ACTUALITÉS : OCCITANIE - Dégradations dans les lycées de la Région : condamnation et interrogations

06-12-18 : OCCITANIE - Dégradations dans les lycées de la Région : condamnation et interrogations

Dégradations dans les lycées de la Région :

condamnation et interrogations

Les Lycées de la Région Occitanie ne sont pas en dehors des mouvements naissants de la jeunesse mobilisée contre la sélection, pour l’égalité d’accès à l’éducation.

Les élu.e.s communistes et apparentés condamnent sans réserve les dégradations qui ont émaillé les manifestations à Toulouse, Sète ou Béziers notamment.

Toutefois, nous sommes atterrés et révoltés par la violence de la répression policière, jamais vue depuis bien longtemps, qui s’abat sur ces jeunes.

Bien que les forces de l’ordre soient elles-mêmes fortement éprouvées par les politiques de casse engagées depuis N. Sarkozy, il existe d’autres solutions de maintien de l’ordre que le matraquage, l’utilisation de gaz lacrymogènes ou de flash-ball.

Nous interpellons le Gouvernement et le Préfet de Région sur la nécessité d’une désescalade de la violence avant qu’il ne soit trop tard, ainsi que sur la nécessité d’une réponse politique aux exigences et au ras-le-bol de la jeunesse.

Ainsi, quel message est envoyé à la jeunesse qui souffre de la casse de l'Education nationale ? Les résultats calamiteux de Parcoursup méritent une autre réponse que « Sois jeune et tais-toi ».

Emmanuel Macron, Edouard Philippe portent une grande responsabilité sur la situation sociale du pays et sur les violences et dégradations que nous déplorons. Il est temps qu’ils cessent de jouer à la roulette russe avec les fondements de notre République et qu’ils répondent enfin aux immenses attentes populaires d’augmentation du pouvoir d’achat et de juste répartition des richesses.

REGION OCCITANIE - Les élus NOUVEAU MONDE & COMMUNISTES - Lucile SCHULER | Co-secrétaire générale du groupe Nouveau Monde (05-12-18)     2399 vues
Envoyer par E-mail  

 

Retour

Imprimer

 

ARAMON  - Noël au Cœur d’Aramon
Occitanie Tribune