ACTUALITÉS : ALBI ( 81 ) - Église Saint-Salvi Mise en valeur du patrimoine Restauration de la chapelle Saint-Louis

 

ALBI ( 81 ) - Église Saint-Salvi Mise en valeur du patrimoine Restauration de la chapelle Saint-Louis

 Église Saint-Salvi

Mise en valeur du patrimoine Restauration de la chapelle Saint-Louis

Dans le cadre de sa politique de mise en valeur du patrimoine, la Ville d'Albi réalise un programme pluriannuel de travaux de restauration sur les monuments historiques de la Cité épiscopale.

L'église Saint-Salvi, classée Monument Historique depuis 1846, est l'un des quatre monuments majeurs de la Cité épiscopale .

C'est dans ce cadre que la Ville a engagé une programmation de travaux de valorisation de la collégiale Saint-Salvi. 

Ces travaux visent à en assurer la conservation et la mise en valeur conformément aux engagements pris par l'État français dans le cadre du Plan de gestion de la Cité épiscopale.

Après avoir mené un programme pluriannuel d'entretien et de restauration consacré à la réfection des couvertures et des façades, la Ville d'Albi a souhaité s'engager dans la mise en valeur de l'intérieur de l'édifice.

Une étude de diagnostic pour la mise en valeur intérieure par le nettoyage des enduits de Saint-Salvi a été lancé et confiée à l'architecte en chef des monuments historiques. 

Au regard des conclusions et préconisations de l'étude la Ville d'Albi a décidé d'engager des travaux de restauration sur la crypte et la chapelle Saint-Louis.

C’est ainsi qu'en 2018 la Ville d'Albi a lancé la restauration de la chapelle Saint-Louis qui abrite le chef d’œuvre Flamand la «Lamentation» d'Albi, en même temps que la restauration de la crypte. 

La chapelle Saint-Louis

A l’édifice roman, édifié entre le XIème et le XIIème siècle, s'est rajoutée une deuxième campagne de travaux au XIIIème siècle, suivie de nouvelles transformations pendant les XIVème et XVème siècles. Durant cette période, les chapelles se multiplient entre les contreforts, en lien avec le développement des confréries, qui souhaitent avoir leur chapelle particulière, et des messes pour les défunts, "les obits". La chapelle Saint-louis en fait partie. 

A partir de 1873, l'architecte Bodin-Legendre, qui seconde César Daly dans la restauration de la cathédrale, entreprend d'importants travaux intérieurs qui visent à retrouver l'état primitif de l'église. Il fait revêtir les maçonneries en moellon des chapelles d'un enduit avec un joint en creux. Il dirige par ailleurs l’enlèvement des badigeons. 

Dans le cadre des travaux de restaurations intérieure, il a été décidé de procéder en premier lieu à la restauration de cette chapelle, dans l'objectif de mettre en valeur le tableau flamand de La « Lamentation », classé monument historique.

Selon toute vraisemblance, il s'agit de la chapelle d'origine du tableau. 

Travaux de restauration de la chapelle Saint-Louis

Les travaux de restauration de la chapelle , qui ont démarré en avril dernier et qui ont été réalisés sous le contrôle de Pierre Yves Caillault Architecte en chef des Monuments Historiques, ont principalement concerné la restauration des décors muraux qui datent du 19ème siècle. 

Les enduits et les peintures murales ont été nettoyés, réparés et consolidés, avec des réintégrations à l'endroit des manques.

Un travail très minutieux effectué par des restaurateurs spécialisés encadrés par Didier Legrand, qui a déjà travaillé sur la Cathédrale Sainte-Cécile d'Albi , la Cathédrale du Puy ou le château de Blois.

Plusieurs centaines d'heures ont été nécessaires à l'exemple des zones de peintures dégradées dont les écailles ont été recollées une à une. 

Le vitrail a également été restauré par l'atelier Bataillou, il a été doublé par une verrière extérieure, elle même en vitrail, afin de le protéger.

L'autel et les soubassements en bois ont également fait l'objet d'une rénovation.

Enfin, afin de mettre en valeur la chapelle et le tableau de la «Lamentation» d'Albi, une nouvelle mise en lumière a été créée.

La rénovation du plancher de la chapelle sera achevé en janvier 2019. 

Travaux de restauration de la Crypte
Le choix de réaliser des travaux de restauration de la crypte a été motivé par l'état de dégradation des peintures murales qui sont les plus anciennes de l'église, elles datent du IXéme siècle.

Ces travaux doivent avant tout permettre :

- de traiter la cause de l'humidité de la crypte, qui est source de dégradation accélérée,

- de réaliser la consolidation de ces décors. 

Le restaurateur Didier Legrand a procédé à la pose de facings pour fixer les décors par la surface et protéger l'enduit. 

Parallèlement un diagnostic archéologique a été réalisé au pieds du chevet de l'église sur la place Saint-Salvi afin de comprendre l'apport d'humidité dans la crypte. 

La Ville d'Albi attend les conclusions du rapport archéologique de l'INRAP (prévues en début d'année 2019) pour poursuivre les travaux de restauration dans la crypte.  

Le coût des travaux de restaurations de la chapelle Saint-Louis et de la crypte est de 279 000€ HT (dont 75 000€ HT pour la chapelle Saint-Louis) dont 40% (111 688€ HT) sont financés par la DRAC Occitanie et 20% (63 789€ HT) par la Région Occitanie Pyrénées-Méditerranée. 

