ACTUALITÉS : OCCITANIE - UN MOIS APRES LE DEBUT DU GRAND DEBAT NATIONAL, LE COLLEGE DES GARANTS DRESSE UN PREMIER BILAN

OCCITANIE - UN MOIS APRES LE DEBUT DU GRAND DEBAT NATIONAL, LE COLLEGE DES GARANTS DRESSE UN PREMIER BILAN

UN MOIS APRES LE DEBUT DU GRAND DEBAT NATIONAL, LE COLLEGE DES GARANTS DRESSE UN PREMIER BILAN

Le Grand débat national est une démarche inédite et très foisonnante avec de multiples canaux d’expression et de recueil de la parole citoyenne. Pour le Collège des garants plusieurs principes paraissent devoir guider la suite de sa mise en œuvre pour assurer sa crédibilité.

Liberté dans l’expression 

Si les questions proposées sur la plateforme du grand débat national peuvent être un premier outil utile, il est impératif que les contributions « libres » soient davantage encouragées, que ce soit sur le site ou auprès des stands de proximité qui commencent à être déployés cette semaine partout en France.   

Inclusion

Si les garants constatent un engouement dans les territoires pour le grand débat national, ils observent dans leurs nombreux déplacements que plusieurs publics restent éloignés du grand débat national parmi lesquels les jeunes, les personnes handicapées ou les personnes en situation de grande précarité. Pour la crédibilité de la démarche, il leur paraît essentiel de mobiliser les relais au sein de ces publics afin qu’ils puissent eux aussi s’emparer de la parole. 

Impartialité 

Le grand débat national est à l’initiative du Président de la République et mis en œuvre par le Gouvernement.  Si dans la phase de lancement de cette démarche inédite, la participation du chef de l’Etat et de ministres à des débats locaux a certainement contribué à créer une dynamique, le Collège des garants attire l’attention sur le fait que ces interventions sont désormais susceptibles de perturber la poursuite d’un débat neutre et impartial.

Nécessaire progression du débat 

Il paraît essentiel aux garants que le déroulement du grand débat national crée les conditions pour une véritable progression entre une première phase participative, actuellement en cours, notamment avec les contributions sur le site et via les milliers de réunion d’initiative locale (RIL) organisées à travers tout le pays, et une seconde phase plus délibérative. Celle-ci devra permette de déboucher sur des restitutions dans lesquelles les Français se reconnaissent et qui soient réellement utiles pour la décision publique.

Un dispositif paraît particulièrement crucial dans cette progression du débat national, celui des 19 conférences citoyennes régionales qui réuniront à la fin du mois de mars, sur tout le territoire métropolitain et en Outre-Mer, près de 2000 personnes tirées au sort et représentatives de la diversité de la population. 

Pour les garants, ces réunions de délibération à une échelle inédite seront un outil structurant pour le grand débat national. C’est pour cette raison que le Collège sera particulièrement attentif à la méthodologie retenue pour que ces conférences soient les plus respectueuses de la parole exprimée et les plus utiles pour éclairer les décisions collectives.

Exigence dans la restitution

La crédibilité du grand débat national tient aussi à la qualité de la restitution finale. 

Les prestataires retenus par le Gouvernement pour le traitement et l’analyse de l’ensemble des données sont désormais connus. Le Collège des garants va entamer dans les prochains jours une phase d’intenses discussions avec eux pour s’assurer de la résilience de leur méthodologie et la qualité de leurs travaux. 

Vu l’ampleur du grand débat national en cours, la multiplicité des canaux d’expression et de recueil de la parole citoyenne et le foisonnement d’idées, il paraît désormais clair pour les garants que la restitution prendra la forme d’une pluralité de synthèses.

COLLEGE DES GARANTS au GRAND DEBAT NATIONAL (14-02-19)     3388 vues
Envoyer par E-mail  

 

Retour

Imprimer

 

Occitanie Tribune
Occitanie Tribune