ACTUALITÉS : OCCITANIE - Gilets Jaunes : Les TPE entre satisfaction, amertume et crainte de l’'avenir

OCCITANIE - Gilets Jaunes : Les TPE entre satisfaction, amertume et crainte de l’'avenir

Soutenu par 83% des personnes interrogées lors de la précédente enquête du 5 décembre 2018, une majorité de professionnels indépendants (54%) appelle désormais à mettre un terme au mouvement des Gilets Jaunes au regard de son impact sur l'activité économique et des annonces du Président de la République jugées satisfaisantes pour le pouvoir d'achat. Cet appel, nécessité par une question de survie à court et moyen terme exprimé par près de 40% des TPE, est teinté d'une forte amertume aux constats de l'absence de prise en compte à ce stade de leurs propres revendications. Il est en conséquence impératif que les échanges à intervenir sur l'analyse des causes de ce mouvement et les mesures à mettre en œuvre inclus les TPE en tant que telles, au-delà de leurs représentants habituels.
 
Les mesures liées au pouvoir d'achat jugées satisfaisantes
Satisfaites des annonces du Président de la République en ce qui concerne le pouvoir d'achat des ménages dont ils espèrent un impact sur leur activité, les professionnels indépendants plébiscitent à 93% la seule mesure qui les concerne indirectement, à savoir celle relative aux heures supplémentaires nettes de charges.
Les TPE n'en constatent pas moins qu'aucune des revendications les concernant directement (fiscalité locale, frais bancaires, grandes surfaces de périphérie,...) n'a été prise en compte à ce stade par les pouvoirs publics.
 
14% des TPE craignent pour leur survie à court terme et 54% demandent un retour à la normale
 C'est avec amertume, poussés par la nécessité d'assurer la sauvegarde de leur activité et à l'approche imminente des fêtes de fin d'année déterminantes pour leur avenir à court et moyen terme, que 54% des responsables de TPE en appellent à la cessation d'un mouvement dont ils continuent à affirmer la légitimité en ce qui concerne le poids de la fiscalité.
 
Avec 14% des TPE interrogées en situation de danger imminent (soit 150.000 structures), lorsque 30% s'interrogent sur leur avenir à 6 mois, force est toutefois de constater qu'un retour à la normale s'impose pour l'activité commerciale.
 
L'avenir en point d'interrogation
Beaucoup s'interrogent sur la répartition de la charge des 10 milliards d'euros qui manqueront au budget 2019.
« Qui va payer ? » est une question angoissante pour des responsables qui ont placé de grands espoirs dans l'expression d'un ras-le-bol fiscal, motivation initiale des Gilets Jaunes à laquelle ils adhèrent totalement, mais dont la réponse est à ce jour uniquement constituée de dépenses supplémentaires.
 
L'impératif de prise en compte des TPE
Le gouvernement aurait tort de considérer que la demande de retour au calme exprimée par les TPE constitue une adhésion à une politique menée dans l'urgence sociale, sans réflexion plus approfondie sur la question de l'urgence fiscale.
Pour les indépendants, la phrase du Président de la République dans son allocution du 10 décembre est vide de sens : « Nous ne reprendrons pas le cours normal de nos vies (...) sans que rien n'ait été vraiment compris et sans que rien n'ait changé.». 
A ce stade en effet, concernant les professionnels indépendants, rien n'a changé et donc rien n'a été vraiment compris.
De fait, les échanges en cours au plus haut niveau se déroulent toujours avec les mêmes interlocuteurs, ceux qui n'ont pas écouté ou pas compris les alertes lancées ces derniers mois par les acteurs de terrain, ancrés sur les territoires.
Il est plus que temps pour les pouvoirs publics d'intégrer ces acteurs dans le tour de table et le SDI y prendra toute sa part.


Méthodologie de l'étude :
Echantillon de 1070 chefs d'entreprise de 0 à 19 salariés interrogés en ligne les 11 et 12 décembre 2018. 

À propos du SDI :

Créé en 1993, le SDI (Syndicat des Indépendants) est la seule organisation interprofessionnelle patronale apolitique et financièrement indépendante dédiée à l'ensemble des entreprises de moins de 20 salariés, à savoir les TPE (Très Petites Entreprises). Le SDI représente aujourd'hui 25 000 dirigeants, commerçants, artisans et professions libérales. Pour en savoir plus : http://www.sdi-pme.fr/ ; Twitter : @SDI_fr, Facebook : SDI Syndicat des Indépendants et des TPE

SDI (Syndicat des Indépendants) (13-12-18)
Envoyer par E-mail  

 

Retour

Imprimer

 

PORT CAMARGUE
SEAQUARIUM
Occitanie Tribune