Historique de la collégiale Saint-Salvi

L'église collégiale Saint-Salvi est l'un des plus anciens monuments d'Albi : elle correspond à l'ancienne église collégiale des chanoines et de leur abbé, seconde puissance ecclésiastique après l'évêque. Elle abritait jusqu'à la Révolution, la sépulture de saint Salvi, l'un des premiers évêques d'Albi (VIe siècle). Autour de la collégiale s'est développé un bourg canonial circulaire (XIe-XIIe siècle) « la canourgue » qui est un élément marquant de la Cité épiscopale. 

L’architecture complexe de l’église reflète les campagnes de construction successives : 

- L’histoire de Saint-Salvi commence au Xe siècle, avec la mention d’un chapitre de clercs en 940. L’église primitive est reconstruite au moment de la réforme du chapitre (1057). Les parties les plus anciennes se localisent à la base de la tour septentrionale (présence de bandes lombardes caractéristiques du premier art roman méridional). Aux alentours de 1100, la tour est intégrée dans une reprise d'ensemble du transept et du chœur, avec construction d'un clocher méridional.

- Au début du XIIIe siècle, à la suite d’une nouvelle réforme du chapitre, les chanoines réalisent des travaux sur les bâtiments claustraux et sur l’église (surélévation du clocher nord notamment). Le cloître actuel est également édifié à cette époque ; le chef de chantier des œuvres canoniales Vidal de Malvezi et son frère sont autorisés en signe de reconnaissance, à y établir leur sépulture (enfeu de la galerie nord). Au XIVe siècle des chapelles latérales sont ajoutées tout au long de la nef.

- De grandes transformations ont lieu au milieu du XVe siècle, avec la reconstruction totale du chœur, la surélévation du transept et d’une partie de la nef.

- Les travaux des XVIIe et XVIIIe siècle portent essentiellement sur des réaménagements intérieurs marqués en particulier, par l’édification d’un nouveau maître-autel pourvu d’un baldaquin orné de 6 colonnes de marbre.

- Après la Révolution, l’église est transformée en magasin à fourrage, les deux galeries du cloître sont vendues en 1796, les deux autres utilisées comme passage public.

- L’église est rendue au culte en 1811, les restes du cloître sont alors restaurés et de grands travaux sont réalisés tout au long du XIXe siècle. En 1873, la restauration intérieure en style néo-gothique est entreprise sous la direction de l’architecte Bodin-Legendre.

La «Lamentation» 

Le chef d’œuvre Flamand retrouve la chapelle Saint-Louis de la collégiale Saint-Salvi

Le tableau flamand la «Lamentation» d'Albi (1510-1520), qui a été restauré à l'initiative de la Ville d'Albi, retrouve aujourd'hui sa chapelle d'origine, la chapelle Saint-Louis dans la collégiale Saint-Salvi .

Classé au titre des monuments historiques depuis 1957, ce tableau a fait l'objet d'une restauration minutieuse entre 2010 et 2014 qui a révélé la facture et l'éclat de l’œuvre. 

Cette restauration s'était inscrite dans le cadre du programme de restauration de tableaux de la collégiale Saint-Salvi comme 3 autres oeuvres: 

- «vœu des Consuls d'Albi à Saint Salvi et à Saint Roch»,

- «Saint Salvi sollicitant de Patrice Mummole la libération des otages Albigeois»

- «la prophétie de saint Salvi sur la maison de Chilpéric».

 

Exposée dans la chapelle Saint-Louis de Saint-Salvi ce retable, daté du XVIe siècle, a longtemps été ignoré du public. 

Sous l'aspect jauni et oxydé par plusieurs couches de vernis il était difficile de déceler l'existence d'un trésor de la peinture flamande du début du XVIe siècle.

 

La remarquable restauration de cette huile sur bois a été l'occasion de la redécouvrir lors de son exposition au Musée Toulouse Lautrec en 2014.

En 2015 il a été constaté sur cette huile sur bois, très sensible aux variations hygrométriques, des fissures . La Ville d'Albi a immédiatement pris des mesures conservatoires d'urgence : restauration avant un dépôt dans les réserves du musée puis au centre de restauration du patrimoine artistique de Gaillac.

 

L’œuvre acclimatée durant des siècles à l'église Saint-Salvi, a nécessité, malgré toutes les précautions prises, un retour dans son milieu d'origine et sur recommandation de la DRAC a été raccrochée dans la chapelle Saint-Louis de la collégiale en juin 2017 retrouvant ainsi l'âme de son église .

 

Afin de procéder à la restauration de la chapelle Saint-Louis, permettant notamment une mise en valeur du tableau, la « Lamentation » d'Albi a été déplacée d'avril 2018 à décembre 2018 dans la chapelle Notre Dame de la Pitié de Saint-Salvi.

Aujourd'hui l’œuvre retrouve sa chapelle d'origine.

 

La « Lamentation » d'Albi est l'un des plus beaux panneaux flamands du début du XVIe siècle conservés dans le Midi de la France.

VILLE D'ALBI (20-12-18)     12770 vues
Envoyer par E-mail  

 

Retour

Imprimer

 

AGDE - 4ème Salon du couteau de la Méditerranée les 30 et 31 mars 2019
SEAQUARIUM
GRAU-DU-ROI - SALON LES NAUTIQUES
PORT CAMARGUE
Occitanie Tribune