porter le projet de Renaissance en vue des élections européennes du 26 mai.

Ces 49 nouveaux candidat(e)s, tout comme les 30 désigné(e)s en mars, auront à cœur de défendre sur l’ensemble du territoire les valeurs et le programme portés par Renaissance. Ils rejoindront les 30 premières colistières et colistiers dans leurs déplacements et animeront la campagne au quotidien.

Chaque candidat(e) est pleinement engagé(e) dans sa région et dans le projet européen. Cette liste est, conformément à notre engagement le plus fort, représentative de la diversité des territoires. Toutes les régions métropolitaines et toutes les zones ultramarines (les trois océans, Atlantique, Indien et Pacifique) sont représentées.

Par ailleurs, nous avons souhaité que cette liste porte une ambition transnationale. Sept nationalités européennes sont représentées sur la liste Renaissance. Sept, c’est le nombre de nationalités nécessaires à la création d’un groupe politique au Parlement européen. Des ressortissants de la France, de la Grèce, du Portugal, de l’Italie, de l’Allemagne, de la Hongrie et de la Belgique, qui ont tous choisi de vivre en France, sont ainsi unis au sein de notre liste pour une Renaissance européenne.

« La liste Renaissance comprend des personnalités compétentes, crédibles et engagées, en mesure de porter des réponses aux défis environnementaux, sociaux, économiques, migratoires et de sécurité auxquels l’Europe et la France sont confrontés. Je suis heureuse de cette diversité de profils et de ce rassemblement de nationalités européennes et de sensibilités politiques, unis autour du projet Renaissance. Nous croyons en l’Europe et nos candidats porteront l'ambition d'une véritable Renaissance européenne », déclare Nathalie Loiseau, tête de la liste Renaissance.

« Fidèles à notre démarche, nos candidats représentent un véritable renouvellement. Nous avons la chance d’avoir des colistiers qui représentent la diversité et la richesse française. Nous avons proposé une liste de qualité du premier au dernier candidat » affirme Stéphane Séjourné, Directeur de campagne et colistier Renaissance. Les biographies des 79 candidats sont accessibles sur le site www.ue-renaissance.fr/candidats

Voici les candidats venant compléter la liste Renaissance :

31 - Guilmine Eygun – Centre-Val de Loire

32 - Dominique Despras – Auvergne-Rhône-Alpes

33 - Henriette Diadio-Dasylva – Nouvelle-Aquitaine

34 - Tearii Alpha – Polynésie française

35 - Gwendoline Chaudoir – Occitanie

36 - Louis de Redon – Centre-Val de Loire

37 - Sarah Cabarrus Deroche – Guadeloupe

38 - Edouard Detrez – Occitanie

39 - Marthe Marti – Occitanie

40 - Pierre Marc – Français de l’étranger à Londres

41 - Stéphanie Villemin – Grand Est

42 - Pascal Martin – Normandie

43 - Sophie Segond – Île-de-France

44 - Pierre-Jean Baty – Île-de-France

45 - Najat Akodad – Provence-Alpes-Côte d’Azur

46 - Patrick Debruyne – Hauts-de-France

47 - Sophie Tubiana – Pays de la Loire

48 - Didier Medori – Corse

49 - Irène Eulriet – Bourgogne-France-Comté

50 - David Vaillant – Île-de-France

51 - Anne Terlez – Normandie

52 - Harald Bock – Nouvelle-Aquitaine

53 - Claire Robert – Île-de-France

54 - Michel Cegielski – Occitanie

55 - Jacqueline Ferrari – Bourgogne-France-Comté

56 - Christophe Steger – Grand Est

57 - France Mochel – Île-de-France

58 - Pascal Henriat – Bourgogne-Franche-Comté

59 - Kinga Igloi – Auvergne-Rhône-Alpes

60 - Philippe Gudin – Auvergne-Rhône-Alpes

61 - Catherine Michaud – Île-de-France

62 - Georges Pereira – Provence-Alpes-Côte d’Azur

63 - Marina Ferrari – Auvergne-Rhône-Alpes

64 - Jérémy Haddad – Occitanie

65 - Anne Macey – Île-de-France

66 - Pierre-Olivier Carel – Île-de-France

67 - Julia Clavel – Île-de-France

68 - Joseph Benedetto – Auvergne-Rhône-Alpes

69 - Clémence Rouvier – Centre-Val de Loire

70 - Olivier Allain – Bretagne

71 - Danièle Noël – Grand Est

72 - Ryan Lequien – Nouvelle Aquitaine

73 - Nadia Chabal-Calvi – Provence-Alpes-Côte d’Azur

74 - Hussein Khairallah – Nouvelle-Aquitaine

75 - Geneviève Machery – Île-de-France

76 - Gaëtan Blaize – Occitanie

77 - Edith Varet – Hauts-de-France

78 - Jean Veil – Île-de-France

79 - Paloma Moreno-Elgard – Grand Est

OCCITANIE TRIBUNE (25-04-19)

 

Témoin d'un évènement ... une information à partager ?
Cliquez-ici !

 

Retour

 

A LIRE AUSSI


 

Retrouvez toute l'actualité l'actualité de la région Occitanie Occitanie-Tribune.