OFFICIELS : PYRÉNÉES-ORIENTALES - PERPIGNAN - Raoul Dufy, les ateliers de Perpignan 1940 -1950...

22-06-18 : PYRÉNÉES-ORIENTALES - PERPIGNAN - Raoul Dufy, les ateliers de Perpignan 1940 -1950...

PYRÉNÉES-ORIENTALES - PERPIGNAN - Raoul Dufy, les ateliers de Perpignan 1940 -1950 du 22 juin au 04 novembre 2018.

Dans le sillage de l’exposition inaugurale du musée d’art Hyacinthe Rigaud consacrée aux séjours perpignanais de Picasso, l’été 2018 sera consacré à l’exploration des liens intenses et féconds unissant Raoul Dufy à Perpignan.

Christian Briend, commissaire de l’exposition et spécialiste reconnu de Raoul Dufy, a travaillé à éclairer d’un jour neuf ces séjours à la lumière d’archives privées inédites. Faisant appel à de nombreuses collections françaises et étrangères, le musée Hyacinthe-Rigaud a pour ambition de remettre à l’honneur une période encore trop méconnue de l’un des artistes les plus justement populaires de la première moitié du XXe siècle.

« Raoul Dufy, les ateliers de Perpignan », une thématique légitime à tous égards

Réfugié à Céret au début de la Seconde guerre mondiale, Raoul Dufy (Le Havre, 1877 - Forcalquier, 1953), entre en 1940 en relation avec le Docteur Pierre Nicolau. Dans sa clinique privée de Perpignan, celui-ci entreprend de soigner la douloureuse polyarthrite qui handicape l’artiste depuis le milieu des années Trente. Le médecin l’héberge bientôt pour six mois au sein de sa propre famille. C’est le début de la période perpignanaise de Dufy qui ne s’achèvera qu’en 1950, avec son départ pour les États-Unis.

À Perpignan, où il jouit d’un dense réseau d’amitiés locales, à commencer par les membres de la famille Nicolau, Dufy occupe successivement deux logements, qui vont lui donner l’occasion de reformuler le thème iconographique de l’atelier du peintre, récurrent dans son œuvre depuis 1909. Le premier, sis au 19 de la rue Jeanne-d’Arc, à proximité de la promenade des Platanes, fait l’objet d’un grand nombre de peintures qui métamorphosent l’espace restreint et peu éclairé de cet appartement. 

Baignées d’une chaude lumière orangée, ces vues de l’atelier de la rue Jeanne-d’Arc, où gure systématiquement un plâtre de la Frileuse de Houdon, prennent une signi cation à la fois allégorique et rétrospective.
Mettant en scène sa propre activité de peintre, Dufy y multiplie en e et les citations de ses œuvres anciennes ou récentes, quand il ne fait pas poser sa compagne et in rmière, Berthe Reisz, ou ses nombreux visiteurs.

Très différent, le second appartement-atelier, où Dufy s’installe en 1946 se situe au 2, rue de l’Ange. Par trois hautes fenêtres plongeant sur la place Arago, l’une des plus animées de Perpignan, l’artiste peut aisément observer les festivités populaires et les concerts en plein air, nombreux à s’y dérouler. Dans cet espace intérieur caractérisé par sa luminosité, où l’on retrouve la fameuse Frileuse, véritable emblème de ce séjour en Roussillon, Dufy s’attache particulièrement à une console néobaroque surmontée d’un grand miroir (La Console jaune), support de nombreuses natures mortes. 

L’exposition organisée par le musée Hyacinthe-Rigaud qui réunira pour la première fois un ensemble aussi significatif de ces Ateliers à Perpignan rendra également compte des séjours faits par Dufy à Vernet-les-Bains, au Boulou ou, côté espagnol, à Caldes de Monbui, où le conduisent des cures thermales.

Pour illustrer la production très diverse de Raoul Dufy à Perpignan, l’exposition s’attachera particulièrement à trois de ses thèmes de prédilection pendant cette période : la réinterprétation des Maîtres, les représentations de la musique et la peinture de eurs. En n, son activité spéci que dans le domaine des arts décoratifs sera mise en lumière pour la première fois.

À Perpignan en effet, Dufy conçoit de nouvelles tapisseries en collaboration avec Jean Lurçat (1892-1966) et reprend sa production de céramiques avec le potier Jean-Jacques Prolongeau (1917-1994). 

Le parcours de l’exposition révèle un Dufy intime 

En 1940, Pierre Nicolau est alerté par Pierre Brune de la présence de Raoul Dufy à Céret, malade et fortement diminué par la polyarthrite qui l’affaiblit.

