ACTUALITÉS : OCCITANIE - HERAULT - Journée d'action du 5 février : les élu.e.s PCF au Conseil Régional solidaires des luttes

05-02-19 : OCCITANIE - HERAULT - Journée d'action du 5 février : les élu.e.s PCF au Conseil Régional solidaires des luttes

Journée d'action du 5 février :

les élu.e.s PCF au Conseil Régional solidaires des luttes

Depuis la fin de l'année 2018, les politiques ultra-libérales, conduites depuis 20 ans dans notre pays et accentuées par Emmanuel Macron, sont bousculées par un mouvement social profond et inédit. La colère des Gilets Jaunes, issue d'une révolte contre l'injustice des nouvelles taxes sur les carburants, est venue télescoper celle des blouses blanches, des robes noires, des gilets rouges, des cols bleus.

Les cahiers de doléances, les cahiers de l'espoir, les diverses plateformes revendicatives, les débats dans leur diversité, montrent tous que cette colère, très majoritairement, se porte contre l'injustice sociale et contre les dégâts causés dans notre société par les politiques d'austérité. L'émergence de ces revendications n'aurait pu se faire sans le mouvement contre la Loi El Khomri en 2016, contre les ordonnances en 2017, contre la casse du service public ferroviaire en 2018.

Le Président du « Pognon de dingue », le Président des Riches, le Président de la finance, le Président du MEDEF et du patronat, Emmanuel Macron a choisi le mépris, la diversion, la division. L'État c'est moi... ou le chaos ! Voici ce que semble être la logique du monarque républicain, du méprisant de la République, qui préfère détourner les colères légitimes en faisant le jeu des populistes en tout genre, particulièrement d'une extrême-droite viscéralement anti-sociale qui n'en demandait pas tant pour faire oublier ses déboires judiciaires et sa piteuse performance au second tour de l’élection présidentielle.

Si pour Henri IV, Paris valait bien une messe, pour Emmanuel Macron, l'Europe et ses prochaines élections semblent bien valoir le pourrissement du mouvement social et de la vie politique dans sa globalité.

Pourtant, les acteurs de ce mouvement ne demandent qu'à vivre dignement, qu'à sortir des logiques d'austérité budgétaire pour remettre l'humain au cœur et le progrès comme cap. C'est dans ce sens que nous sommes solidaires avec la volonté, partagée par celles et ceux qui luttent dans leur diversité, de converger autour de l'appel intersyndical du 5 février.

Les élu.e.s PCF au Conseil Régional solidaires des luttes (01-02-19)     6205 vues
Envoyer par E-mail  

 

Retour

Imprimer

 

SEAQUARIUM
PORT CAMARGUE
Occitanie Tribune