ACTUALITÉS : HERAULT - MONTPELLIER - Réaction de Kléber MESQUIDA au discours d’Emmanuel MACRON au congrès de la mutualité française 82

HERAULT - MONTPELLIER - Réaction de Kléber MESQUIDA au discours d’Emmanuel MACRON au congrès de la mutualité française 82

congrès de la mutualité française

Réaction de Kléber MESQUIDA au discours d’Emmanuel MACRON

Dans une vidéo postée sur tweeter hier soir par l’Elysée, le Président de la République Emmanuel MACRON critiquait le "pognon de dingue" mis dans les aides sociales sans résoudre la pauvreté. Aujourd’hui à Montpellier, lors de son discours devant le congrès de la Mutualité française, il a également estimé qu'il ne fallait pas se "contenter de la redistribution monétaire" et souhaité des solutions "plus efficaces que de l'argent mis sur la table".

Suite à ces déclarations, Kléber MESQUIDA, Président du Conseil Départemental de l’Hérault, a souhaité répondre étant donné que les aides sociales à la personne relèvent de la compétence des Départements :

« Le Président de la République est complètement hors sol. En assimilant la solidarité nationale à la redistribution monétaire non seulement il défait tous les acquis obtenus depuis 1945 et il affiche un total mépris pour les aides dont bénéficient des Français pour survivre. La détresse sociale ne fait pas partie de son monde. Il le démontre encore une fois alors qu’il n’a pas hésité à supprimer l’ISF. On comprend pourquoi il considère qu’il y a trop de « pognon » pour les pauvres et que ses décisions ont satisfait les plus riches ».

Concernant le RSA, Emmanuel MACRON estime que c’est un système de lutte contre la pauvreté et l'exclusion "qui prévient mal, qui stigmatise encore et est trop complexe" et "peu humain". 

Une appréciation qui n’étonne pas Kléber MESQUIDA : « Après avoir supprimé les contrats aidés, baissé l’APL, il s’en prend aux bénéficiaires du RSA. Ce sont toujours les plus fragiles qui sont dans son collimateur. Quelles solutions propose-t-il pour les 35 000 familles et leurs enfants qui dans notre département vivent avec le RSA ? Chaque année, 5 000 personnes retrouvent le chemin de l’emploi grâce aux dispositifs d’insertion du département.

La réalité c’est que l’Etat ne veut plus compenser les sommes que les Départements consacrent à l’insertion, c’est l’intention clairement affichée par le Président de la République et la majorité qui le soutient de rompre avec les politiques de solidarité nationale.

Oui, Emmanuel Macron connaît bien son sujet quand il parle de « pognon » mais pour des millions de français le quotidien c’est compter quelques Euros pour assurer un minimum vital. L’ignore-t-il ? »

Kléber MESQUIDA - Président du Conseil départemental de l'Hérault (13-06-18)     13030 vues

 

Occitanie Tribune
Occitanie Tribune

Retour

Imprimer

Envoyer par E-mail   Signaler un abus