ACTUALITÉS : SETE ( 34 ) - Le Grand débat Sétois à l'heure du bilan 

SETE ( 34 ) - Le Grand débat Sétois à l'heure du bilan 

Le Grand débat Sétois à l'heure du bilan 

Le 28 mars, les rapporteurs José Cohen et Jean Rauzy, accompagnés de Jean-Guy Majourel, président du Conseil de développement, en sa qualité d'observateur, ont remis à François Commeinhes, le maire de Sète, une synthèse de la contribution sétoise au Grand débat national. 

Pour organiser cette consultation, la ville de Sète a sollicité les membres sétois du Conseil de développement de Sète agglopôle méditerranée, leur demandant d'être les garants du bon déroulé de la méthode mise en place. Outre l'ouverture de cahier de doléances, la ville a mis à disposition une salle municipale pour permettre aux ''gilets jaunes'' de se réunir, une page facebook dédiée a été créée et le véhicule Mobil info a été mis à disposition afin de permettre aux intervenants de rencontrer les habitants dans leur quartier, soit pour communiquer directement avec ceux qui le désiraient (et ils ont été nombreux), soit pour leur remettre le questionnaire qu'ils ont rempli sur place ou qu'ils ont rapporté.

D'autres ont souhaité s'exprimer librement (18 ont fait ce choix) tandis que le rapporteur prenait note.

Entre le 6 février et le 6 mars, le Mobil info a stationné quinze fois, dont quatre sur les marchés, centre-ville, Victor-Hugo et Île de Thau. En tout, une centaine de personnes s'est exprimée, issues de tous horizons socio-économiques, et qui apparaissent représentatives de la population sétoise. 

D'une façon générale, les rapporteurs ont été impressionnés par la richesse des échanges, la qualité et la pertinence des propositions. Preuve d'une  incontestable maturité citoyenne. Au-delà des apparences, il y a une forme de convergence des diagnostics et des solutions formulées qui sont souvent concrètes, inventives et intéressantes.

Les thèmes récurrents

La thématique fiscalité/dépense publique a suscité le plus d'intérêt. A la réponse ''que faudrait-il faire pour rendre la fiscalité plus juste et plus efficace?'', les contributeurs ont répondu en premier qu'il faudrait lutter contre l'évasion et l'optimisation fiscale, revenir à l'ISF, supprimer les niches fiscales et concevoir une fiscalité plus attractive pour les entreprises. En second, qu'on devrait taxer les GAFA.

Pour le reste, les contributeurs préconisent une réduction des dépenses de l'Etat, celui du train de vie des gouvernants, l'évitement des gaspillages (ex Notre dame des Landes) et la révision des conditions d'attribution de certaines aides sociales. 

Dans le domaine de la protection sociale, la santé arrive en tête sans surprise. Baisse de la TVA sur les produits de 1ère nécessité, simplification des démarches administratives, émergence de la commune comme collectivité territoriale prépondérante, plus d'autonomie aux fonctionnaires de terrain sont aussi plebiscitées. 

Côté environnement, si la thématique a moins intéressé, on retiendra l'intérêt des particuliers pour  les actions individuelles en faveur de l'environnement comme le renoncement à la voiture sur les courtes distances au profit des TC et la réduction des emballages, ainsi que des aides plus conséquentes à la transition écologique.

L'INDECAPANT (28-03-19)     8705 vues
Envoyer par E-mail  

 

Retour

Imprimer

 

Occitanie Tribune
Occitanie Tribune