Le médecin s’empresse de le rejoindre et de le ramener à Perpignan afin de le soigner dans sa clinique privée des Platanes. Il l’héberge naturellement chez lui, rue Jeanne d’Arc, dans l’attente d’un atelier plus spacieux. Là, dans cette grande demeure bourgeoise du centre-ville, Dufy vit dans l’intimité de la famille, devenant un proche qu’une amitié indéfectible va dès lors lier à la destinée de chacun de ses membres : Pierre et Yvonne, leur quatre enfants (Jacques, Bernard, Colette et Simone) mais également Mme Marie Lhéritier, mère d’Yvonne.

À cette amitié fondatrice s’ajoute un intense réseau d’amitié dont l’exposition rendra compte : l’écrivain Ludovic Massé, le sculpteur Aristide Maillol, le romancier Claude Simon, le violoncelliste Pau Casals... sont des familiers de notre peintre. 

Autour de l’exposition, une médiation appropriée et une programmation spécifique

Une programmation culturelle tout public

Pour le public local et estivant, diverses possibilités d’accompagnement à la visite seront proposées, en collaboration avec l’Office du Tourisme*** : visites guidées quotidiennes de l’exposition, visites déambulatoires en centre-ville (Itinérance d’artiste, le musée dans la ville), visites musicales, visites lectures...

Le grand public aura également la possibilité de découvrir l’exposition à travers le regard d’artistes : des spectacles de petites formes et des concerts seront créés pour l’occasion.

Le public d’amateurs éclairés ou de curieux, assistera à un cycle de conférences présentant divers éclairages sur les thématiques évoquées dans l’exposition.

Les familles participeront à des ateliers pour les enfants et les jeunes de 18 mois à 18 ans, des visites contées et des séances alliant musique et peinture, tandis que les visiteurs navigueront entre les œuvres, aidés par l’application numérique, téléchargeable sur leurs téléphones portables ou sur tablettes (disponibles au musée).

Un catalogue dédié

Un catalogue sera édité par les Éditions Somogy à l’occasion de l’exposition temporaire « Raoul Dufy, les ateliers de Perpignan (1940-1950) » et vendu 25 €. 

Informations pratiques

Accès

Musée d’art Hyacinthe Rigaud
21, rue Mailly, 66000 Perpignan
Téléphone : +33 4 68 66 19 83 Fax : +33 4 68 34 76 47

Email : musee-rigaud@mairie-perpignan.com

Horaires

- Du 22 juin au 30 septembre : ouvert tous les jours de 10h30 à 19h.
- Du 1er octobre au 4 novembre : ouvert du mardi au dimanche de 11h à 17h30.

Tarifs
• Entrée du musée, durant exposition estivale (> 5 novembre) : 10 €.
• Entrée du musée, hors exposition estivale : 8 €.
• Réduction, sur présentation d’un justi catif : 8 € / 6 €.
Adhérents du COS de la Ville de Perpignan, groupes de plus de 10 personnes, titulaires d’un abonnement au réseau des bibliothèques de Perpignan (année en cours).
• Gratuité, sur justificatifs :
Jeunes de moins de 18 ans, étudiants de moins de 26 ans, adhérents du Cercle Rigaud, membres de l’ICOM et professionnels des musées, journalistes, demandeurs d’emplois, béné ciaires du RSA et du FNS, personnes en situation de handicap, pass-culture UPVD.
• Carte Pass musées : 20 €.
Accès illimité au musée, valable 1 an. 

Photo n° 1 : Raoul Dufy, L’atelier de la rue Jeanne d’Arc, 1943, musée d’art et d’archéologie de Valence. 

Photo n° 2 : Raoul Dufy, L’atelier à la sculpture rouge, 1949, huile sur toile, musée d’art André Malraux, Le Havre. 

Photo n° 3 : Raoul Dufy, Bouquet d’arums et eurs des champs, gouache sur papier, Coll. part. 

PYRÉNÉES-ORIENTALES - PERPIGNAN - Raoul Dufy, les ateliers de Perpignan 1940 -1950...

PYRÉNÉES-ORIENTALES - PERPIGNAN - Raoul Dufy, les ateliers de Perpignan 1940 -1950...

VILLE DE PERPIGNAN (19-12-17)     9209 vues

 

Occitanie Tribune
Occitanie Tribune

Retour

Imprimer

Envoyer par E-mail   Signaler un abus