ACTUALITÉS : BEZIERS ( 34 ) Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières » Lettre ouverte d'Emmanuelle Menard

BEZIERS ( 34 ) Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières » Lettre ouverte d'Emmanuelle Menard

Madame Emmanuelle Ménard , Député de l’Hérault  vient d’adresser une lettre ouverte au président de la République au sujet du « Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières ».

                                                                                            Paris, le 6 décembre 2018

Objet : Lettre ouverte au Président de la République, Emmanuel Macron, au sujet du Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières.

    Monsieur le Président de la République,

Comme de nombreux Français, je m’inquiète de ce que vous vous apprêtez à faire en ratifiant le Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières. Rien moins, j’en suis convaincue, que de mettre en danger l’identité même de notre nation. Et sans qu’aucun réel débat n’ait eu lieu. En catimini, si j’ose dire. Alors que nos concitoyens sont absorbés par la crise des « gilets jaunes ».

Ce que vous allez faire à Marrakech n’est rien d’autre qu’un mauvais coup porté à notre pays. Parce que ce Pacte a beau réaffirmer le droit souverain des États à déterminer leur politique nationale en matière d’immigration, chacun sait – et vous le premier – qu’il n’en sera rien tant ce texte s’appuie sur une vision partisane du phénomène migratoire.

Pour preuve, son préambule affirme, par exemple, que les États signataires « reconnaissent qu’à l’heure de la mondialisation, les migrations sont facteurs de prospérité, d’innovation et de développement durable ». Oseriez-vous affirmer, Monsieur le Président, qu’une majorité des Français partage cette vision de l’immigration de masse que subit notre pays depuis, c’est vrai, bien avant que vous ne soyez en place ? Vous savez bien qu’il n’en est rien. Et pourtant vous êtes prêt à apposer votre signature en bas de ce texte !

Au fond, abdiquant toute volonté d’indépendance, vous acceptez de ramener notre pays au rang de simple gestionnaire des flux migratoires. Il ne s’agirait plus de les contenir mais simplement de les encadrer…

Vous vous êtes voulu rassurant, arguant que ce texte respecterait les valeurs et les intérêts de l’Europe. Mais vous ne tromperez personne tant ce Pacte, bien qu’officiellement non contraignant, décline des objectifs précis et concrets, qui orienteront durablement la politique migratoire des pays signataires, en jetant les bases d’un futur « droit à la migration », véritable cheval de Troie d’une submersion démographique.

Pour ne citer que quelques exemples, l’objectif 5 du texte propose rien moins que l’aménagement de filières de migration régulières plus « accessibles et souples » et ce, afin de « faciliter la mobilité de la main d’œuvre » ! L’objectif 13 invite les États signataires à diminuer les placements en rétention administrative. L’objectif 17 demande aux États de « recadrer le discours sur la migration », notamment des médias, pour qu’il donne une image du « rôle positif qu’elle peut jouer ».

De tout cela, une grande majorité de nos compatriotes ne veulent pas, comme l’attestent tous les sondages consacrés à cette question. Et pas seulement les Français si l’on en juge par le nombre de pays européens qui ont décidé de ne pas signer ce Pacte.

Mais, une fois de plus, vous n’en faites qu’à votre tête, si vous me pardonnez la trivialité de cette expression. Nous pouvions penser – sans doute naïvement – que vous auriez au moins appris des événements qui se déroulent en ce moment même sur les ronds-points de France qu’on ne pouvait pas indéfiniment mépriser notre peuple. Manifestement, il n’en est rien.

Écoutez donc les « gilets jaunes ». Ils exigent, légitimement, ces Français que vous traitez de haut, que leurs revendications soient prises en compte, tant sur le plan fiscal que pour les questions migratoires. Ils refusent de se voir imposer plus longtemps un droit international qui contrevient à l’intérêt de la France, de leur pays. Aussi, c’est au nom de cet intérêt, que vous êtes censé représenter à l’international, que je vous demande de ne pas signer ce Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières. Ce serait, je pèse mes mots, un coup de poignard dans le dos de notre pays et de notre peuple.

Dans cette attente, je vous prie de croire, Monsieur le président, en l’expression de ma haute considération.

 

                                                                                              Emmanuelle Ménard

Emmanuelle MENARD Députée de la 6 ° Circonscription de l’Hérault (06-12-18)     5073 vues
Envoyer par E-mail  

 

Retour

Imprimer

 

L'INDECAPANT HORIZONTAL
Occitanie Tribune