Politique : OCCITANIE - État / SNCF : stop à la casse organisée du service public ferroviaire !

OCCITANIE - État / SNCF : stop à la casse organisée du service public ferroviaire !

Les élu.e.s communistes et apparentés expriment systématiquement leur soutien aux actions des cheminots, dénonçant comme eux la casse organisée du service public ferroviaire. c’était le cas l’année dernière. Alors que la SNCF « SA » doit remplacer en janvier prochain les trois EPIC qui constituent aujourd’hui la société publique, de nouveaux effets de la casse du service se font aujourd’hui ressentir. Ce sont les usagers qui en sont les premières victimes.

Lors de la signature de la convention Région / SNCF  sur l’organisation du service public régional, nous nous félicitions de la volonté affichée par la collectivité de rouvrir les « petites lignes », les lignes de dessertes fines du territoire. C’était par ailleurs une revendication forte émanant des États Généraux du Rail et de l’Inter-Modalité (EGRIM), qui constitent le socle de concertation citoyenne pilotée par notre camarade Jean-Luc Gibelin.

Ces lignes, dites par certains « petites », n’en demeurent pas moins des outils indispensables pour l’égalité territoriale et bien sûr pour la lutte contre le réchauffement climatique et le tout-voiture. Leur existence est donc de fait au cœur des revendications portées aujourd’hui, dans le mouvement social dans sa diversité, en matière de mobilités.

Aujourd’hui, presque 1 an après la signature de cette convention, nous sommes contraints de tirer un premier constat : Coûts exorbitants, calendrier retardé … Nous sommes face à une véritable entreprise de « sabotage » du ferroviaire !

D’aucuns y verront une preuve supplémentaires de la très mauvaise gestion de la Sncf, nous préférons interroger sur la finalité politique de telles pratiques. Un dicton populaire ne dit-il pas qu’il suffit d’accuser son chien de la rage pour le noyer ? La SNCF ce sont des cheminots, un savoir-faire reconnu de par le monde mais pour ses dirigeants actuels ce ne semble être qu’une coquille qu’il s’agit de vider en attendant la concurrence !

C’est pourquoi nous, élu.e.s communistes et apparentés au Conseil Régional, nous interpellons aujourd’hui la population : après La Poste, Air-France, Alstom et tant d’autres, va t-on laisser une fois de plus les intérêts financiers prendre le pas sur les décisions politiques ?

En Occitanie, la balle est dans le camp de l’État, actionnaire unique de la SNCF et organisateur des transports sur le plan national. Face aux mauvaises volontés manifestes de la SNCF, il doit assumer son rôle. A moins qu’il n’ait en secret la volonté de transférer les compétences sur les infrastructures (construction et entretien des gares et des voies) aux Collectivités Territoriales ?

Les élu.e.s communistes et apparentés soutiennent l’action de la Région et de son Vice-Président Jean-Luc Gibelin pour que les engagements de la convention soient tenus dans les délais !

Élu-e-s communistes et apparentés Groupe Nouveau Monde Région Occitanie (15-02-19)
Envoyer par E-mail  

 

Retour

Imprimer

 

PORT CAMARGUE
SEAQUARIUM
PUB NOUVELLE OCCITANIE T
Occitanie Tribune